Bienvenue dans le tour d’horizon de la technologie et de l’innovation au Brésil cette semaine. Voici ma sélection de trois développements clés dans la plus grande économie d’Amérique latine que vous devriez connaître: tout d’abord, la visite éducative mondiale du ministère des Communications sur la 5G et l’annonce de la stratégie initiale de l’autorité brésilienne de protection des données. Pour l’avenir, le Brésil discute du droit à l’oubli, ce qui n’apaise pas le secteur technologique.

Début de la tournée ministérielle brésilienne de la 5G

Mardi (2), le ministre brésilien des Communications Fabio Faria a commencé un voyage mondial dans le but d’en savoir plus sur la technologie 5G disponible dans divers pays. Outre Faria, la délégation comprend des représentants des ministères de la Défense et des Affaires étrangères, deux ministres de la Cour fédérale des comptes, ainsi que le secrétaire aux affaires stratégiques du président Jair Bolsonaro, Flávio Rocha.

L’itinéraire comprend la Suède, la Finlande, la Corée du Sud, le Japon et la Chine, où la délégation brésilienne prévoit de rencontrer les autorités ainsi que les dirigeants d’entreprises clés de l’espace technologique 5G. Après son arrivée en Suède mercredi (4), Faria a eu une visioconférence avec Borje Ekholm, directeur général de Ericsson, et le représentant de la société au Brésil, Eduardo Ricotta.

En outre, la délégation ministérielle brésilienne a rencontré Marcus Wallenberg, dont l’empire commercial familial comprend des participations dans Ericsson et AstraZeneca. Même si la réunion portait principalement sur la 5G, Faria en a profité pour demander au milliardaire suédois d’apporter au Brésil le besoin de plus de doses d’AstraZeneca. Vaccin contre le covid-19 au conseil d’administration de la société pharmaceutique.

L’ordre du jour comprenait également une visite au siège du géant technologique suédois à Stockholm, suivie d’une démonstration et d’une visite au centre de prototypes 5G de l’entreprise. En outre, la délégation brésilienne a rencontré le ministre suédois des infrastructures énergétiques et du développement numérique, Anders Ygeman.

Hier, le groupe s’est dirigé vers Finlande, pour visiter les installations de Nokia à Helsinki et rencontrer le directeur général de l’entreprise, Pekka Lundmark. L’ordre du jour comprenait des réunions avec le ministre finlandais des Communications et des Transports, Timo Harakka, ainsi que le ministre de la coopération au développement et du commerce extérieur, Ville Skinnari.

La liste complète avec les noms des organisations à visiter n’a pas été divulguée par le ministère des Communications, mais il est probable que la visite en Corée du Sud impliquera une réunion avec Samsung, et cela NEC et Fujitsu devrait être sur la liste pour le voyage au Japon, ainsi que Huawei en Chine, qui est la destination finale de la tournée Whistlestop.

Selon les autorités brésiliennes, les leçons tirées du voyage devraient contribuer à un processus plus rapide autour de la vente aux enchères de la technologie de cinquième génération, qui devrait s’achever dans les 60 jours. La visite intervient juste après que le bureau de Bolsonaro a publié un certain nombre de conditions pour l’enchère 5G, qui incluent la création d’un réseau gouvernemental privé, mentionnée dans le tour d’horizon de la semaine dernière.

La demande du nouveau réseau privé, qui sera déployée par le gagnant de l’enchère, a été introduite comme un moyen de contourner la résistance de Bolsonaro par rapport à la participation de Huawei à la 5G en tant que fournisseur d’équipements aux opérateurs. Les opérateurs télécoms locaux sont en colère face aux nouvelles exigences, ce qui ajoutera des milliards au coût global de mise en œuvre de la 5G au Brésil. Cependant, Faria a émis une menace avant de partir pour sa tournée mondiale, en disant que le gouvernement pourrait augmenter le prix des licences 5G si les entreprises refusaient de se conformer.

Le gendre d’un présentateur de télévision brésilien bien connu, Faria a prêté serment en juin 2020, alors que Bolsonaro a recréé le ministère des Communications (qui depuis 2016 faisait partie du ministère de la Science, de la Technologie et des Innovations), pour se concentrer sur agendas tels que la prochaine vente aux enchères 5G du pays.

***

L’autorité nationale de protection des données annonce un plan initial

La Autorité nationale brésilienne de protection des données (ANPD, dans l’acronyme portugais) a annoncé son plan et sa stratégie initiaux pour la période 2021-2023.

Publié lundi (1), le document expose les objectifs stratégiques de l’autorité: la création d’une culture de la protection des données personnelles au Brésil, ainsi que la mise en place d’un environnement réglementaire pour la protection des données personnelles, et l’amélioration des conditions de respect des le Règlement général sur la protection des données du pays, introduit en novembre 2020.

Dans le cadre des objectifs autour du premier objectif stratégique, les actions comprendront la création d’un agenda d’événements et d’ateliers pédagogiques autour du thème, ainsi que de guides relatifs à la protection des données et à la recherche, à mener à travers des partenariats stratégiques.

En outre, la stratégie de l’ANPD comprendra également la création de procédures et de mécanismes de traitement des incidents et plaintes relatifs à la protection des données, ainsi que des actions structurelles pour l’autorité elle-même, telles que l’obtention d’un budget «adéquat et suffisant», ainsi qu’un bureau physique et le personnel.

***

Regard vers l’avenir: le Brésil discute du droit à l’oubli

Mercredi (3), la Cour suprême fédérale a repris un procès qui pourrait définir la position du Brésil sur la droit d’être oublié – le droit d’une personne de ne pas permettre que quelque chose qui s’est produit à un certain moment de sa vie soit exposé indéfiniment au grand public. L’affaire est centrée sur le meurtre de Aída Curi à Rio de Janeiro dans les années 50, qui a fait l’objet d’une émission de télévision brésilienne en 2004 qui utilisait son image, sans le consentement de sa famille.

Le droit à l’oubli, qui comprend également le droit de supprimer des informations des moteurs de recherche en ligne, est un concept controversé dans la pratique, car il implique les différentes nuances de la liberté d’expression et du droit à la vie privée, et soulève également des questions telles que le risque de censure et de tentatives de réécriture de l’histoire. Le ministre de la Cour suprême, Dias Toffoli, a déclaré que le droit à l’oubli est “incompatible avec la Constitution”, lorsqu’il concerne “des faits ou des données qui sont véridiques et légalement obtenus et publiés dans des médias analogues ou numériques”.

L’industrie technologique brésilienne s’oppose à une décision en faveur du droit à l’oubli: le Fédération des associations d’entreprises brésiliennes de technologie de l’information (Assesspro) estime qu’une telle décision peut entraîner une série de poursuites judiciaires, ainsi que des problèmes liés au fait de forcer les plates-formes à créer une «liste noire» d’informations qui ne peuvent être rendues disponibles: l’association estime que cela restreindrait le droit d’accès à information. Le procès se poursuivra la semaine prochaine.

.

Leave a Reply