- Publicité -


1. Introduction

  • L’Inde est un système de gouvernement quasi fédéral : le gouvernement fédéral (également connu sous le nom de « gouvernement de l’Union » ou « gouvernement central ») et les gouvernements des États travaillent de manière indépendante dans leurs domaines respectifs définis dans la Constitution de l’Inde, avec quelques exceptions prévues dans le Constitution de l’Inde.
  • Article 245 de la Constitution de l’Inde établit la compétence législative du Parlement de l’Inde et de la législature des États comme suit :
  • 245. Portée des lois adoptées par le Parlement et par les législatures des États
  • Sous réserve des dispositions de la présente Constitution, le Parlement peut faire des lois pour tout ou partie du territoire de l’Inde, et la législature d’un État peut faire des lois pour tout ou partie de l’État.
  • Aucune loi adoptée par le Parlement n’est réputée invalide au motif qu’elle aurait une portée extraterritoriale.

Conformément à l’article 245 de la Constitution de l’Inde. La Septième annexe de la Constitution de l’Inde contient une liste exhaustive de sujets sur lesquels le gouvernement de l’Union, le gouvernement de l’État, l’Union et l’État peuvent légiférer. Ces listes sont appelées.

  • la liste syndicale,
  • la liste d’État et
  • la liste concurrente.

L’Union ou l’État ont le droit exclusif de légiférer sur les éléments qui relèvent respectivement de la liste de l’Union et de la liste de l’État. Le syndicat et l’État peuvent légiférer sur les éléments contenus dans la liste concurrente. Toutefois, pour les sujets de la liste concurrente, les lois édictées par le gouvernement central prévalent sur les lois édictées par l’État, sauf lorsque la loi de l’État a reçu l’assentiment du président de l’Inde, auquel cas la loi de l’État prévaut sur la Droit syndical.

- Publicité -

2. Pouvoir exclusif de l’Union de légiférer sur Internet.

L’entrée 31 de la liste de l’Union indique : 31.

Postes et télégraphes; téléphones, sans fil, radiodiffusion et autres formes de communication similaires.

Cela signifie que seul le Parlement indien peut adopter des lois relatives à Internet. Cette entrée confère également au gouvernement central le pouvoir absolu de contrôler et de réglementer l’ensemble de l’industrie informatique de l’Inde, y compris les applications mobiles et autres services issus d’Internet.

Par conséquent, seul le gouvernement central a le pouvoir d’interdire ou de restreindre les applications mobiles en Inde par l’intermédiaire de ses ministères et organismes spécialisés tels que MEITY, CERT-In, etc.

3. MEITY en tant que régulateur Ministère de l’électronique et des technologies de l’information

Le ministère de l’électronique et des technologies de l’information (MEITY) est une agence nodale du gouvernement indien pour la réglementation des matières liées à l’électronique et aux technologies de l’information. Entre autres fonctions, le ministère est responsable de;

  • Promotion de questions politiques liées aux technologies de l’information; Électronique; et Internet (toutes les questions autres que la licence du fournisseur de services Internet).
  • Réglementer Internet, l’informatique et les services activés par l’informatique.
  • Promotion des transactions numériques, y compris les paiements numériques. Questions relatives aux cyber-lois, administration de la loi sur les technologies de l’information. 2000 (21 de 2000) et d’autres lois liées à l’informatique.
  • MEITY dispose également d’un organisme désigné appelé Computer Emergency Response Team of India -CERT In qui a été notifié en vertu de l’article 70B (1) de la loi de 2000 sur les technologies de l’information. Cet organisme spécialisé est chargé de protéger le cyberespace indien et dispose de pouvoirs tels que l’enquête la question relative à la cybersécurité, etc.

4. Quelle est la base du bannissement d’une App ?

  • Article 69A de la loi de 2000 sur les technologies de l’information habilite le gouvernement central à bloquer le site Web, l’application mobile ou le contenu spécifique.
  • 69A. Pouvoir d’émettre des instructions pour bloquer l’accès public à toute information par le biais de toute ressource informatique.‒
  • (1) Lorsque le gouvernement central ou l’un de ses agents spécialement autorisés par lui à cet égard est convaincu qu’il est nécessaire ou opportun de le faire, dans l’intérêt de la souveraineté et de l’intégrité de l’Inde, de la défense de l’Inde, de la sécurité de l’État, des relations amicales avec les Etats étrangers ou de l’ordre public ou pour prévenir l’incitation à la commission de toute infraction reconnaissable relative à ce qui précède, il peut sous réserve des dispositions de la sous-section
  • (2), pour des raisons devant être consignées par écrit, par ordre, ordonner à tout organisme du gouvernement ou intermédiaire de bloquer l’accès du public ou de faire bloquer l’accès du public à toute information générée, transmise, reçue, stockée ou hébergé dans n’importe quelle ressource informatique.
  • Cette section indique que si le gouvernement central (par l’intermédiaire de MEITY ou d’un autre département concerné) est d’avis que le contenu ou les fonctionnalités de l’application sont préjudiciables à la sécurité nationale, à l’ordre public ou incitent à la commission de toute autre infraction, le gouvernement central peut ordonner au FAI ou fournisseurs de services de télécommunications pour bloquer l’accès à n’importe quelle application.

5. Procédure à suivre

6. Le gouvernement de l’État peut-il interdire l’application ?

  • Non, conformément à la disposition de la loi mentionnée ci-dessus, seul le gouvernement central peut interdire les applications. L’année dernière, le gouvernement du Gujarat a tenté d’interdire PubG par le biais d’une ordonnance administrative. Cela avait été contesté devant la Haute Cour du Gujarat en Internet Freedom Foundation contre l’État du Gujarat.

7. Est-ce qu’une commande de retrait de l’application depuis les App stores, restreint totalement son accès ?

  • Non, même le gouvernement central du Sneha Kalita contre l’Union de l’Inde Pétition en bref (civile) n° 943/2017 a fait valoir qu ‘”il y a très peu de possibilités d’utiliser des solutions techniques pour identifier ou bloquer le jeu (applications)”.
  • Par conséquent, pour interdire complètement l’application, le gouvernement de l’Union ne peut ordonner le blocage géographique que pour bloquer l’accès à l’application en Inde. Ainsi, l’article 69A de la loi informatique ne prévoit pas l’interdiction complète elle-même.

8. Le tribunal peut-il interdire l’application dans le cadre d’un litige d’intérêt public ?

  • Non, le tribunal peut uniquement ordonner à l’autorité compétente du gouvernement indien d’interdire l’application.

9. Recours contre l’ordonnance de blocage : doctrine du contrôle juridictionnel

  • Le contrôle judiciaire fait référence au pouvoir du pouvoir judiciaire d’interpréter la constitution, toutes les lois adoptées par le parlement ou la législature de l’État, et de déclarer nulle une telle loi ou un tel ordre de la législature et de l’exécutif, s’ils sont en conflit avec la Constitution de l’Inde. et les droits qui en sont garantis.
  • Cela signifie que si le département compétent de l’Union de l’Inde a adopté une ordonnance de blocage ou d’interdiction de l’application, la partie lésée a le droit de contester cette ordonnance devant le tribunal et l’interdiction peut être levée si elle est jugée contraire à la loi applicable. la loi ou la Constitution de l’Inde.
  • Récemment, Twitter a intenté une action en justice contre le gouvernement indien devant la haute cour de l’État pour avoir émis des ordonnances de blocage non motivées. L’affaire est toujours pendante devant le tribunal.

10.Conclusion

  • Conformément à la discussion susmentionnée, seul le gouvernement de l’Union peut légiférer, réglementer et contrôler les sujets relatifs à Internet. Par conséquent, seul le gouvernement de l’Union peut ordonner l’interdiction de l’application. Cependant, de telles ordonnances d’interdiction/blocage de l’application prises par le département compétent du gouvernement de l’Union peuvent être contestées devant la Cour constitutionnelle.


->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici