- Publicité -


NEW YORK, 2 décembre (Reuters) – Un juge américain a rejeté vendredi l’acte d’accusation contre Meng Wanzhou, le directeur financier de Huawei Technologies Co. [RIC:RIC:HWT.UL]mettant officiellement fin à une affaire de sanctions pénales qui a mis à rude épreuve les relations américano-chinoises.

Meng, dont le père Ren Zhengfei a fondé Huawei et est le directeur général de la société de télécommunications, est entré dans une accord avec les procureurs américains l’année dernière pour que l’affaire soit classée quatre ans après son arrestation en décembre 2018.

- Publicité -

Les procureurs ont accusé Meng de fraude bancaire et d’autres crimes pour avoir induit en erreur HSBC Holdings Plc (HSBA.L) et d’autres banques sur la relation de Huawei avec une société qui opérait en Iran.

Ils ont déclaré que les actions de Meng exposaient les banques à des sanctions pour avoir traité des transactions qui violaient les sanctions américaines.

Huawei a plaidé non coupable accusations criminelles américaines connexes.

La juge de district américaine Ann Donnelly à Brooklyn a rejeté l’acte d’accusation de Meng avec préjudice, ce qui signifie qu’il ne peut pas être réitéré.

Un avocat de Meng et une porte-parole de Huawei n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Meng a passé près de trois ans en résidence surveillée au Canada après son arrestation dans un aéroport de Vancouver.

Elle a conclu un accord de poursuite différée avec les procureurs américains en septembre 2021 dans lequel elle a reconnu avoir fait de fausses déclarations sur les activités iraniennes de Huawei.

Le jour où Donnelly a approuvé cet accord, Meng est rentré chez lui à Shenzhen.

Peu de temps après, la Chine a libéré deux Canadiens qu’elle détenait et deux frères et sœurs américains qui avaient été empêchés de quitter le pays ont été autorisés à rentrer chez eux.

Meng, 50 ans, sert désormais de Huawei présidente tournante et vice-présidente, ainsi que CFO.

Les États-Unis considèrent toujours Huawei comme une menace pour la sécurité nationale.

Le 25 novembre, l’administration Biden banni approbations de nouveaux équipements de télécommunications de Huawei et du chinois ZTE Corp (000063.SZ) parce qu’ils représentaient un “risque inacceptable” pour la sécurité nationale.

Reportage de Karen Freifeld et Jonathan Stempel à New York; Montage par Sandra Maler

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici