Un Charles Leclerc furieux s’est laissé déchirer sur la radio de l’équipe après le Grand Prix de Turquie, après une erreur en combattant Sergio Perez lui a coûté un podium en Formule 1.

Le pilote monégasque s’était bien remis d’une première mauvaise phase d’ouverture de la course pour se hisser près de Perez, deuxième Racing Point, dans les dernières étapes de la course.

Perez, qui avait des pneus intermédiaires très usés à cette étape, a réussi à retenir Leclerc jusqu’au dernier tour quand il a commis une erreur au virage 9 et a couru large – laissant passer son rival Ferrari.

Mais Perez a pu obtenir une meilleure traction dans le virage et est entré dans le sillage de Leclerc lors de la descente de la longue ligne droite. Alors que la paire freine pour la dernière séquence de virages, Leclerc a commis une erreur et a raté des places – perdant des places à la fois contre Perez et son propre coéquipier Ferrari Sebastian Vettel.

Par la suite, Leclerc n’a pas pu cacher son ennui de perdre une deuxième place potentielle si près de la fin – et a affirmé que c’était une plus grosse erreur que sa célèbre chute de qualification à Bakou l’année dernière.

S’exprimant en réponse à l’équipe le félicitant pour sa quatrième place, Leclerc a déclaré: “J’ai fait un travail de merde. J’ai fait un travail de merde. J’ai fait un travail de merde.”

L’équipe a essayé de le calmer et lui a demandé d’éteindre la radio, avant que Leclerc ne continue: “Je suis tellement désolé. Je suis putain de stupide. Autant qu’à Bakou.”

Leclerc a été connu pour être très critique envers lui-même à la radio de l’équipe et a déclaré dans le passé qu’être si honnête et sévère sur ses erreurs l’aidait à s’améliorer en tant que pilote.

Après s’être calmé dans les heures qui ont suivi la course, Leclerc n’a pas hésité à affirmer que c’était son erreur en essayant de se défendre sur une piste humide.

«Dans le virage 9, nous étions très compétitifs et Sergio a commis une erreur dans ce tour», a déclaré Leclerc. «Alors au virage 10, j’ai essayé de faire le tour de l’extérieur, mais l’adhérence était très mauvaise.

«Le Racing Point en général avec le sillage était très rapide dans les lignes droites, donc il parvient à être du côté droit, et je me suis bloqué à la fin.

“Pour être honnête, en regardant les données, je n’ai rien fait de fou. Même point de freinage, même pression, mais évidemment c’était plus mouillé à l’intérieur.

“Donc c’est complètement mon erreur. J’aurais dû prévoir ça, alors je suis allé tout droit. C’était en fait très difficile de faire le virage de toute façon. Ce que j’ai heureusement fait. Et oui, c’est tout.”

Autosport a produit un magazine spécial autonome pour célébrer notre 70e anniversaire. Tous les abonnés actuels à l’impression recevront un exemplaire gratuitement. Pour pré-commander votre exemplaire du numéro du 70e anniversaire d’Autosport de 196 pages, veuillez vous rendre sur: autosport.com/autosport70th

.

Leave a Reply