Nicholas Latifi dit que l’amélioration de Williams entre les saisons 2019 et 2020 était au-delà de tout ce qui avait été vu auparavant en Formule 1.

Williams terminé avec un zéro à côté de leur nom dans le Championnat des constructeurs 2020, une première pour la tenue Grove, mais en réalité, leur performance globale était bien supérieure à leurs efforts de 2019.

Robert Kubica a marqué le seul point de Williams en 2019, mais cela s’est produit lors d’un Grand Prix d’Allemagne fou, tandis que pour le reste de la saison, le Polonais et George Russell ont été laissés à l’arrière bien en retrait.

Mais en 2020, Russell et Latifi se sont régulièrement battus avec les milieux de terrain inférieurs Haas et Alfa Romeo, affichant des progrès nets même s’ils n’avaient pas un point à montrer.

Russell a également atteint Q2 dans neuf des 17 tours en 2020.

Et ce genre de progrès d’année en année, selon Latifi, était «inconnu» auparavant en Formule 1.

«C’est vraiment remarquable, le saut que nous avons réussi à faire cette année sur certaines pistes», a-t-il déclaré, cité par Motorsportweek.com.

«À Bahreïn, la piste standard, George est allé plus vite que l’an dernier de deux secondes et demie.

«C’est invisible ou inouï en F1, développement d’année en année. Si nous pouvions même en obtenir un peu plus, ce serait plutôt bien et nous rapprocherait un peu plus de la bataille du milieu de terrain.

Nicholas Latifi Williams

Latifi ne pense pas que Williams puisse faire les mêmes progrès d’ici 2021 en raison du gel du développement du châssis, mais l’équipe peut encore apporter quelques modifications à la voiture et le Canadien pense que cela les aidera à faire un pas vers le côté commercial de le pack milieu de terrain.

«Je suis convaincu que nous continuerons de réduire l’écart, c’est certain», a-t-il déclaré.

«Nous savons que l’année prochaine, les voitures sont reportées, donc nous ne serons peut-être pas en mesure de faire autant de développement que nous le souhaiterions si ce n’était qu’une année normale, surtout si elle entrait dans la réglementation 2022.

«Il y a toujours un grand accent sur le développement de la voiture, mais fondamentalement, la voiture est la voiture et a toujours ses faiblesses inhérentes, à travers les diverses et certaines pièces qui sont homologuées que vous êtes et n’êtes pas autorisé à changer. Il devient un peu plus difficile de trouver autant de performances que nous le souhaitons ou le souhaitons.

«Mais il y a définitivement des éléments de développement, aussi récents que les deux courses à Bahreïn, de nouvelles pièces étaient à tester, essayant d’améliorer la voiture pour l’année prochaine. Nous allons combler l’écart, j’en suis convaincu.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram!



Leave a Reply