Huawei a capitalisé sur sa présence à Moscou, en Russie, pour investir dans l’installation d’une ferme de serveurs basée sur Arm dans la ville. Après une série de coups durs résultant des guerres commerciales américano-chinoises, Huawei a cherché à diversifier ses investissements tant du point de vue du marché que géostratégique. Désormais, le département des systèmes informatiques intelligents de Huawei a construction terminée de son serveur Moscow Arm – qui, selon la société, était la première installation de ce type en Russie. Huawei a déclaré que “le cluster informatique permettra à nos partenaires et clients de tester leurs produits logiciels, de participer à la construction d’un nouvel écosystème ouvert”, et aidera l’entreprise elle-même à développer des logiciels sur le sol russe.

L’infrastructure est destinée à répondre à la demande des utilisateurs qui souhaitent capitaliser sur les supercalculateurs et les logiciels open source – l’une des raisons pour lesquelles le nouveau serveur est principalement destiné à servir les communautés académiques et scientifiques de Moscou. Les serveurs fonctionnent sur l’infrastructure Taishan de l’entreprise, qui utilise des processeurs Kunpeng 920 développés par HiSilicon, la filiale de Huawei responsable de la conception personnalisée des SoC Arm. Les SoC Kunpeng 920 sont dotés de conceptions Armv8 évolutives jusqu’à 64 cœurs fonctionnant à un maximum de 2,6 GHz – sous un TDP de 180 W. Il y a aussi un contrôleur de mémoire DDR4 -2933 octa-canal dans le silicium Kunpeng 920 – c’était vraiment le dernier et le meilleur de Huawei au moment de son introduction.

Leave a Reply