La 5G devrait être lancée en République dominicaine plus tard cette année

Plus tôt ce mois-ci, l’Institut dominicain des télécommunications (Indotel) a lancé l’appel d’offres pour les fréquences 5G dans la bande 700 GHz et 3,6 GHz, avec un déploiement à l’échelle nationale prévu pour le 3 novembrerd 2021. Dans un développement plus récent, le gouvernement de la République dominicaine a déclaré que les spécifications de l’appel d’offres international pour la mise en œuvre des réseaux 5G dans le pays n’excluraient pas Huawei.

Le président de la République Luis Abinader a laissé entendre que le besoin du pays d’être «plus compétitif, plus dynamique, plus connecté» est en partie à l’origine de la décision controversée d’autoriser le fournisseur chinois à participer aux réseaux de nouvelle génération de la République dominicaine.

«La mise en œuvre du réseau 5G sera une grande étape dans l’histoire du développement des télécommunications du pays, qui se traduira par une transformation numérique profonde», a-t-il déclaré. «L’entreprise gagnante doit mettre en œuvre un déploiement d’infrastructure 5G avec une couverture nationale au bout de cinq ans.»

C’est certainement une bonne nouvelle pour Huawei, dont le fondateur Ren Zhengfei a mentionné qu’il ne voit pas de fin en vue aux sanctions imposées à l’entreprise par les États-Unis, même si Trump n’est plus en fonction. Il estime qu’il est «extrêmement improbable» que l’administration Biden lève l’interdiction de l’entreprise.

À partir de janvier 2020

Les interdictions, soit complètes, soit partiel, se sont répandus dans d’autres pays tels que l’Australie et le Royaume-Uni, d’autres comme le Danemark, l’Allemagne et la Suède envisageant de faire de même. La pression que cette tendance a exercée sur le Huawei a entraîné vente de la marque de smartphone grand public de l’entreprise Honneur.

Ren a déclaré aux journalistes, cependant, que Huawei «peut encore survivre même sans compter sur les ventes de téléphones».

Leave a Reply