Ben Edwards admet qu’il est d’accord de ne pas être à Abu Dhabi ce week-end pour son dernier grand prix en tant que commentateur de Formule 1 de Channel 4, car il sait que ce sera un moment émouvant lorsqu’il signe et qu’il n’a aucun intérêt à ce qu’il soit filmé. Il ne le dit pas, mais il est également vrai que le joueur de 55 ans n’a aucun intérêt à «être l’histoire». Il est trop modeste et trop professionnel pour cela, car il l’a fait tout au long d’une carrière de près de 30 ans au cours de laquelle il est devenu l’un des meilleurs diffuseurs de course automobile – et de sport.

Edwards a passé la majorité de sa dernière saison de F1 à commenter à distance, n’assistant qu’à la Grand Prix de Grande-Bretagne parce que Channel 4 a couvert en direct – bien qu’il soit à Bahreïn ce week-end pour le remarquable GP de Sakhir. Il est toujours en convalescence quand Sport automobile le rattrape quelques jours plus tard et décrit la course comme «géniale» – pour des raisons évidentes. «Les gars de Channel 4 ont poussé fort pour voir si je pouvais faire l’un des derniers sur place et idéalement l’avant-dernier me convenait. Cela m’a donné un événement festif pour (presque) terminer.

Sa décision de se retirer de Channel 4 était la sienne et faisait suite à beaucoup d’introspection, pour un homme qui a toujours eu une vision plus large et saine du monde en dehors de la “ bulle ” de la F1 – celle qui existe chaque saison, pas seulement en période de pandémie mondiale.

“Ce que Murray a développé, et ce que nous avons tous suivi, c’est que nous parlons tout le temps”

«C’est une combinaison de choses, mais fondamentalement, il s’agit d’un équilibre entre vie professionnelle et vie privée», explique-t-il. «La F1 est un monde intense, que vous soyez mécanicien, pilote, chef d’équipe, journaliste, membre de l’équipe logistique… Vous ne pouvez pas être impliqué en F1 à un niveau modéré, en particulier lorsque vous êtes en première ligne sur les ondes. Il y a aussi un élément compétitif en F1, quel que soit le rôle auquel vous êtes impliqué, et je suis très heureux de l’avoir fait pendant une bonne période et je suis content de ce que j’ai fait. Mais l’intensité de la F1 et la façon dont elle prend le dessus sur votre vie sont un peu trop pour moi maintenant, et il est temps de prendre du recul. Ce que je ne veux pas faire, c’est dire que je ferai la moitié des courses – même si je serais prêt à me substituer pour une seule. C’est un peu comme être un pilote de course: soit vous êtes pleinement engagé, soit vous prenez du recul, et c’est ce que je ressens maintenant.

Ben Edwards dans la cabine des commentaires

Edwards au travail

Canal 4 via Twitter

Edwards a été au micro en F1 pendant deux séjours, d’abord avec Eurosport dans les années 1990, puis pendant les neuf dernières années avec la BBC et ensuite Channel 4. Mais il n’est tombé dans les commentaires que comme un moyen d’aider sa propre carrière de course prometteuse et crédite la ‘Voix de Marques Hatch‘, le légendaire Brian Jones, en tant que personnage responsable de l’itinéraire emprunté par sa vie.

«J’étais instructeur de course à Brands», se souvient-il, «et parce que j’essayais d’obtenir un parrainage, je voulais montrer que je pouvais parler du sport. J’ai discuté avec Brian et lui ai demandé si je pouvais aider de quelque manière que ce soit. C’est lui qui m’a encouragé, m’a mis dans la boîte de commentaires à Westfield à quelques reprises lors de réunions sur le circuit du Grand Prix, et a dit “vous êtes bon dans ce domaine, vous devriez aller plus loin”. Peu de temps après, j’ai remporté la série Formula First en 1987. À la fin de cette année, j’ai écrit à la BBC. Ils allaient couvrir trois courses hivernales sur la tribune, ce que je n’avais pas le droit de faire parce que j’avais remporté le championnat. J’ai fini par être co-commentateur avec Tiff Needell. Après cela, c’est vraiment Steve Slater »- une voix familière de F1 pour les téléspectateurs d’Extrême-Orient -« qui m’a donné la connexion à Eurosport. La première course que j’ai faite pour eux était une épreuve mondiale de voitures de sport au Nürburgring en 1991. »

Maintenant, il y a un art dans le commentaire télévisé et ce n’est vraiment pas pour tout le monde – comme cet écrivain le sait d’après sa propre expérience bégayante et maladroite. «Il y a une certaine chance là-dedans», dit Ben. «Ma voix fonctionne pour les commentaires, et elle le fait ou non. Mais alors bien sûr, c’est comment cela se développe et si vous l’appréciez. Et je l’ai apprécié dès le début. C’était une façon de gagner de l’argent en dehors de l’instruction, et cela m’a donné une autre avenue. Je l’ai vraiment fait pour trouver des sponsors pour faire de la course, mais ça n’a jamais marché. Je n’ai jamais obtenu de parrainage par le biais de commentaires, mais j’en ai tiré une carrière.

Ben Edwards avec Karun Chandhok à Monaco

Karun Chandhok avec Edwards à Monaco

Canal 4 via Twitter

Les amateurs de sports britanniques ont été bénis par de merveilleuses voix appelant à l’action au fil des ans. Nous parlons quelques jours après le décès de l’un des meilleurs joueurs de golf, Peter Alliss, à l’âge de 89 ans, quelques semaines à peine après avoir commenté les Masters retardés par la pandémie à Augusta. Nous citons quelques-uns de nos favoris: pour moi, David Coleman dans le football et l’athlétisme, Bill McLaren dans le rugby, “Whispering” Ted Lowe au billard, Peter O’Sullevan dans les courses de chevaux, Harry Carpenter dans la boxe; pour Ben, David Mercer au tennis. Mais naturellement pour nous deux, il y en a une évidente qui doit être incluse sur toute liste de grandes voix sportives.

«Murray Walker, bien sûr», dit Ben. «Il était important pour moi et il a établi la norme pour les commentaires du sport automobile britannique. Il l’a fait pendant longtemps, avant que la F1 ne devienne ce qu’elle est aujourd’hui, et il était impliqué dans d’autres formes de sport automobile. Cette passion et cet enthousiasme de Murray, qui étaient si authentiques, m’ont en quelque sorte motivé. C’est ce sur quoi j’ai essayé de m’appuyer. Au début, ma passion était interne parce que j’aimais le sport automobile, mais c’est ce que j’ai essayé de développer et de le diffuser de manière authentique.



Leave a Reply