La vente très attendue du spectre 5G par l’Inde pourrait être retardée si le gouvernement se concentre sur un 4G vente aux enchères en 2021, a déclaré Fitch Évaluations, prédisant également une participation limitée des transporteurs plus âgés, Bharti Airtel et Vodafone Idea, car la tarification du spectre 5G reste exorbitante, associée au manque de cas d’utilisation pertinents.

“Les enchères de spectre 5G pourraient être retardées si le gouvernement donne la priorité aux enchères 4G en 2021 pour permettre aux opérateurs de télécommunications de renouveler le spectre dans les bandes 800/900 Mhz dans certains États”, a déclaré Fitch dans une note lundi.

L’agence de notation mondiale prévoit également «une participation limitée de Bharti et Vodafone Idea (Vi) à la Enchères 5G, compte tenu des prix de réserve élevés (fixés par le régulateur) et des cas d’utilisation limités de la 5G ».

La semaine dernière, le directeur général d’Airtel, Gopal, a déclaré que la société de télécommunications laisserait passer les ondes 5G si elles étaient vendues aux enchères l’année prochaine, car les prix de réserve actuels fixés par le régulateur du secteur sont inabordables.

Le gouvernement prévoit d’organiser une vente d’ondes 4G au début de 2021, qui pourrait être suivie d’une vente d’ondes 5G plus tard dans l’année, mais n’a pas encore clarifié le calendrier de la vente du spectre 5G ou des bandes proposées.

Fitch attend également Reliance Jio et Bharti Airtel pour gagner leur part de revenus au détriment de Vi déficitaire et pour dominer conjointement 75% à 80% du marché des télécommunications, contre environ 70% actuellement.

Il estime que Vi pourrait perdre de 50 à 70 millions d’abonnés au cours des 12 prochains mois, après avoir perdu environ 155 millions d’abonnés au cours des neuf derniers trimestres. «Jio pourrait récupérer plus de la moitié des pertes d’abonnés de Vi, le solde revenant à Bharti.»

Les analystes notent que bien que Vi ait bien exécuté sur le front de la réduction des coûts au cours du trimestre de septembre qui vient de se terminer, ses lourdes pertes d’abonnés – 8 millions au deuxième trimestre fiscal – continuent d’éroder les revenus et de nuire à la rentabilité. La base d’utilisateurs de la société de télécommunications au cours du trimestre clos en septembre était de 271 millions, contre environ 408 millions au moment de la fusion en août 2018.

Fitch estime que l’endettement net de Vi est susceptible de se détériorer considérablement à la suite du verdict de la Cour suprême exigeant que la société de télécommunications paie ses cotisations AGR de 8,9 milliards de dollars. «Son solde de trésorerie à fin juin 2020 de 470 millions de dollars est déjà inférieur à ses échéances de dette à court terme et à ses garanties de 3,6 milliards de dollars», a déclaré l’agence de notation mondiale.

En revanche, Fitch s’attend à ce que les revenus de Bharti et Jio augmentent d’environ 10% à 15%, après de fortes attentes de croissance en 2020 de plus de 30%. «Les marges d’Ebitda pourraient s’élargir de 100 à 200 points de base (pb) à 37% et 44% pour Bharti et Jio, respectivement, sur des tarifs sans fil plus élevés et sur l’expansion du haut débit fixe», a-t-il ajouté.

L’agence de notation estime également que «l’effet de levier net d’Airtel (fonds provenant de l’opération FFO) se situera autour de 2,2x-2,4x», en dessous du déclencheur de déclassement de 2,5x, soutenu par des tarifs sans fil plus élevés dans un contexte de relâchement de la concurrence sur les prix.

La semaine dernière, Airtel a réduit sa perte nette consolidée à Rs 763 crore au deuxième trimestre, affichant un chiffre d’affaires consolidé record stimulé par la reprise continue de son Inde opérations. Le bénéfice net de Jio a presque triplé d’une année sur l’autre au cours de la période de juillet à septembre, aidé par des volumes de recharge mobiles plus élevés alors que les freins de verrouillage ont été assouplis, une baisse des coûts financiers et des ajouts de clients continus.

Bien que Vi ait réduit sa perte nette à 7 203,4 crores de Rs au cours du trimestre de septembre, ses pertes d’abonnés continues ont nui à la croissance des revenus et la société de télécommunications a de nouveau signalé des risques autour de sa viabilité.

.

Leave a Reply