Nos données numériques pourraient créer un héritage numérique pour les générations futures.  - Photo Shutterstock via ETX Studio
Nos données numériques pourraient créer un héritage numérique pour les générations futures. – Photo Shutterstock via ETX Studio

Abonnez-vous à notre Télégramme canal pour les dernières mises à jour sur les nouvelles que vous devez savoir.


PARIS, le 15 mai – Que deviennent nos données numériques après notre mort? Les chercheurs canadiens en informatique ont mis au point 12 concepts qui nous permettraient de transmettre ces renseignements personnels à notre famille à l’aide d’outils novateurs basés sur la personnalisation et la confidentialité.

Nos données numériques sont de plus en plus importantes dans notre société. Cependant, alors que cela peut devenir de plus en plus important de notre vivant, une fois notre temps écoulé, ces données deviennent largement inutiles à une exception près: pour nos familles. Les histoires de familles «piratant» Facebook, des comptes Google ou même des téléphones ne manquent pas pour récupérer des données ou des souvenirs utiles.

Des recherches antérieures ont montré l’importance de préparer ses données numériques à la mort, même si le processus reste fastidieux. La faciliter nécessiterait un outil simple, afin que l’individu en question ne laisse pas la responsabilité des données numériques à une autre personne. Une étude récente de l’Université de la Colombie-Britannique, au Canada, a examiné 12 concepts purement hypothétiques de méthodes et de formes possibles qui pourraient permettre aux enfants d’obtenir un héritage numérique de leurs parents. Les chercheurs ont présenté leurs concepts à 20 personnes (âgées de 18 à 81 ans) et leur ont demandé ce qu’ils pensaient de ces nouvelles propositions.

«The Box of Data», «Memory Swipe», «Blast from the Past» et «Generation Cloud» font partie des différents outils conceptualisés qui pourraient être utilisés pour permettre au défunt de transmettre ses données à la génération suivante. Avec «The Box of Datam», l’objectif est de partager, par exemple, un top 10 des chansons les plus écoutées de votre vie sur vinyle ou cartes postales de vos 10 lieux les plus visités (grâce aux données de Google Maps). Contrairement aux autres idées, la boîte de données est la seule à offrir un contenu physique, quelque chose de naturellement chéri. Ce concept spéculatif a été jugé comme une idée positive par 13 des 20 participants.

Les données ne peuvent pas représenter l’intégralité d’un individu

Un autre concept a été reçu à la quasi-unanimité. “Generation Cloud” vous permettrait de stocker vos moments les plus précieux, photos, voyages, chansons, informations importantes, arbre généalogique dans une sorte de lecteur Google, facilitant ainsi la transmission de ces informations d’une génération à l’autre. C’était le concept le plus populaire (approuvé par 15 personnes sur 20), et les participants ont apprécié sa capacité à établir un lien personnel avec leur histoire familiale collective. «C’est un excellent concept. Je suis vraiment intéressé par les aspects de l’arbre généalogique et je connais votre famille et les générations précédentes, c’est très intéressant pour moi », a déclaré un participant de 52 ans.

Bien que les concepts de l’étude fournissent des idées pour prolonger la durée de vie de nos données (et donc une forme d’existence), elles peuvent devenir un fardeau pour les familles lorsque personne n’est impliqué. Les participants qui avaient subi une perte étaient plus conscients du fardeau potentiel créé après le décès des personnes endeuillées. Ces participants ont estimé que l’expérience du deuil pourrait les inciter à se préparer à la mort. Par exemple, une enseignante retraitée de 75 ans a été motivée par la mort de sa mère à réduire le nombre de ses biens physiques pour ses enfants: «J’ai tellement de papiers et j’essaye de m’en débarrasser parce que je n’en ai pas veulent que cette tâche soit intimidante pour mes enfants. J’ai nettoyé la maison de ma mère et c’est une lutte. Le temps est limité, vous vous sentez très triste et vous n’avez pas le jugement. Dans le même ordre d’idées, elle a créé un fichier numérique appelé «où sont mes affaires» auquel ses enfants peuvent accéder après sa mort.

Parmi les 12 concepts, l’une des idées, qui semble sortir tout droit d’un film de science-fiction, n’a pas été accueillie positivement par tous. «Blast from the Past» propose de créer une réplique de la personne décédée alimentée par l’IA et basée sur toutes ses données disponibles. À l’aide de casques VR, leurs descendants pouvaient ensuite discuter avec eux. Cette idée n’a pas convaincu les participants; seuls cinq d’entre eux ont eu une réponse positive. Pour eux, les répliques avaient un caractère effrayant. «Ce n’est pas comme ça que je veux me souvenir de quelqu’un…», a reculé l’un des participants, âgé de 57 ans. «Vous avez pris un être humain complexe et en avez fait une petite icône numérique.» Ces réactions suggèrent à l’équipe que notre société n’est pas prête à accepter de ramener une personne décédée grâce à la technologie comme une forme appropriée de souvenir.

Avant les entretiens, peu de participants avaient préparé leurs données en prévision du décès. Après avoir discuté des concepts, la plupart des participants ont estimé qu’il était important de tenir compte de la préparation des données en prévision du décès. – Studio ETX

.

Leave a Reply