TOKYO – L’opérateur de téléphonie mobile japonais NTT Docomo a souligné mardi qu’il restait un leader mondial de la technologie 5G, bien que la société ait du mal à monétiser ses brevets liés aux réseaux sans fil de nouvelle génération.

“Les six principaux acteurs, dont Docomo, ont tous des parts similaires d’environ 10%”, a déclaré Shinsuke Ogawa, chef du département de la propriété intellectuelle de Docomo, lors d’un briefing mardi, citant les récentes découvertes d’une société de recherche de Tokyo.

La conférence de presse visait à réfuter une étude antérieure sur les brevets de la cinquième génération sans fil, qui suggérait que la société était loin derrière ses concurrents mondiaux. Docomo, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du Japon en part de marché, est sur le point de devenir la propriété exclusive de la société mère Nippon Telegraph and Telephone dans le but de se transformer en une centrale 5G.

“Docomo a la plus grande part [of 5G patents] parmi les opérateurs de services mobiles », a déclaré Ogawa.

Les brevets essentiels aux normes font référence aux brevets qui font partie d’une norme de l’industrie, ce qui peut générer de gros revenus pour leurs propriétaires. Le Cyber ​​Creative Institute de Tokyo a comparé les normes de l’industrie sur la 5G avec les brevets détenus par différentes sociétés de télécommunications et fabricants d’équipements pour calculer leurs parts de marché.

Samsung Electronics arrive en tête de liste avec 11,9%, suivi de Qualcomm avec 11,6% et Huawei Technologies avec 11,3%. Docomo est arrivé sixième avec 9,5%.

Un classement des brevets basé sur une méthode de calcul différente a mis Docomo plus loin derrière.

Les entreprises sont invitées à déclarer les nouveaux dépôts de brevets 5G auprès d’un organisme de normalisation du secteur privé. Huawei est en tête du monde sur ces déclarations avec environ 3100, suivies par environ 2700 de Samsung, selon la base de données de brevets allemande IPlytics. Docomo s’est classé 10e avec environ 720.

Mais “parce que ce cadre est basé sur l’auto-déclaration, il couvre de nombreux brevets qui ne correspondent pas réellement aux normes de l’industrie”, a déclaré une source Docomo.

Docomo possède des brevets dans la formation de faisceaux, qui est un moyen de permettre une communication plus rapide sur de plus grandes distances en utilisant des ondes à haute fréquence, ainsi que dans une technologie non autonome, qui combine les réseaux 4G et 5G pour assurer un service stable. Il espère tirer parti de ces actifs pour générer de meilleurs bénéfices.

Pourtant, le transporteur japonais n’est plus le pionnier qu’il était à l’époque de la 3G. De nombreux brevets de Docomo concernent les communications sans fil, qui sont plus difficiles à monétiser que les brevets de ses concurrents pour les stations de base et les téléphones.

Huawei et d’autres détenteurs de brevets de haut rang tirent profit de leur propriété intellectuelle en percevant des droits de licence ou en vendant la technologie. Docomo, d’autre part, n’incorpore pas les revenus des brevets 5G dans ses revenus, affirmant qu’il le fera une fois qu’il commencera à générer davantage de taxes.

Transformer la propriété intellectuelle en sources de revenus est un défi de longue date que Docomo partage avec le reste du groupe NTT.

.

Leave a Reply