TORONTO – Alors que les fabricants mondiaux de téléphones intelligents tels qu’Apple, Samsung, LG et d’autres lancent leurs premiers téléphones 5G cette année, de nombreux Canadiens envisageront de passer à la dernière technologie pendant la haute saison des ventes d’ici le lendemain de Noël.

Mais comme les téléphones 5G se vendent des centaines de dollars de plus que leurs concurrents 4G, les consommateurs voudront probablement savoir ce qu’ils en ont pour leur argent. Vaut-il la peine d’être l’un des premiers à adopter la 5G? Ou est-il plus prudent d’attendre que les réseaux et les offres de logiciels 5G mûrissent et présentent mieux les capacités de la nouvelle génération?

Sascha Segan, analyste principal chez PCMag.com, affirme que la dernière récolte de téléphones 4G sera un choix plus pratique que la 5G pour l’ensemble des Canadiens, à quelques exceptions près.

Mais Segan, qui dirige l’examen annuel de PCMag des réseaux mobiles canadiens, dit que beaucoup dépend exactement de l’endroit où les téléphones sont utilisés.

«Parce que chaque ville a ses propres bizarreries et ses propres tendances en matière de performance», dit-il.

De plus, les vitesses de transmission des données sans fil sont considérablement plus faibles dans les régions rurales du Canada que dans les régions plus densément peuplées – un problème bien connu qui n’est pas propre au Canada.

Mais même si quelqu’un choisit d’acheter un téléphone 4G, souvent appelé téléphone LTE ou LTE Advance, Segan dit que le nouveau matériel pourrait bien être une amélioration par rapport à ce qu’il a maintenant.

«C’est parce que, chaque année, les radios des téléphones s’améliorent et elles sont en mesure d’accéder à plus de canaux (que) les opérateurs utilisent», dit Segan.

“Si vous possédez un téléphone de trois ou quatre ans, le simple fait de vous procurer l’un des derniers modèles représentera pour vous un énorme bond en avant dans les performances du réseau.”

Ainsi, pour l’acheteur soucieux de son budget, la question devient un équilibre entre le prix et la performance et les priorités personnelles.

Le rapport 2020 de PCMag sur les réseaux mobiles canadiens, basé sur les résultats recueillis dans 20 villes et quelques zones rurales du 14 septembre au 15 octobre, a révélé que le réseau 5G de Bell est arrivé en tête dans 12 villes et à égalité au premier rang avec Telus dans deux villes. y compris Toronto.

Telus a pris la première place dans quatre villes tandis que SaskTel et Rogers étaient chacun n ° 1 dans une ville.

PCMag dit que Rogers – qui avait son réseau 5G en marche quelques mois plus tôt que ses deux principaux rivaux et dit qu’il couvre toujours plus d’emplacements – n’a pas aussi bien réussi ses tests parce que le téléphone qu’il recommandait ne pouvait pas utiliser pleinement le réseau. capacités.

«Rogers utilise certaines technologies que les téléphones ne prendront pas en charge avant l’année prochaine», dit Segan.

Aucun des transporteurs canadiens n’offrira la pleine capacité 5G tant que le gouvernement fédéral n’aura pas mis aux enchères plus de licences pour des bandes spécifiques de radiofréquences, en particulier le spectre de 3500 mégahertz (bande moyenne) et d’ondes millimétriques (bande haute).

Les principaux opérateurs régionaux – Eastlink, la société privée Eastlink, Vidéotron de Quebecor et Shaw’s Freedom pour la plupart – n’ont pas autant de réseau 5G en place que Bell, Telus et Rogers.

En fait, des dirigeants de Shaw et de Vidéotron ont déclaré aux analystes lors de récentes conférences téléphoniques trimestrielles qu’ils ne voyaient pas encore une utilisation convaincante des téléphones 5G – même s’ils voient un potentiel à plus long terme pour les mises à niveau du réseau qu’ils vont mettre en place. .

«Alors que l’industrie parle de la 5G, je pense que, d’une manière assez raisonnable pour le moment, il n’y a pas vraiment de cas d’utilisation convaincant», a déclaré le président de Shaw, Paul McAleese, le 30 octobre.

Jean-François Pruneau, président et chef de la direction de Vidéotron ltée, a déclaré le 5 novembre qu’il était toujours «très difficile» de trouver des moyens de gagner de l’argent avec les réseaux sans fil de cinquième génération:

«Nous allons devoir voir plus de cas d’utilisation sur le front résidentiel ou sur le front commercial, pour être en mesure de voir de vrais vrais plans de monétisation de notre part et de tous les acteurs de la planète», a déclaré Pruneau.

Segan a une opinion similaire et note que les réseaux de quatrième génération du Canada continuent de faire mieux aux tests de vitesse que les réseaux 5G dans d’autres pays, y compris aux États-Unis.

«Il n’y a rien dans la 5G canadienne, à l’heure actuelle, que les opérateurs ne pourraient pas faire avec la 4G s’ils le voulaient», écrit Segan.



Leave a Reply