Un responsable des frontières canadiennes impliqué dans l’interrogatoire du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, avant son arrestation en 2018, a déclaré à un tribunal qu’elle présentait un risque de fuite et qu’elle avait les ressources nécessaires pour fuir le pays sans se présenter aux autorités.

Les procureurs tentent d’établir que l’arrestation et l’enquête de Meng étaient au-dessus de la table, tandis que les avocats de Meng cherchent à prouver que les autorités canadiennes et américaines ont illégalement dirigé l’examen de Meng par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) afin d’utiliser les pouvoirs d’enquête supplémentaires de l’agence pour recueillir informations de sa part sans la présence d’un avocat.

Meng, 48 ans, est accusé d’avoir déformé les relations de Huawei Technologies avec l’Iran, mettant l’un de ses prêteurs HSBC risque de violer les sanctions commerciales américaines.

Elle a nié les accusations et monté une défense, demandant que son extradition soit rejetée en raison, entre autres, d’une collusion présumée entre les autorités canadiennes et américaines.

Les agents de l’ASFC ont témoigné qu’ils avaient des raisons de détenir et d’enquêter sur Meng quel que soit le mandat d’arrêt en instance.

La surintendante de l’ASFC Sowmith Katragadda a énuméré tous les pays que Meng avait visités sur la base des timbres de son passeport, y compris le Mexique, le Sénégal, la Colombie, le Brunei et les Émirats arabes unis.

Il a dit au tribunal que la visite de certains de ces “pays sources” était un “problème de sécurité nationale” et constituait un motif pour fouiller les appareils de Meng.

Elle «a les ressources nécessaires pour quitter le Canada et ne pas se présenter à un examen», a déclaré Katragadda.

“Mme Meng est cadre supérieure pour l’une des plus grandes entreprises du monde. Et le Canada est un très grand pays avec beaucoup de petits aéroports.”

L’avocat de la défense Mona Duckett a contesté Katragadda au sujet des «lacunes» dans sa note et la prise de son dossier pendant l’enquête.

Katragadda a reconnu qu’il n’avait pas pris note d’une réunion à laquelle il avait assisté avec la police le matin de l’arrestation, de la collecte d’appareils, des menaces potentielles à la sécurité nationale ou du fait que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) attendait d’arrêter Meng après son l’examen était terminé.

Mais Katragadda a nié qu’il s’agissait d’omissions intentionnelles ou que ces lacunes préoccupaient les hauts fonctionnaires aux frontières.

L’arrestation de Meng a déclenché un conflit diplomatique entre Ottawa et Pékin. Peu de temps après sa détention, la Chine a arrêté les citoyens canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig pour espionnage.

Les deux hommes sont toujours en détention.

Jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré qu’il ne regrettait pas l’arrestation de Meng, quelles que soient les implications en matière de politique étrangère, soulignant le “traité d’extradition de longue date avec notre plus proche allié” et ajoutant que les lois canadiennes ne peuvent être suivies que “quand cela convient ou c’est facile.”

Les audiences de la Cour suprême de la Colombie-Britannique cette semaine et la semaine prochaine consistent en des témoignages de représentants de l’ASFC et de la GRC au sujet de leur conduite pendant l’enquête et l’arrestation de Meng.

Des témoignages récents ont passé en revue et scruté les développements minute par minute à l’aéroport le jour de l’arrestation de Meng.

Un autre fonctionnaire de la GRC, qui est maintenant à la retraite et qui, selon les avocats de Meng, aurait illégalement transmis des informations d’identification sur ses appareils électroniques au Federal Bureau of Investigation des États-Unis, a refusé de témoigner.

Les documents judiciaires montrent que les procureurs ont initialement refusé de publier des notes relatives à son affidavit en raison de problèmes de «sécurité des témoins».

Leave a Reply