Pour les défenseurs des droits de l’homme qui aiment aussi le sport de la course automobile, une belle opportunité nous attend. Lewis Hamilton, le seul pilote noir de l’histoire de la Formule 1, a soutenu courageusement et constamment le mouvement Black Lives Matter. À la suite des manifestations contre les meurtres de George Floyd et Breonna Taylor, Hamilton a commencé à dénoncer la Formule 1 pour son manque de diversité, affirmant même qu’il le ferait. Commerce son 7e championnat du monde pour plus de diversité dans le sport. Accusé d’introduire la politique dans le monde du sport, il a refusé de reculer, affirmant que son soutien à Black Lives Matter était une question de soutien aux droits humains fondamentaux.

Hamilton décrit sa préoccupation pour les droits de l’homme comme étant mondiale et a exprimé sa préoccupation au sujet des violations des droits de l’homme qui ont lieu dans les pays où la Formule 1 se rend. Au cours de la fin de la saison 2020, lorsqu’une course de F1 devait avoir lieu à Bahreïn, Hamilton a reçu un lettre du jeune fils d’un homme passible de la peine de mort à Bahreïn. Ému par la demande d’Ahmed Ramadhan, 11 ans, de «sauver mon père s’il vous plaît», Hamilton a répondu qu’il «ne laissera certainement pas cela passer inaperçu».

Peut-être que l’athlète le plus décoré de l’histoire de la F1 portera un maillot indiquant au monde entier que bien sûr, voici une course, mais à quelques centaines de kilomètres au sud, le gouvernement saoudien affame systématiquement le peuple du Yémen.

Hamilton avait l’intention de s’adresser au prince héritier de Bahreïn au sujet du père d’Ahmed Ramadhan, ainsi que de l’utilisation de la torture par Bahreïn, mais malheureusement, il a contracté le COVID-19 et n’a pas pu voyager et courir dans le pays. Pourtant, Hamilton promis, “Quand j’aurai du temps maintenant, j’essaierai certainement de parler à ces [people] et voyez comment je peux avoir un impact positif sur cela [race] fin de semaine [in future]. “

De toute évidence, Hamilton est profondément préoccupé par la souffrance humaine et est prêt à agir. Sa volonté de s’exprimer arrive à un moment opportun, car 2021 est la première année où la Formule 1 ira en Arabie saoudite.

L’ONU a qualifié la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen de «pire crise humanitaire au monde». En bloquant le principal port de Hodeidah au Yémen, l’Arabie saoudite affame intentionnellement une population entière. La situation est si mauvaise qu’un enfant yéménite meurt toutes les 75 secondes. À cela s’ajoute un bombardement aérien presque constant. Le Yémen tente de faire face à la pandémie du COVID-19 sans soins de santé fonctionnels, assainissement adéquat ou autre infrastructure.

Selon quatre agences des Nations Unies, si l’Arabie saoudite ne cesse pas sa campagne, 400000 enfants de moins de cinq ans pourraient mourir de famine cette année.

Ce n’est pas seulement au Yémen que l’Arabie saoudite fait du mal. En fait, il est audacieux de la part du gouvernement saoudien d’accueillir un Grand Prix alors que cela ne fait que trois ans qu’il a accordé pour la première fois aux femmes saoudiennes le droit de conduire. Ce droit a coûté très cher aux Saoudiennes. Peu de temps après que l’Arabie saoudite ait autorisé les femmes à conduire, elles ont rassemblé les femmes qui avaient fait campagne pour le changement.

FAITES DÉFILER POUR CONTINUER AVEC LE CONTENU

Pas de publicité. Pas de paywalls. Pas de vente de vos données. Notre contenu est gratuit. Libre à lire. Libre de republier. Libre de partager.
Mais, sans le soutien de nos lecteurs, nous n’existons tout simplement pas. S’il vous plaît, sélectionnez une méthode de don et soyez avec nous aujourd’hui.

Féroce activiste, Loujain Al-Hathloul a été arrêté pour la première fois en 2014 pour essayer pour traverser la frontière des Émirats arabes unis – où elle était chauffeur licencié – en Arabie saoudite. Les 73 jours qu’elle a passés en prison à ce moment-là ne l’ont pas dissuadée. En 2018, juste après que l’Arabie saoudite a donné aux femmes le droit de conduire, ils ont de nouveau arrêté Loujain. Elle a été maintenue en détention provisoire excessive, torturée, menacée et finalement condamnée à près de six ans de prison par un tribunal antiterroriste. Le 11 février 2021, après 1000 jours de prison et une énorme attention internationale portée à son cas, Loujain a été libérée mais elle restesen vertu d’une interdiction de voyage de cinq ans qui lui interdit de quitter l’Arabie saoudite.

Outre les restrictions saoudiennes sur les droits des femmes, en 2018, le prince héritier saoudien et dirigeant de facto, Mohammed ben Salmane, approuvé une opération pour capturer ou tuer le journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul. L’Arabie saoudite est également connue pour avoir l’un des taux d’exécution les plus élevés au monde, où les gens sont coupés en public pour des infractions allant de l’athéisme à l’homosexualité en passant par la sorcellerie. De longues peines de prison et des châtiments corporels sont utilisés contre tout le monde, des blogueurs aux avocats qui osent remettre en question le pouvoir absolu du régime.

Lorsque les partisans de la fin de la guerre au Yémen et de la réalisation des droits de l’homme en Arabie saoudite ont pris conscience de la prochaine course de Formule 1 en Arabie saoudite et du soutien de Lewis Hamilton à Black Lives Matter et à d’autres causes, ils ont commencé à appeler Hamilton à boycotter la course saoudienne ou à moins faire une déclaration. Les fans de F1 et les militants pacifistes de longue date ont signé le pétition avec plus de 5 000 signatures. “Le meilleur pilote de Formule 1 refusant de concourir en Arabie saoudite ou de s’exprimer pourrait contribuer grandement à convaincre l’Arabie saoudite d’adhérer enfin aux droits de l’homme”, indique la pétition, “Cela enverrait le message que le monde n’est pas aveugle à MbS. essayant de «laver le sport» de ses crimes de guerre et de ses violations des droits de l’homme. “

En plus de la pétition, un lettre a été envoyé à Hamilton par 46 groupes de défense des droits de la personne. Lina al-Hathloul, la sœur de Loujain al-Hathloul a déclaré: “C’est notre espoir sincère en tant que famille que M. Hamilton considère la gravité de soutenir un pays comme l’Arabie saoudite qui emprisonne et torture ses propres citoyens comme ma sœur Loujain.” Le Dr Aisha Jumaan, fondatrice de la Yemen Relief and Reconstruction Foundation, a déclaré: “Les Nations Unies ont signalé que 2,3 millions d’enfants yéménites de moins de cinq ans connaissent la famine. Cela est dû à la guerre saoudienne et au blocus du Yémen. J’espère que vous enverrez leur a agonisé les parents un message de solidarité en boycottant la course.

Ceux qui appellent Hamilton à agir imaginent que s’il ne boycotte pas la course, il pourrait porter un t-shirt avec le visage de Loujain dessus ou le hashtag #FreeHumanRightsDefenders qui appelle le gouvernement saoudien à libérer les nombreux journalistes, dissidents et droits des femmes. militants qui croupissent actuellement en prison. Peut-être que l’athlète le plus décoré de l’histoire de la F1 portera un maillot indiquant au monde entier que bien sûr, voici une course, mais à quelques centaines de kilomètres au sud, le gouvernement saoudien affame systématiquement le peuple du Yémen.

Hamilton, s’il choisit de boycotter ou de faire une déclaration, ne sera pas le premier athlète ou célébrité à appeler un pays pour son bilan en matière de droits humains. En 2017, le footballeur professionnel Michael Bennett, après avoir découvert que son voyage prévu en Israël était organisé par le gouvernement israélien, soutenu du voyage en disant: “L’un de mes héros a toujours été Muhammad Ali. Je sais qu’Ali a toujours soutenu fermement le peuple palestinien.” En 2019, Nicki Minaj a annulé sa performance prévue en Arabie saoudite en invoquant les droits des femmes et les préoccupations des LGBTQ. “Après mûre réflexion, j’ai décidé de ne plus aller de l’avant avec mon concert prévu au Jeddah World Fest”, a déclaré Minaj dans un communiqué. «Bien que je ne veuille rien de plus que d’amener mon émission aux fans en Arabie saoudite, après m’être mieux renseigné sur les problèmes, je pense qu’il est important pour moi de faire valoir clairement mon soutien aux droits des femmes, à la communauté LGBTQ et à la liberté d’expression. . “

Beaucoup de gens disent que le sport n’est pas un lieu de «politique». Mais ce qu’ils veulent généralement dire, c’est qu’ils veulent maintenir leur ignorance volontaire. Le sport fait partie du monde plus vaste, pas en dehors de celui-ci. Les athlètes ne sont pas des personnages dans un film, ce sont de vraies personnes qui bénéficient ou sont lésées par les systèmes en place. Les défenseurs des droits de l’homme et les fans de F1 sont heureux que Lewis Hamilton fasse partie du mouvement Black Lives Matter. Ils espèrent qu’il décidera d’étendre son activisme en dénonçant les violations des droits humains de l’Arabie saoudite et la guerre brutale au Yémen.

.

Leave a Reply