Le concept de sécurité nationale, comme presque tout le reste, a évolué avec le temps. Pendant la guerre froide, cela comprenait la menace que des armes conventionnelles, biologiques et nucléaires soient déployées contre des cibles civiles et militaires. Pour contrer cette menace, il fallait maintenir les armées permanentes en état de préparation, construire des abris souterrains contre les retombées et développer de vastes plans de continuité du gouvernement (COG) pour tout ce qui survivrait après un échange nucléaire, écrit Simon Lacey.

Aujourd’hui, nous vivons toujours sous l’ombre de l’annihilation nucléaire, mais nous vivons aussi à l’ère de l’information, ce qui signifie que les vecteurs d’attaque qui nous menacent potentiellement se sont étendus pour inclure ce que l’on appelle les «infrastructures critiques», englobant tout, des routes aux chemins de fer, aux ports, au réseau électrique, au système financier et, bien sûr, aux réseaux de communication qui sous-tendent tout cela.

Et parce qu’une compréhension aussi large de ce qui constitue une menace pour notre existence prévaut désormais, les politiciens n’ont pas hésité à prendre même certaines des mesures les plus extrêmes pour tenter de sauvegarder cette vaste notion de sécurité nationale. L’un des derniers exemples en est les interdictions imposées par plusieurs pays européens à des fournisseurs chinois tels que Huawei, empêchant effectivement le fournisseur mondial d’équipement de participer aux déploiements de la 5G.

Aujourd’hui, les enjeux sont certes plus élevés que dans les époques précédentes, avec des rivalités commerciales internationales qui font rage pour savoir qui fabrique et vend les infrastructures essentielles dont dépendent nos sociétés. Quoi qu’il en soit, cela ne justifie pas de mettre de côté arbitrairement les principes généraux juridiquement contraignants qui ont évolué au fil des siècles et nous ont gouvernés pendant de nombreuses décennies. Ces principes juridiques généraux comprennent la proportionnalité, les droits fondamentaux, la sécurité juridique, la confiance légitime, la non-discrimination et une procédure régulière.

Les actions ou mesures gouvernementales qui mettent de côté un ou plusieurs de ces principes juridiques généraux doivent être considérées comme une exception. Les exceptions, de par leur nature même, doivent être formulées de manière restrictive, limitées à la fois dans leur portée et dans le temps à ce qui est absolument nécessaire et avoir une base factuelle suffisamment articulée et étayée.

Prenons par exemple la première de ces conditions. Les pays qui ont imposé des restrictions à Huawei l’ont fait en l’interdisant simplement de leur infrastructure de télécommunications 5G. Une interdiction générale est l’antithèse même d’une mesure étroitement formulée. Le Royaume-Uni, après un examen approfondi, transparent et fondé sur des preuves de l’infrastructure des télécommunications effectué en 2019, a proposé que Huawei soit autorisé à opérer dans l’écosystème 5G du pays, sous réserve d’un certain nombre de limitations soigneusement prescrites. Cela est plus conforme au principe selon lequel les exceptions aux principes juridiques généraux doivent être formulées de manière restrictive, mais ont ensuite été abandonnées par le gouvernement Johnson en raison de l’intense pression politique de l’administration Trump.

Le deuxième critère, à savoir que les mesures doivent être limitées à la fois dans leur portée et dans le temps à ce qui est absolument nécessaire, a également été violé dans le cas des différentes interdictions édictées et envisagées contre Huawei. Si quelque chose est nécessaire, il est par définition également capable d’atteindre son objectif déclaré. Cependant, les experts en cybersécurité sont unanimes pour admettre que des mesures fondées uniquement sur des considérations de drapeau d’origine sont totalement inutiles pour contrer les menaces de cybersécurité. Donc, si les interdictions contre Huawei ne sont pas capables d’atteindre leur objectif déclaré, il va de soi qu’elles ne peuvent pas être nécessaires.

Enfin, le troisième critère pour écarter à titre exceptionnel les principes juridiques généraux, à savoir que toute mesure restrictive repose sur une base factuelle convenablement articulée et étayée, est également malheureusement absent dans le cas des interdictions contre Huawei. Les gouvernements occidentaux et les consommateurs ont été informés que l’entreprise représentait une menace pour la sécurité nationale et que les raisons de cette évaluation restent classées. Cet argument a peut-être eu un certain poids au cours des décennies passées, mais depuis que Colin Powell s’est involontairement rendu devant le Conseil général des Nations Unies et a présenté une affaire fabriquée affirmant à tort que l’Irak fabriquait et stockait des armes de destruction massive, nous ne sommes plus en mesure de accepter toute réclamation de nos intérêts en matière de sécurité et de renseignement uniquement sur la base de la bonne foi.

Un certain nombre d’interdictions contre les fournisseurs d’équipement chinois actuellement mises en œuvre ou envisagées par divers gouvernements européens s’écartent considérablement des directives de sécurité fournies par la Commission européenne dans sa «boîte à outils 5G». Ils rendent également l’UE très vulnérable à une contestation judiciaire devant l’Organisation mondiale du commerce, étant donné la nature hautement discriminatoire et arbitraire de ces interdictions.

Ils ont également créé un dangereux précédent qui pourrait être appliqué dans d’autres secteurs et technologies, tout comme nous avons vu l’administration Trump concentrer son feu d’abord sur Huawei, puis sur des applications comme TikTok et WeChat, et plus récemment sur le fabricant de drones civils DJI. Les dommages économiques potentiels qui pourraient être causés par une politique sans cesse croissante de ciblage des entreprises technologiques chinoises à des fins d’exclusion sur la base d’une notion mal formulée et à peine articulée de la sécurité nationale sont décourageants.

Parce que la guerre est trop importante pour être laissée aux généraux, et parce que le concept de sécurité nationale englobe désormais tout ce qui constitue les fondements de notre prospérité économique continue, nous devons être très prudents dans l’évaluation des conseils et recommandations émanant des intérêts étroits et enracinés. qui constituent nos services nationaux de défense et de sécurité. De la même manière, nous ne pouvons pas abandonner les principes juridiques généraux qui ont fait de nos sociétés libres et ouvertes ce qu’elles sont aujourd’hui.

A propos de l’auteur

Simon Lacey est maître de conférences en commerce international et à l’Université d’Adélaïde en Australie-Méridionale. Il était auparavant vice-président de la facilitation du commerce et de l’accès aux marchés chez Huawei Technologies à Shenzhen, en Chine.

Leave a Reply