La présidence de Joe Biden est bien engagée et il a déjà pris ses nouvelles fonctions en se retirant de nombreuses politiques adoptées sous l’administration Trump tout en continuant à nommer de nouveaux membres dans son cabinet autres positions de premier plan. Une décision sur laquelle il ne semble pas bouger est l’interdiction des entreprises comme Huawei qui ont été placées sur la liste des entités pour des allégations de menaces à la sécurité américaine. La candidate de Biden au poste de secrétaire au commerce, Gina Raimondo, a déclaré (via Bloomberg) qu’elle ne voit “aucune raison” de retirer l’entreprise de la liste, ce qui suggère fortement le caractère improbable du scénario.

Je comprends que les parties sont généralement placées sur la liste des entités et la liste des utilisateurs finaux militaires parce qu’elles présentent un risque pour la sécurité nationale des États-Unis ou les intérêts de la politique étrangère. Je n’ai actuellement aucune raison de croire que les entités figurant sur ces listes ne devraient pas y figurer. Si cela est confirmé, j’attends avec impatience un exposé sur ces entités et d’autres sujets de préoccupation.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour Huawei, qui fait face aux sanctions américaines depuis un certain temps. Après avoir largement perdu l’accès à ses puces Kirin haut de gamme, la société a eu du mal à produire des smartphones phares comme le P40 Pro, qui est l’un des meilleurs téléphones Huawei vous ne pouvez pas obtenir. Récemment, Huawei a dû renoncer à la propriété de sa sous-marque, Honor, afin de l’empêcher de subir le même sort que sa société mère, une décision qui voit Honneur gratuit pour défier des entreprises comme Apple.

Offres VPN: licence à vie pour 16 $, forfaits mensuels à 1 $ et plus

Huawei avait espéré que l’administration Biden serait plus indulgente que Trump, mais cela ne semble pas être le cas. Le ministère chinois des Affaires étrangères a précédemment qualifié la décision du gouvernement américain de restreindre les entreprises chinoises d ‘«oppressives», un sentiment qui est toujours d’actualité. “Nous vous exhortons à arrêter cette oppression gratuite contre les entreprises chinoises.”

Parmi les autres entreprises chinoises qui avaient fait face à des sanctions gouvernementales, citons ZTE ainsi que Xiaomi, cette dernière ayant récemment intenté une action en justice contre le gouvernement américain pour le placer sur un bloc d’investissement.



Leave a Reply