- Publicité -


Mises à jour de la lettre

- Publicité -

Votre chef « Sauvegarder l’avenir de l’énergie nucléaire de la Grande-Bretagne » (La vue FT, 27 juillet) compare la possibilité de retirer China General Nuclear des futurs projets de centrales électriques au Royaume-Uni avec la décision de retirer Huawei de l’infrastructure de télécommunications 5G, et considère que cela serait “rationnel et cohérent”.

Ce n’est tout simplement pas correct. La justification du retrait de Huawei de la 5G est que son équipement pourrait être une porte dérobée permettant au gouvernement chinois d’accéder à des informations sensibles.

Si la Chine veut savoir comment fonctionne le système électrique du Royaume-Uni, elle n’a qu’à examiner les vastes quantités d’informations accessibles au public.

La possession d’une centrale électrique ne donne pas non plus une porte dérobée aux systèmes de contrôle du réseau. La fermeture délibérée d’une centrale nucléaire sans préavis pourrait, dans certaines circonstances inhabituelles, entraîner des perturbations sur certaines parties du réseau, mais la perturbation serait limitée et de courte durée.

Si le gouvernement chinois prenait l’initiative d’un tel acte, il n’en tirerait que peu ou pas d’avantages, et il serait susceptible de perdre un actif très coûteux. Il n’y a pas de menace crédible, donc supprimer CGN n’est pas rationnel. La seule cohérence d’une telle décision serait de céder à la pression américaine.

David Lewis
Petts Wood, Orpington, Royaume-Uni

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici