Les pilotes de Formule 1 donnent tout pour finir aussi haut que possible dans le classement officiel du championnat du monde, mais il y a un tableau de points qu’ils préfèrent ne pas dominer.

Depuis 2014, la F1 a mis en place un système de points de pénalité où toute infraction aux règles signifie qu’une super-licence de pilote est approuvée.

Si un pilote accumule 12 points sur une période de 12 mois, il fera face à une interdiction automatique d’une course.

La saison 2020 a vu un revirement remarquable pour le pilote qui avait commencé l’année en tant que bad boy officieux à la première place du classement des points de pénalité.

Sebastian Vettel, arrivé en 2020 avec sept points de pénalité à son actif, a terminé l’année sans qu’un seul point ne lui ait été attribué.

On ne pouvait pas en dire autant du leader des points de pénalité de cette année Alex Albon, le pilote Red Bull atterrissant en haut de la pile pour avoir accumulé sept points au cours de la saison.

Ils ont été distribués à Silverstone (collision avec Kevin Magnussen), Monza (poussant Romain Grosjean), Sotchi (contournement incorrect d’une borne) et au Nurburgring (collision avec Daniil Kvyat).

Cependant, Albon n’aurait pas été le meilleur sans le champion du monde Lewis Hamilton ayant retiré deux points après un changement d’avis de la FIA au Grand Prix de Russie.

Le pilote Mercedes avait initialement reçu deux points de pénalité pour avoir effectué des départs d’essais dans une position non autorisée. Cela l’a laissé, jusqu’à ce que les points suivants soient effacés au Grand Prix de Turquie après avoir atteint leur date d’expiration de 12 mois, brièvement au bord d’une interdiction de course.

Sans ces deux points supplémentaires, Hamilton a terminé l’année à égalité avec George Russell avec six points.

Quatre des points de Hamilton avaient été récoltés lors de l’ouverture de la saison au Grand Prix d’Autriche lorsqu’il a été puni pour ne pas avoir suffisamment ralenti pour les drapeaux jaunes en qualifications, puis une collision avec Albon en course.

Les deux autres points de Hamilton étaient controversés. Il les a récupérés à Monza après être entré dans la voie des stands, qui a été fermée en raison du retrait du Haas de Magnussen du côté de la piste. La pénalité associée lui a finalement coûté la victoire dans le Grand Prix d’Italie.

Russell n’a été pénalisé que deux fois cette année, mais a récolté trois points chacun à Silverstone et à Istanbul pour avoir ignoré les drapeaux jaunes et doubles jaunes.

Le quatrième au classement général de la liste 2020 était Lando Norris, qui a terminé la saison 2020 avec cinq points.

La liste des pilotes n’ayant pas récolté de points la saison dernière s’est allongée. En 2019, seuls deux pilotes ont réussi à mener une campagne complètement propre, alors qu’en 2020, huit pilotes ont évité toute sanction.

Cela incluait le pilote Mercedes Valtteri Bottas, qui était déjà passé sans point en 2019 et gardait ainsi une table rase pour la deuxième année consécutive.

Max Verstappen (Red Bull), Pierre Gasly (AlphaTauri) et Nicholas Latifi (Williams) sans aucun point de pénalité, tandis que les pilotes remplaçants Nico Hulkenberg (Racing Point), Pietro Fittipaldi (Haas) et Jack Aitken (Williams) ont évité la sanction. dans leurs apparitions camées.

Les points actuels sont pris en compte dans la nouvelle saison et expirent après exactement un an.

La prochaine série de points à supprimer intervient début juillet (lors de l’ouverture de la saison 2020). Si le calendrier 2021 actuellement prévu se poursuit sans changement, il y aura 10 courses avant cette date.

.

Leave a Reply