- Publicité -


1er décembre (Reuters) – Les procureurs américains ont demandé jeudi à un juge de rejeter la fraude bancaire et d’autres accusations contre Meng Wanzhou, le directeur financier de Huawei Technologies en Chine. [RIC:RIC:HWT.UL] dont l’arrestation en 2018 a tendu les relations entre les États-Unis et la Chine.

Meng a conclu un accord avec les procureurs l’année dernière pour que les accusations portées contre elle soient rejetées le 1er décembre 2022, quatre ans à compter de la date de son arrestation au Canada sur mandat américain, uns Reuters a rapporté première.

- Publicité -

En l’absence d’informations, Meng a violé l’accord, “le gouvernement demande respectueusement de rejeter le troisième acte d’accusation de remplacement dans cette affaire concernant l’accusé Wanzhou Meng”, a écrit l’avocate américaine de Brooklyn, Carolyn Pokorny, dans une lettre du 1er décembre adressée à la juge de district américaine Ann Donnelly.

Huawei, un fabricant d’équipements de télécommunications que les États-Unis considèrent comme une menace pour la sécurité nationale, est toujours inculpé dans l’affaire, qui est pendante devant le tribunal de district américain de Brooklyn, New York. Aucune date de procès n’a encore été fixée et une conférence de mise en état est prévue le 7 février.

Alors que la décision de jeudi était attendue, elle clôt un chapitre sur une phase particulièrement tendue des relations américano-chinoises qui a également poussé le Canada au milieu d’un affrontement plus large entre les deux superpuissances.

Meng avait été accusé de fraude bancaire et d’autres crimes pour avoir induit en erreur la banque mondiale HSBC Holdings Plc au sujet des activités de l’entreprise en Iran afin d’obtenir des services bancaires en violation des sanctions américaines.

Dans le cadre de son accord – un accord de poursuite différée – elle a reconnu avoir fait de fausses déclarations sur les activités iraniennes de la société lors d’une réunion en 2013 avec un dirigeant de banque.

Les fausses déclarations de Meng étaient dans une déclaration de faits qu’elle a convenue était exacte et volontaire et ne contredirait pas.

La accusations contre Huawei comprennent tout, de la fraude bancaire au non-respect des sanctions en passant par le complot visant à voler des secrets commerciaux aux entreprises technologiques américaines et à entraver la justice. Il a plaidé non coupable.

À la suite de ses activités présumées, Huawei a été ajouté à une liste noire commerciale américaine, empêchant les fournisseurs américains de faire affaire avec l’entreprise.

Les États-Unis ont également mené une campagne mondiale contre Huawei, avertissant que le gouvernement chinois pourrait utiliser l’équipement de l’entreprise pour espionner. Pas plus tard que cette semaine, la Federal Communications Commission des États-Unis a adopté les règles finales interdiction nouvel équipement de télécommunications de Huawei.

Meng, la fille du fondateur et PDG de Huawei, Ren Zhengfei, est désormais la directrice de l’entreprise. présidente tournante et vice-présidente ainsi que son directeur financier.

Elle s’est envolée pour la Chine depuis le Canada le 24 septembre 2021, le jour où elle a frappé le deal. Deux Canadiens arrêtés en Chine peu après son arrestation ont ensuite été libérés, et deux frères et sœurs américains qui avaient été empêchés de quitter la Chine ont été autorisés à rentrer chez eux.

Un avocat de Meng a refusé de commenter et un porte-parole de Huawei n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Reportage de Karen Freifeld; Montage par Michael Perry

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici