Google avait levé le 10 décembre son interdiction temporaire des publicités liées aux élections, qui est entrée en vigueur après la fermeture des bureaux de vote lors de l'élection présidentielle américaine et visait à enrayer la désinformation et autres abus sur ses plateformes, le 10 décembre - AFP
Google avait levé le 10 décembre son interdiction temporaire des publicités liées aux élections, qui est entrée en vigueur après la fermeture des bureaux de vote lors de l’élection présidentielle américaine et visait à enrayer la désinformation et autres abus sur ses plateformes, le 10 décembre – AFP

SAN FRANCISCO, 13 janvier – Google d’Alphabet Inc suspendra les publicités politiques sur toutes ses plates-formes à partir de demain, à la suite des violences de la semaine dernière au Capitole américain, selon un e-mail aux annonceurs vu par Reuters.

Le courrier électronique indiquait que l’action avait été prise «à la suite des événements sans précédent de la semaine dernière et avant la prochaine investiture présidentielle».

Il a déclaré que Google prévoyait de maintenir cette politique en place au moins jusqu’au 21 janvier, le lendemain de l’inauguration.

Le 10 décembre, Google avait levé son interdiction temporaire des publicités liées aux élections, qui est entrée en vigueur après la clôture des urnes lors de l’élection présidentielle américaine et visait à enrayer la désinformation et d’autres abus sur ses plateformes.

Il a déclaré qu’il étendait à présent la version limitée de sa politique «d’événements sensibles» qui était en place depuis que les manifestants ont pris d’assaut le Capitole le 6 janvier.

Dans un communiqué, Google a déclaré qu’il “suspendrait temporairement toutes les publicités politiques en plus de toute publicité faisant référence à la destitution, à l’inauguration ou aux manifestations au Capitole américain”.

Il a dit qu’il n’y aurait pas d’exclusion pour les annonceurs de nouvelles ou de marchandises.

Facebook Inc a également suspendu les publicités politiques après l’élection présidentielle du 3 novembre, ne débloquant que brièvement les publicités autour du second tour du Sénat de Géorgie au début du mois.

Dans l’e-mail, qui a été signalé pour la première fois par Axios, Google a également rappelé aux annonceurs sa politique contre les publicités qui encouragent la haine ou incitent à la violence: “Compte tenu des événements de la semaine dernière, nous sommes extrêmement vigilants quant à l’application de toute publicité qui pourrait raisonnablement être interprétée. comme franchissant cette ligne », dit-il. – Reuters

.

Leave a Reply