- Publicité -


Les Songhees ont dit aux résidents que les terres doivent être défrichées pour faire place à un projet de logements abordables pour les membres des Premières Nations

Face à l’expulsion, à l’itinérance et, dans certains cas, à la perte de leurs économies, les résidents d’un parc de maisons mobiles du Grand Victoria ont décidé de prendre position et de se battre pour avoir une chance de rester dans leur maison ou au moins d’être indemnisés pour avoir quitté.

- Publicité -

Les résidents de E. George Estates, dans le pâté de maisons 1300 de Craigflower Road, se sont battus contre leurs propriétaires, la Première nation Songhees, devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

Heather McEwen, une résidente du parc de maisons mobiles de 39 unités, a déclaré qu’elle et son mari, Alan, étaient dévastés à l’idée de devoir quitter leur maison de neuf ans, un endroit qu’ils considéraient comme une tranche abordable de Victoria où ils pourraient prendre sa retraite avec peu de frais généraux. “Notre première réaction a été le choc et l’incrédulité”, a déclaré McEwen à propos de l’avis d’expulsion qui leur a été donné l’année dernière par la Première Nation Songhees, indiquant aux résidents qu’ils avaient jusqu’à la fin juin 2024 pour quitter.

McEwen a déclaré que les Songhees ont indiqué qu’ils avaient l’intention de construire des logements abordables pour les Premières Nations. Elle n’a aucun problème à ce qu’ils tirent le meilleur parti de leurs terres traditionnelles, mais elle s’objecte quand cela signifie “traiter leurs voisins et les résidents contribuables comme des ordures jetables”.

En juin de l’année dernière, les Songhees ont délivré des avis d’expulsion indiquant que les résidents devaient quitter le site et retirer leurs maisons et toutes les améliorations d’ici le 30 juin 2024.

Les résidents, que McEwen a décrits comme plus âgés, dont beaucoup sont à la retraite et certains avec des handicaps physiques et mentaux, ont également reçu un nouveau contrat de location d’une durée fixe de trois ans et avec une clause stipulant le déménagement des maisons et des biens d’ici 2024.

McEwen a déclaré que de nombreux résidents vivent dans le parc depuis des décennies et, depuis que les Songhees en ont pris possession en 2019, ont payé à la fois le loyer et les impôts fonciers à la Première Nation « comme si nous possédions la terre sur laquelle nous avons vécu ». McEwen a déclaré qu’on leur disait maintenant que leurs maisons ne valaient rien, qu’elles n’avaient aucune valeur nette et qu’elles devaient passer à autre chose.

Pour ajouter l’insulte à l’injure, a-t-elle dit, Songhees exige que tous les habitants déménagent ou paient pour les faire démolir.

Claire Truesdale, l’avocate de Songhees, a déclaré qu’elle ne ferait aucun commentaire tant que l’affaire serait devant les tribunaux.

Cependant, dans sa réponse à la réclamation, Songhees a déclaré qu’il avait donné aux résidents plus de temps que requis par les règles de la province et que les locataires auraient dû savoir que leurs locations n’étaient pas plus d’un mois à l’autre, car les résidents ont pu résilier le bail avec un préavis de 30 jours et avoir payé le loyer du pad sur une base mensuelle.

La Première Nation note, dans son dossier judiciaire, qu’elle n’a pas « d’assise territoriale durable pour répondre à ses besoins actuels et futurs en matière d’utilisation des terres à des fins culturelles, résidentielles, récréatives, commerciales et communautaires. En ce qui concerne l’utilisation résidentielle en particulier, il y a une pénurie de logements sociaux de la Nation Songhees pour les membres dans le besoin.

Elle souligne que, pour développer le site de logements communautaires, il faudrait consacrer du temps et de l’argent à l’enlèvement des maisons mobiles et ne serait pas enrichie par les maisons laissées sur place. “L’échec des plaignants à retirer leurs maisons mobiles des terrains du parc de maisons mobiles imposerait un fardeau financier proportionnel aux Songhees.”

Songhees a également déposé une demande reconventionnelle pour les frais de location impayés et, dans certains cas, les taxes foncières impayées.

Selon des documents judiciaires, de nombreuses maisons ont été construites dans les années 1970 et, en raison de leur âge et des améliorations apportées, toute tentative de les déplacer serait coûteuse ou entraînerait la destruction de la maison. Les documents notent également “qu’il n’y a pas de parcs de maisons préfabriquées raisonnablement disponibles dans lesquels les maisons pourraient être relocalisées”.

« Les trois années dans la tête des Songhees sont un cadeau généreux, mais [for us] cela signifie simplement trois années d’augmentation des loyers et des hypothèques sur le marché général. Cela n’aide pas », a déclaré McEwen. Leurs maisons ont été jugées sans valeur car elles doivent être déplacées et il n’y a nulle part où les déplacer et aucun marché sur lequel les vendre, a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré que les résidents devaient essayer de trouver un logement locatif ou essayer de se qualifier pour des hypothèques.

Dans le cas des McEwen, il y a toujours une hypothèque sur la maison préfabriquée, qu’ils avaient espéré rembourser avant que Heather ne prenne sa retraite dans neuf ans.

“C’est absolument dévastateur pour tout le monde ici. Beaucoup de gens sont à la retraite et ont un revenu fixe et ils avaient prévu d’avoir une situation de logement abordable pour leurs années de retraite. Et maintenant, cela est retiré d’en dessous d’eux.

McEwen a déclaré que le groupe qui poursuivit les Songhees en justice n’était pas sûr de réussir, mais qu’il pensait qu’il devait essayer.

“Nous pensons que nous ne pouvons pas simplement laisser cela continuer”, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il existe d’autres parcs de maisons mobiles dans la région qui pourraient bientôt subir le même sort alors que la valeur des propriétés continue de monter en flèche et que le terrain devient plus attrayant pour un parc immobilier plus dense. . « Ils vont expulser tout le monde. Et ils mettent les gens dans un endroit où les loyers sont élevés et les locations sont très difficiles à trouver.

C’est déjà arrivé au parc de maisons mobiles Triple Oaks, qui était à côté de E. George Estates. En 2017, les résidents de Triple Oaks, dont beaucoup étaient des personnes âgées à la retraite, ont reçu un préavis de huit mois pour déménager par les Songhees.

Un grand développement locatif a été construit sur le site de Triple Oaks.

Étant donné que Triple Oaks et E. George Estates se trouvent sur des terres des Premières Nations, la Manufactured Home Park Tenancy Act de la province n’a pas compétence.

La loi, modifiée en 2018 pour indemniser les locataires de parcs de maisons préfabriquées menacées d’expulsion, exige un préavis de 12 mois pour mettre fin à la location, les propriétaires doivent payer les locataires lorsqu’un parc est fermé, une indemnisation supplémentaire si une maison préfabriquée ne peut pas être relocalisée et indique que les locataires ne sont pas responsables des frais d’élimination.

Un porte-parole du gouvernement a confirmé qu’il n’y a rien dans la législation qui puisse être appliqué sur les terres des Songhees.

McEwen espère qu’il y aura peut-être un terrain d’entente. Certains résidents se sont rendu compte qu’ils ne pourraient peut-être pas rester, mais ils espèrent qu’ils seront au moins indemnisés pour leur logement afin qu’ils aient quelque chose à réintégrer sur le marché du logement.

Michael Drouillard, avocat des résidents, a déclaré qu’il espérait qu’il y avait de la place pour la négociation. “Mais ce n’est pas là que ça se passe en ce moment.”

Les habitants ont lancé une campagne Gofundme pour payer les frais de justice à gofund.me/1bbcf4ed.

aduffy@timescolonist.com



Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici