Le géant chinois des télécoms Huawei, sous la pression de gouvernements occidentaux soupçonnés de présenter un risque pour la sécurité, va ouvrir sa première usine de réseau mobile hors de Chine en 2023 dans l’est de la France, a annoncé mardi un directeur.

Les travaux sur l’usine, qui doit fabriquer des stations de base, devraient commencer cette année, a déclaré Catherine Chen, vice-présidente et membre du conseil de surveillance de Huawei, lors d’une conférence de presse vidéo.

Le site “pourrait produire la première station mobile dans le courant de 2023”, a-t-elle déclaré, ajoutant que la décision officielle de localiser une usine de fabrication en dehors de la Chine représentait “une date historique pour Huawei”.

Le mois dernier, la société a annoncé qu’elle investirait au moins 200 millions d’euros (environ 1 770 crores de roupies) et créerait 300 emplois pour commencer à la «Huawei European Wireless Factory» à Brumath, près de Strasbourg.

Situé près de la frontière avec l’Allemagne, le site vise à produire 1 milliard d’euros (environ Rs. 8 850 crores) d’équipements principalement 5G par an pour le marché européen.

Le groupe chinois est sous la pression à la fois des accusations des États-Unis selon lesquelles son équipement de réseau mobile est un risque d’espionnage et des accusations d’avoir aidé les efforts de Pékin pour surveiller les musulmans ouïghours.

Huawei a rejeté les accusations selon lesquelles Pékin pourrait accéder à ses équipements pour surveiller le trafic voix et données, mais un nombre croissant de pays, dont la France, ont restreint, voire carrément interdit les équipements Huawei de leurs réseaux mobiles 5G.


La nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp met-elle fin à votre vie privée? Nous en avons discuté sur Orbital, notre podcast technologique hebdomadaire auquel vous pouvez vous abonner via Podcasts Apple, Podcasts Google, ou RSS, télécharger l’épisode, ou appuyez simplement sur le bouton de lecture ci-dessous.

.

Leave a Reply