- Publicité -


En marge du lancement de la 5G en Inde, le gouvernement a tenu samedi une réunion à huis clos des ministres des technologies de l’information (TI) et des hauts fonctionnaires du ministère des Communications et du ministère de l’Électronique et de l’informatique (MeitY). Ashwini Vaishnawministre de l’Union des communications, de l’électronique et de l’informatique, s’est entretenu avec les médias après la réunion. Extraits édités :


Quels sont les principaux enseignements de votre interaction avec les ministres et secrétaires des différents États ? Comment cela contribuerait-il à la refonte en cours des lois numériques du pays ?

- Publicité -

La plupart des ministres de l’informatique des États se sont déclarés satisfaits du déploiement de la 5G et du forfait Rs 36 000 approuvé par le Premier ministre Narendra Modi. Il y avait des inquiétudes quant à l’impact des médias sociaux sur nos institutions, alors nous allions de l’avant avec un processus de consultation.

Tout le monde s’inquiète de l’impact des jeux en ligne et de la pornographie. Il y a beaucoup de préoccupations à ce sujet, nous avons donc tous convenu que nous devrions nous rencontrer régulièrement, au moins une fois tous les six mois. La bonne chose est que de nombreux États partagent les meilleures pratiques, ce qui aide les autres à façonner leurs politiques autour de ces meilleures pratiques.

Notre processus de réflexion consiste à développer un ensemble complet de lois numériques. La première chose était le projet de loi sur les télécommunications. Nous avons présenté l’ébauche et obtenons de très bons commentaires à son sujet. Je pense que tout le monde a apprécié le projet de loi progressiste. La définition des services de télécommunication, y compris les services Over the Top (OTT) suscite des inquiétudes. Nous avons sollicité des suggestions écrites de l’industrie.

Vient ensuite le projet de loi sur la protection des données numériques et la loi sur l’Inde numérique. Nous progressons bien et cela devrait être terminé dès que possible.


La 5G étant là, les acteurs privés ont-ils discuté avec vous de leurs plans tarifaires ? Comment les services 5G vont-ils transformer l’écosystème numérique en Inde ?

Je pense que l’Inde restera le marché le plus abordable pour les services de télécommunications. Je suis ravi des secteurs de la santé, de la logistique, de l’éducation et de l’agriculture, qui auront un impact positif sur l’avenir. Nous nous associons à près d’une soixantaine d’universités et leur donnons les bancs d’essai 5G pour que les jeunes puissent commencer à développer de nouvelles solutions et technologies.

Récemment, des directives de développement technologique ont été lancées. Conformément aux directives, le Département des télécommunications (DoT) financera des technologies dans le secteur des télécommunications, ce qui nous aidera à atteindre les zones reculées et à améliorer la connectivité et la sécurité. Près de Rs 500 crore par an d’investissements pour le développement de nouvelles technologies seront disponibles pour le pays. Il s’agit d’un fonds ouvert qui ira aux start-ups, aux universités et aux acteurs de l’industrie pour créer des solutions. L’idée est de développer de nouvelles technologies et d’avoir des droits de propriété intellectuelle (PI) dans le pays.


Quel est le calendrier fixé pour la connectivité du dernier kilomètre du réseau 5G ?

Nous travaillons sur environ 200 villes et villages dans la première phase d’ici six mois. L’idée est de couvrir près de 80 à 90 % du pays dans les deux prochaines années. Bharat Sanchar Nigam Limited (BSNL) devrait commencer à déployer la 5G d’ici août de l’année prochaine. De cette façon, nous aurons quatre concurrents sur le marché – trois acteurs privés et un acteur public. En termes de technologie, l’accent est mis sur le développement d’alternatives de réseau radio, sur le nombre de développeurs principaux et sur la fabrication en Inde.

En ce qui concerne la connectivité, un forfait d’une valeur de Rs 36 000 crore a été alloué lors de la réunion du cabinet, et il y a de bons progrès dans la couverture des zones non connectées. L’élan est énorme; nous pourrions couvrir trois fois que nous ciblons.


Quand on parle de 5G pour BSNL d’ici août prochain, mais que sa 4G n’est toujours pas lancée à cette échelle, serait-ce un défi ?

Le voyage de la 5G ne serait pas aussi long que celui de la 4G. L’objectif était de préparer notre pile technologique, qui est prête. La connectivité du réseau fibre et des tours de BSNL est déjà très bonne. Maintenant, l’installation est la partie la plus facile, il nous suffit de remplacer la radio, de placer les unités du sous-sol, de mettre le noyau en place et de le déployer.


Comment voyez-vous la feuille de route pour le déploiement des réseaux captifs 5G ?

Nous avons défini des conditions de licence, des lignes directrices et des conditions de location très claires pour les réseaux non publics. Nous espérons voir très bientôt des réseaux captifs/non publics dans le pays. Nous progressons bien là-dessus.


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici