Fernando Alonso a révélé qu’il n’avait aucun regret d’avoir quitté Ferrari, citant le fait qu’ils n’avaient toujours pas gagné depuis son départ.

Alonso a rejoint la Scuderia en 2010 et a conduit pour les Italiens jusqu’à la saison 2014 incluse, terminant P2 à trois reprises dans le championnat des pilotes.

C’est en 2014 qu’Alonso a pris la décision de quitter l’équipe alors qu’ils se débattaient avec une nouvelle unité motrice, mais beaucoup ont été surpris de voir sa destination être McLaren, qui avait elle-même eu du mal à s’adapter à la nouvelle ère de la Formule 1.

Malgré cela, Alonso dit qu’il ne regrette pas d’avoir fait le déplacement.

Tel que cité par AS.com, a-t-il déclaré: «Nous sommes en 2021 et Ferrari ne gagne toujours pas.

«Je ne regrette jamais aucune de mes décisions. Avec une boule de cristal, vous pouvez prendre une décision différente à un moment donné, mais à chaque instant, j’ai senti que j’avais fait la bonne chose.

Le pilote de 39 ans revient dans le sport cette saison avec Alpine après quelques années hors de la grille.

«Avec Alpine, c’est la même chose», a-t-il ajouté à son propos précédent de faire ce qu’il fallait dans le moment. «Je pense que de cette façon, j’ai les plus grands défis après deux ans hors du sport. Les décisions sont prises et les responsabilités sont prises, mais avec Ferrari, le timing était parfait.

«En 2014, il y a eu du succès pendant cinq ans et nous nous sommes battus pour les titres jusqu’au dernier tour en trois des saisons. L’atmosphère était incroyable, tout comme l’amour entre Ferrari et moi. Mais c’était le bon moment. À un moment donné, la relation est endommagée et nous voulions juste avoir l’amour.

Fernando Alonso Alpine PA

Les nouveaux abonnés à F1 TV Pro peuvent regarder le Grand Prix de Bahreïn gratuitement avec un essai de sept jours. Inscrivez-vous ici! Vérifiez s’il vous plaît pour voir si F1 TV Pro est disponible dans votre pays.

Au fil des ans, il est devenu évident qu’Alonso n’était peut-être pas le plus facile à travailler et qu’il pouvait parfois frotter les gens dans le mauvais sens, mais sa performance sur la piste a quelque peu soutenu cette arrogance accusée.

Son retour à Alpin, après avoir déjà été avec l’équipe sous un nom différent à deux reprises, suggère également que ses relations avec ceux avec qui il a travaillé ne peuvent pas être si mauvaises.

«C’est la troisième fois que je conduis pour Renault et j’ai été chez McLaren deux fois», a ajouté Alonso. «J’ai été dans différentes équipes et j’ai répété, donc ils devraient être satisfaits de moi. Sinon, je ne sais pas pourquoi ils m’ont appelé.

«Je continue de parler à [Giancarlo] Fisichella, [Jarno] Trulli habite dans la même ville que moi et il m’a appelé après l’accident pour me faire savoir que si j’avais besoin de quelque chose au supermarché, il m’aiderait.

«Et donc tous les jours avec Stoffel [Vandoorne], Jenson [Button] et maintenant Esteban [Ocon], à qui j’ai envoyé un kart FA Racing cette semaine pour qu’il puisse conduire.

«C’est pour ça que je ris, car tous mes coéquipiers ont été de bons amis à ce moment-là et plus tard. Au Dakar, la même chose m’est arrivée, j’ai dû prêter un pneu à [Nasser] Al Attiyah.

«Parfois, avoir cette réputation est une bonne chose, car quand ils découvrent que je suis normal, ils sont très surpris et heureux.»

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et comme notre La page Facebook.



Leave a Reply