On dit souvent «pouvez-vous vivre une époque intéressante». Ces derniers mois et particulièrement ces dernières semaines ont certainement été des moments intéressants, écrit Abraham Liu (photo).

Il est maintenant clair qu’après, dirons-nous, une élection américaine un peu inhabituelle, il y aura une nouvelle administration américaine en janvier.

Il est encore trop tôt pour dire quelles seront les politiques du président élu Biden et du vice-président élu Harris, mais d’après l’équipe qu’ils se réunissent autour d’eux, il semble que nous revenions dans un monde de coopération et d’engagement multilatéraux, qui le point de vue d’un chef d’entreprise est encourageant.

Nous n’avons qu’à regarder les expériences de cette année pour voir les fruits d’un tel multilatéralisme. Avec la dernière décennie de collaboration mondiale dans le secteur des TIC, la qualité des réseaux a permis à des aspects importants de nos vies de continuer, tels que le télétravail, la médecine à distance, l’enseignement à domicile et la continuité des affaires. Plus précisément, la possibilité de passer des visioconférences de haute qualité est le résultat direct des efforts mondiaux et de la coopération pour développer une norme de réseau 4G unique – avant l’arrivée au pouvoir de l’administration américaine sortante.

Au cours du mandat de la dernière administration, cependant, nous avons vu des tentatives des États-Unis de menacer les autres par leur domination technologique. Cela a eu pour effet d’encourager les Européens à parler de leur souveraineté numérique et de la résilience de leurs réseaux. Saviez-vous, par exemple, que la plus grande partie de votre stockage de données, de vos services cloud, de vos semi-conducteurs et de votre infrastructure technologique provient des États-Unis? Sur les 10 principaux fournisseurs de cloud de l’UE, seuls trois peuvent vraiment être classés comme d’origine européenne. Huawei, d’autre part, ne traite pas vos données, n’y a pas accès, ni ne les monétisons. Nous ne sommes même pas obligés de collecter des données si on nous ordonne – je suis assuré que la loi chinoise pertinente n’a pas d’application extraterritoriale – contrairement, ironiquement, au «Cloud Act» américain. Nous pouvons réellement aider l’Europe dans ses ambitions de souveraineté numérique et d’autonomie stratégique.

Mais je crois que cette discussion sur l’origine d’une entreprise de technologie, promue par l’administration américaine actuelle, est au mieux ratée, et au pire une forme de «racisme d’entreprise». Cela ne fait aucun bien à personne, encore moins aux consommateurs européens. Huawei est né en Chine, mais sa technologie n’est pas entièrement chinoise – comme toute entreprise technologique européenne ou américaine, la technologie est multinationale.

Les produits Apple ont des composants européens et chinois. Les produits Nokia ont des pièces chinoises et américaines. Le kit Huawei contient des éléments européens et américains. L’idée que vous devez choisir entre le chinois et les États-Unis ou l’Europe est fausse – vous choisissez déjà le chinois dans tout ce que vous achetez. En effet, tout en essayant d’exclure Huawei des réseaux 5G au motif que nous sommes chinois, les États-Unis et l’Europe augmentent leurs échanges avec la Chine et les entreprises chinoises, et les entreprises européennes étendent également leurs marchés en Chine.

C’est en conséquence directe de cette chaîne d’approvisionnement technologique connectée et interdépendante que de nombreuses entreprises européennes et américaines sont également endommagées par les politiques de l’administration américaine actuelle. J’espère que ce message trouvera un écho auprès des nouveaux législateurs américains et de leurs homologues ici en Europe, car il y a tellement d’avantages que les nouveaux développements technologiques dans l’IA, le quantique et le cloud computing peuvent apporter – notamment pour les objectifs de protection de l’environnement de l’Europe comme indiqué dans son Green Deal et ses plans de relance. Un réseau 5G sans Huawei est un réseau plus cher et moins avancé sur le plan technologique.

Il est probablement trop optimiste pour conclure qu’une nouvelle administration américaine renversera ou modifiera les politiques les plus restrictives envers Huawei à court terme, voire à moyen terme. Mais alors que nous prévoyons le pire, nous espérons le meilleur.

Pour moi, il suffirait que dans les semaines et les mois à venir, nous vivions ici en Europe et à Huawei une période de communication accrue, de collaboration accrue et de coopération accrue entre les pays et les continents. Que nous vivons à une époque un peu moins intéressante!

Leave a Reply