* L’employeur de Shahabuddin Karikar sur un chantier de construction dans la banlieue ouest de Mumbai, Malad, lui a demandé de se faire vacciner. L’ouvrier de 30 ans a un Android téléphone mais pas de pack de données. Il a essayé d’utiliser le téléphone d’un voisin du bidonville de Behram Baug pour s’inscrire en ligne, mais a échoué.

«Après un certain temps, j’ai abandonné. Je ne comprends pas comment faire. Je serai vacciné lorsque je retournerai dans mon village du Bengale occidental plus tard cette année », a-t-il déclaré.

* Dans le bidonville de Malvani, à 10 km au nord de Malad, Zulekha Mehboob Mulla (41 ans) a réussi à s’inscrire sur CoWIN, mais n’a pas pu réserver une place après avoir essayé pendant trois jours avec sa connexion Internet lente. Désespérée de se faire vacciner, elle s’est présentée dans un centre de vaccination de la NESCO le 8 mai. Après avoir attendu deux heures, elle a été refusée.

«Ils ont dit de réserver en ligne et de venir», a déclaré Zulekha.

Selon les estimations du gouvernement, plus de 40% des 1,3 million d’habitants de Mumbai vivent dans des bidonvilles. Une grande partie de la population des bidonvilles n’a pas de smartphone ou n’est pas habile à en gérer un. L’insistance du gouvernement à s’inscrire et à réserver un créneau en ligne via CoWIN rend particulièrement difficile pour ces citoyens de se faire vacciner.

De plus, les vaccins sont rares et beaucoup parmi cette population n’ont tout simplement pas le temps de continuer à essayer de trouver un créneau. Karikar a déclaré qu’il avait gagné Rs 200 après avoir travaillé pendant 12 heures sur le chantier: «Je n’ai pas le temps de m’asseoir et de continuer à essayer pour une place.»

Bien qu’il n’y ait pas de données, les responsables de divers centres de vaccination à Mumbai ont estimé que le taux de participation des bidonvilles était «très faible». L’organisme civique a arrêté les visites sans rendez-vous la semaine dernière, rendant la pré-inscription sur CoWIN obligatoire pour tout le monde sauf ceux qui reçoivent la deuxième dose de Covaxin, après que plusieurs centres aient signalé des foules massives et de la colère face aux longs délais d’attente.

Sunita Wagh, une employée de maison de 42 ans, a reçu sa première dose de Covishield le mois dernier et a l’intention de faire sa deuxième injection la semaine prochaine. Elle ne sait pas qu’elle ne pourra plus simplement faire la queue comme elle l’a fait la première fois. Aucun responsable de la santé ou représentant de la santé publique n’a visité le bidonville de Versova, qui compte plus d’une centaine de maisons où elle vit.

«Je ne sais pas grand-chose à ce sujet… J’ai reçu le vaccin parce que mon employeur a insisté pour que je le fasse. Je suis allé à l’hôpital Cooper et j’ai fait la queue pendant cinq heures. J’y retournerai la semaine prochaine », a-t-elle déclaré. Wagh n’a pas de smartphone et ne sait rien de CoWIN ou des créneaux de pré-réservation.

«Nous essayons de nous entraider. Certains jeunes savent comment s’inscrire et nous dépendons d’eux », a déclaré Meenakshi Lade, un habitant de la même colonie. Les résidents ont dit qu’ils avaient de nombreuses questions sur la façon de se faire vacciner, mais qu’il n’y avait personne à poser. Ils ont dit qu’ils avaient entendu dire qu’un corporateur local aidait les gens à s’inscrire sur CoWIN dans un bureau de son parti. «Mais combien y parviendront-ils? La plupart ont peur. S’ils peuvent visiter nos maisons pendant les élections, pourquoi ne peuvent-ils pas venir maintenant? » a demandé un résident.

Mais il y a aussi des endroits où les choses fonctionnent différemment.

Au centre de vaccination de l’hôpital Chota Sion de Dharavi, une équipe d’opérateurs de données aide une longue file d’habitants de bidonvilles à s’inscrire pour la vaccination et à réserver une place en ligne. Une camionnette équipée d’un système de sonorisation roule dans les ruelles, hurlant le message de vaccination.

«La plupart de ceux qui viennent ici ne sont pas éduqués, n’ont pas accès à la technologie et ne comprennent pas comment s’inscrire sur l’application CoWIN. Nous avons donc décidé de mettre en place un bureau d’enregistrement avec des opérateurs de données pour les guider », a déclaré le Dr Virendra Mohite, médecin du service G-North qui couvre Dharavi.

Dans le quartier M-Est, l’un des plus pauvres de la ville, l’Institut Tata des sciences sociales, avec l’aide du BMC, mène un projet d’action sur le terrain appelé Partenariat d’action communautaire (CLAP).

Les bénévoles dissipent les peurs des gens, dissipent la désinformation et transportent les résidents vers les centres de vaccination dans un bus. À ce jour, plus de 500 personnes ont été vaccinées grâce à cette initiative. Le quartier M-East abrite plus de 8 lakh selon le recensement de 2011, et l’initiative a atteint des personnes de régions comme Mankhurd et Govandi dans la banlieue est.

Le corporateur local Samiksha Sakhre a mis en place des bureaux pour aider les gens à s’inscrire pour la vaccination. Elle a visité des maisons avec des bénévoles pour parler aux gens et leur montrer des photos de voisins qui ont pris la photo pour instiller la confiance. «De nombreuses personnes ont perdu leur emploi et n’ont même pas les moyens de se rendre dans un hôpital public situé à quelques kilomètres de là», a déclaré Sakhre.

Avinash Madhale, un coordinateur principal du programme avec CLAP, a souligné la nécessité d’une campagne de sensibilisation massive dans les bidonvilles de la ville. «La préinscription étant rendue obligatoire, il est nécessaire d’avoir des volontaires numériques qui peuvent aider ceux qui n’ont pas accès à la technologie à réserver des créneaux. Il est également nécessaire de mener des activités de sensibilisation par le biais de campagnes créatives », a déclaré Madhale.

Les bidonvilles de Mumbai pourraient, en fait, devenir de plus en plus vulnérables à l’infection. Trois enquêtes sérologiques ont montré une dégradation constante des anticorps parmi la population des bidonvilles – de 57% en juillet dernier à 41% en mars. Alors que la pénurie de vaccins à Mumbai devrait s’atténuer d’ici le mois prochain, en l’absence de mesures proactives, les bidonvilles resteront probablement au bas de l’échelle de la couverture vaccinale.

.

Leave a Reply