Les appels de Victor Zhang de Huawei et des directeurs techniques de Vodafone et de BT n’ont pas suffi à dissuader le comité de mettre fin à la mission de Huawei d’aider à construire des réseaux 5G au Royaume-Uni.

Le sort de Huawei semble avoir été scellé la semaine précédant l’annonce officielle que son équipement devait être retiré des réseaux britanniques d’ici la fin de 2027.

Une audition du Comité parlementaire de la science et de la technologie présidée par l’ex-secrétaire d’État chargé des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle, Greg Clark, a interrogé de près le chef des réseaux de Vodafone, Andrea Dona, et le directeur technique de BT, Howard Watson.

Certains opérateurs britanniques craignaient qu’un retrait complet des équipements Huawei ne soit nécessaire dans les trois ans. Dona et Watson ont déclaré que ce délai serait très perturbateur et ont mis en garde contre des «pannes de signal» pour ses clients.

Les deux hommes ont été clairs lorsqu’ils ont parlé à la commission parlementaire que le Royaume-Uni aurait besoin «d’au moins cinq ans, peut-être sept» pour retirer complètement l’équipement 5G de Huawei.

Et c’est arrivé avec l’annonce officielle de l’interdiction de Huawei: les réseaux auraient sept ans. Au final, le verdict représente un compromis pour les opérateurs.

La décision intervient après que le Premier ministre Boris Johnson ait initialement donné le feu vert à Huawei pour jouer un rôle dans le domaine non essentiel des réseaux 5G des opérateurs britanniques, l’équipement du fournisseur étant plafonné à une part de marché de 35% dans les réseaux.

Déploiement

Bien que Vodafone et BT soient quelque peu soulagés du calendrier, le coût de retrait du kit sera un casse-tête.

Avant la décision très importante, Dona a déclaré au comité: «Si les directives actuelles devaient être renforcées, nous aurions besoin de dépenser des milliards pour changer notre infrastructure actuelle.»

Interrogé plus loin, Dona a déclaré que cela coûterait à Vodafone des «milliards à un chiffre».

«Lors de l’examen de nouvelles restrictions, nous devons envisager un calendrier raisonnable et pratiquement réalisable, car il faudra plusieurs années pour minimiser les perturbations que cela entraînera sur nos activités et nos clients», a-t-il déclaré.

«Le déploiement de l’infrastructure nécessite plusieurs années et un changement rapide des décisions compromettrait la résilience des réseaux.»

Interrogé sur l’impact potentiel d’une suppression rapide dans les deux à trois ans, Dona a rapidement arrêté cette option – bien qu’il ait souligné que Vodafone n’utilise Huawei dans aucun de son réseau principal.

«Ce serait très perturbateur pour nos clients et leurs entreprises», a-t-il déclaré. «L’échange consiste à retirer l’équipement à un mât et à couper les signaux à ces mâts.»

Il a dit que cela signifierait que le service est alors en panne dans cette zone, les clients perdant leur signal – et que cela pourrait parfois durer quelques jours, selon la difficulté du travail.

Temps supplémentaire: Watson de BT et Dona de Vodafone ont plaidé pour plus de temps pour supprimer tout kit Huawei 5G

Watson, quant à lui, a plaidé pour plus de temps tout en témoignant devant le comité parlementaire.

«L’interdiction d’utiliser nos réseaux centraux et la limite de 35% dans les réseaux d’accès est extrêmement difficile et coûteuse pour BT. Je pense qu’il est impossible sur le plan logistique d’arriver à zéro en trois ans.

«Pour supprimer tout le réseau, il faudrait que plusieurs sites soient éteints en même temps pendant au moins une journée et parfois plus.

«Prenez Londres, par exemple: elle est principalement desservie par des équipements sur les toits et pour y accéder, nous devions faire venir des grues. Ce n’est pas possible sur le plan logistique dans le délai de trois ans dont il a été question. »

Sécurité

Bien que le sort de Huawei ait finalement été confirmé, le fournisseur a fait de son mieux pour convaincre le panel d’adopter une approche différente lors des discussions de la onzième heure.

Le vice-président et représentant en chef de Huawei au Royaume-Uni, Victor Zhang, et le vice-président du Royaume-Uni, Jeremy Thompson, ont assuré au Comité que Huawei ne constituait pas une menace pour la sécurité.

Zhang a qualifié les sanctions américaines de «injustifiées» tout en défendant la position de Huawei, et a expliqué qu’il faudrait plusieurs années pour connaître les effets à long terme d’une interdiction au Royaume-Uni.

Zhang a fait valoir que Huawei avait pleinement coopéré avec le Royaume-Uni pour donner des assurances sur sa sécurité et cite la création par le vendeur d’une installation de cybersécurité au Royaume-Uni.

«Nous avons été ouverts avec le gouvernement britannique pour répondre à tout problème de sécurité», a-t-il déclaré. «Nous avons créé un centre de cybersécurité pour montrer la transparence de Huawei.

«Nous ne cachons rien et pouvons fournir tous nos logiciels et matériels à ce centre pour qu’ils soient évalués par des experts de haut niveau.»

En réponse à la question de savoir pourquoi cela était nécessaire pour Huawei alors qu’aucun autre fournisseur n’avait fait de même au Royaume-Uni, Zhang a répondu: «On nous a dit que la cybersécurité était un grand défi par le gouvernement britannique.»

Thompson a également rejeté toute idée selon laquelle Huawei était un «fournisseur à haut risque».

«Nous n’aimons pas le terme« fournisseur à haut risque ». Lorsque nous sommes arrivés au Royaume-Uni pour la première fois, nous n’avions aucune part de marché et étions considérés comme à haut risque à l’époque », a-t-il déclaré.

«Depuis, nous avons contribué aux réseaux du Royaume-Uni et contribué à augmenter la bande passante disponible pour le réseau fixe. Nous avons également réduit les coûts d’un tiers. Ce sont quelques-unes de nos contributions au Royaume-Uni. »

Zhang a assuré qu’il n’y aurait pas d’effet immédiat sur le service réseau dans le pays.

«À court terme, il n’y a aucun impact sur le déploiement de la 5G au Royaume-Uni. Nous nous sommes préparés pendant cinq ans pour nous assurer que le réseau existant du Royaume-Uni ne soit pas touché », a-t-il déclaré.

Zhang: les sanctions américaines contre Huawei sont injustifiées

Ericsson

La décision de retirer Huawei de l’infrastructure 5G du pays donnera sans aucun doute à Vodafone et BT beaucoup de travail à faire, bien qu’aucun des deux opérateurs ne dépende uniquement de ce fournisseur pour la technologie.

Lors de la réunion du comité, Dona a parlé de la composition de l’infrastructure réseau de Vodafone, qui utilise également des équipements Ericsson.

«Vodafone UK utilise Ericsson et Huawei. Un tiers de notre réseau 2G, 3G et 4G est avec Huawei, tandis que le reste est avec Ericsson.

«Nous utilisons également les deux pour la 5G. Cette division est commercialement sensible, mais Huawei n’est pas utilisé dans la partie centrale du réseau. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi ces informations étaient commercialement sensibles, Dona a déclaré que «publier des chiffres pourrait donner un avantage à nos concurrents».

Watson a été un peu plus franc lorsqu’on lui a posé des questions sur l’impact sur BT, affirmant que la majeure partie de l’infrastructure 5G de l’entreprise était fournie par Huawei.

«La majorité de notre déploiement 5G actuel se fait sur le réseau Huawei», a-t-il déclaré.

«Au cœur, nous utilisons à la fois Ericsson et Huawei, mais nous sommes en train de supprimer Huawei du cœur de notre réseau mobile conformément à la politique gouvernementale.»

Watson a également donné une ventilation des fournisseurs d’infrastructure de BT pour ses autres réseaux.

«Nous avons deux fournisseurs dans notre réseau d’accès radio: Huawei et Nokia», a-t-il déclaré. «Nous utilisons Huawei pour 2G, 4G et 5G, et Nokia pour 2G, 3G, 4G et 5G.

Le partage entre eux (à l’exclusion de la 3G, qui est exclusivement Nokia) est que les deux tiers de la 2G et de la 4G sont Huawei et le reste est Nokia. »

Pendant ce temps, la possibilité qu’un autre fournisseur vienne remplacer Huawei a été envisagée lors de la réunion.

Samsung, en particulier, a été désigné comme une alternative, le vice-président exécutif Woojune Kim faisant de son mieux pour jeter le chapeau du vendeur coréen dans le ring.

Kim a décrit les performances de Samsung au Royaume-Uni en tant que fournisseur d’infrastructures, mais a reconnu que sa présence est nettement inférieure à celle de certains de ses concurrents.

«Nous faisons déjà partie des réseaux britanniques via Three UK (Hutchison) et leur avons fourni 12 000 stations de base au cours des cinq dernières années.

«Nous essayons de nous développer sur le marché britannique à mesure que nous entrons dans la 5G et ce n’est pas facile, mais nous y travaillons. Samsung recherche toujours des opportunités commerciales. »

Kim affirme que Samsung détient environ 10% du marché mondial de l’infrastructure réseau, le fournisseur étant particulièrement important en Corée, au Japon et aux États-Unis.

Mais il dit que l’un des défis pour l’entreprise est qu’elle hésite à investir dans les technologies 2G et 3G traditionnelles.

«C’est un fardeau à assumer à bien des égards, car à bien des égards, c’est une technologie en voie de disparition», a déclaré Kim. «Nous préférons investir dans des technologies avant-gardistes telles que la 4G, la 5G et la 6G.»

Il a ajouté: «Les opérateurs coréens, japonais et américains ont clairement cherché à investir dans des technologies plus récentes plutôt que dans des technologies héritées. C’est la différence entre ces marchés et ce qui s’est passé en Europe et au Royaume-Uni. »

Alternative: Samsung pourrait-il accroître sa part de marché au Royaume-Uni et en Europe pour combler le vide?

Héritage

En raison de la réticence de Samsung à investir dans les réseaux hérités, BT et Vodafone ont évité de mentionner le fournisseur comme alternative lorsqu’on leur a demandé.

«Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, c’est que la 2G est toujours utilisée lors des appels vocaux.
Mon opinion à l’heure actuelle est que pour une technologie de remplacement aujourd’hui, la 2G doit être un élément essentiel de cette solution », a déclaré Watson.

Dona ajoute: «Nous ne pouvons ignorer le fait qu’un grand nombre de nos clients sont des clients professionnels qui s’appuient sur les technologies 2G et 3G, et que leurs appareils ne sont autorisés qu’à répondre à ces réseaux.

«La transition vers la 4G et la 5G à part entière doit aller de pair avec nos collègues commerciaux pour remplacer les appareils sur le terrain.»

Leave a Reply