- Publicité -


Le timing est parfait pour Inde lancer une publicité 5G services, car la demande de services aux consommateurs et aux entreprises aidera les opérateurs de télécommunications à monétiser rapidement l’investissement, a déclaré Nunzio Mirtillo, responsable de l’Asie du Sud-Est, de l’Océanie et de l’Inde chez le fabricant suédois d’équipements de télécommunications Ericsson dans une interview avec le danois Khan d’ET. Mirtillo dit aussi Idée Vodafone a la chance de faire son grand retour et de concurrencer les opérateurs télécoms rivaux dans le domaine de la 5G. Extraits édités :

Avec les offres 5G en place, quel genre de revenu croissance qu’Ericsson attend de l’Inde pour cet exercice ?

L’Inde a toujours été un pays qui a été au-dessus de notre réflexion stratégique. Nous avons exécuté notre stratégie en donnant la priorité à l’Inde, qui a toujours été dans le top cinq. L’Inde est un endroit formidable et tous les indicateurs avancés ont été atteints ou dépassés, qu’il s’agisse des abonnements au haut débit mobile, de l’APRU (revenu moyen par utilisateur) ou de la pression du gouvernement pour rendre l’Inde numérique. Tout est allé dans le bon sens et a dépassé nos attentes. La 5G va également dans ce sens. Notre activité est un peu cyclique comme la 4G, et maintenant la 5G. La 4G sera toujours là car les deux technologies vont se compléter. L’élan de la 5G se renforce et je pense que le moment est bien choisi car la 5G La technologie est aujourd’hui mature, fiable, sécurisé et compétitif. Le timing est juste parfait.

Avez-vous des affaires de Jio sur 5G?

- Publicité -

Oui, nous sommes engagés avec eux. Nous avons rendu public l’accord avec Bharti Airtel.

Qu’en est-il de l’idée de Vodafone ? Sa situation financière est-elle un problème pour des fournisseurs comme Ericsson ?

Oui, nous travaillons également en étroite collaboration avec eux. Le problème avec eux, c’est qu’ils n’ont pas fait aussi bien qu’Airtel et Jio, mais en même temps, ils ont un gros réseau. Ils ont une chance de bien faire les choses. C’est une question de ce qu’ils décideront en termes d’investissement à l’avenir. Ils ont le spectre 5G, ils ont donc la possibilité de le fabriquer. Ils cherchaient des investisseurs… Ils sont dans la course.

Quelle est la voie de monétisation de la 5G pour les opérateurs de télécommunications indiens, par rapport à la 4G ou à la 3G ?

Je pense qu’ils ont appris de la 4G. Ils pourront monétiser. C’est aussi notre travail de nous assurer que nous pouvons les aider. La 5G a plus de cas d’utilisation en entreprise, ce qui est un avantage. Le haut débit mobile amélioré est nécessaire et c’est clair. De plus, l’accès sans fil fixe est également un très bon avantage.

Jio et Airtel adoptent deux approches différentes pour leurs services 5G. Qu’est-ce qui a le plus de sens pour l’Inde en ce moment ?

NSA (mode non autonome) ou SA (mode autonome) dépend de la stratégie commerciale et de la manière dont ils souhaitent entrer sur le marché avec la 5G. Mais les deux solutions fonctionnent et sont stables. Ainsi, ils peuvent réussir dans les deux, selon ce qu’ils veulent faire.

Le découpage du réseau 5G entrera-t-il en conflit avec les règles de neutralité du net en Inde ?

Le gouvernement indien souhaite que le pays prospère et si le découpage du réseau doit aider les entreprises et permettre divers cas d’utilisation, ils devraient examiner comment cela peut être activé. Je pense qu’en matière de découpage du réseau et de neutralité du net, ils [authorities] discutera de cela et trouvera quelque chose qui a du sens pour l’Inde.

Développez-vous l’unité de fabrication locale pour répondre à la demande 5G ? Exporterez-vous également ?

La priorité numéro un est de s’assurer que nous pouvons livrer en Inde. Nous avons déjà beaucoup investi via notre partenaire Jabil et nous continuerons à investir pour répondre à la demande. La demande de l’Inde est énorme, nous ne sommes donc pas inquiets de servir d’autres pays via l’installation de Pune.

Les opérateurs de télécommunications affirment que l’équipement est importé pour le déploiement initial. La chaîne d’approvisionnement est-elle un problème ?

Au départ, bien sûr, mais nous accélérons la fabrication. Notre intention a toujours été de tout localiser en Inde. La chaîne d’approvisionnement est toujours un problème si vous ne prenez pas soin de planifier. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez faire du jour au lendemain. C’est quelque chose que vous devez prendre très, très au sérieux. Et c’est ce que nous avons toujours fait chez Ericsson.


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici