- Publicité -


BERLIN, 2 décembre (Reuters) – L’Allemagne ne veut pas suivre les Etats-Unis en interdisant de manière générale les produits fabriqués par les fabricants chinois d’équipements de télécommunications tels que Huawei, mais continuera de prendre de telles décisions au cas par cas, a déclaré un porte-parole du ministère de l’Economie. dit vendredi.

Les relations de Berlin avec Pékin ont fait l’objet d’un examen minutieux depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a révélé la dépendance de l’économie allemande vis-à-vis de la Russie pour l’énergie et a rendu les responsables méfiants face à une dépendance similaire vis-à-vis de la Chine pour le commerce.

- Publicité -

L’Allemagne a subi une pression particulière pour prendre des mesures contre les fabricants chinois d’équipements de télécommunications après la Commission fédérale américaine des communications la semaine dernière approbations interdites de nouveaux équipements de Huawei et ZTE (000063.SZ) parce qu’ils posent « un risque inacceptable » pour la sécurité nationale des États-Unis.

Un document de stratégie du ministère allemand de l’Économie vu par Reuters jeudi des recommandations détaillées pour augmenter le niveau de contrôle sur l’utilisation de composants provenant de certains États.

Le document mentionne une législation introduite en Allemagne en 2020 qui pose des obstacles élevés aux fabricants d’équipements de télécommunications pour les réseaux de nouvelle génération, tels que Huawei.

En vertu de cette législation, des composants informatiques individuels ou des entreprises entières peuvent être interdits et déclarés non fiables si les fournisseurs font de fausses déclarations, ne prennent pas en charge les audits de sécurité ou ne signalent pas ou ne corrigent pas rapidement les vulnérabilités.

Le document stratégique de 104 pages suggère d’aller plus loin, en autorisant l’interdiction des composants et des produits fabriqués par des fournisseurs d’États autoritaires pour les télécommunications et l’informatique ainsi que pour d’autres infrastructures critiques telles que les transports ou l’approvisionnement en eau et en nourriture.

Lorsqu’on lui a demandé s’il s’attendait à un durcissement des règles ou même à une interdiction en Allemagne ou dans l’Union européenne, Huawei a déclaré vendredi à Reuters qu’il s’appuyait sur un dialogue constructif et axé sur les faits.

“L’utilisation sécurisée des réseaux est indépendante du pays d’origine d’un fournisseur et ne peut être garantie qu’au moyen de normes mondiales de coopération internationale entre l’industrie et les autorités de régulation”, a déclaré Huawei.

Le représentant Michael McCaul, haut républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, a déclaré que l’Allemagne “mettait en péril sa propre sécurité nationale et celle de l’Europe” dans sa décision sur Huawei. “Berlin n’a rien appris de sa dépendance à l’égard de la Russie pour l’énergie et fait la même erreur en autorisant la Chine à accéder à ses télécommunications”, a ajouté McCaul.

L’ambassade d’Allemagne à Washington s’est refusée à tout commentaire.

Reportage d’Andreas Rinke; Écrit par Miranda Murray et Maria Sheahan; reportage supplémentaire de David Shepardson à Washington; Montage par Rachel More, Peter Graff et Sandra Maler

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici