- Publicité -


La Force de sécurité frontalière (BSF) a préparé un plan pour l’exercice de solutions techniques pour sécuriser la frontière avec le Pakistan et le Bangladesh, le Centre sanctionnant 30 crore ₹ pour l’achat d’équipements de surveillance, de drones et d’autres gadgets pour renforcer les capacités de déploiement sur les terrains dangereux de secteurs ouest et est.

L’utilisation de drones pour transporter des stupéfiants et des armes restant le plus grand défi, en particulier à la frontière du Pendjab, le directeur général de la BSF, Pankaj Kumar Singh, a déclaré aux médias avant le jour de la levée de sa force qu’ils devaient encore trouver une solution infaillible pour contrer la menace des plates-formes aériennes. Il a cependant déclaré qu’ils avaient pu en éliminer 16 jusqu’à ce mois-ci, ce qui était bien en avance sur un abattu l’année dernière.

- Publicité -

“Frontière internationale”

La BSF occupe 6 386,36 km de frontière, le tronçon Indo-Pak réparti sur 2 289,66 km est appelé “ frontière internationale ”, tandis que pour le reste du déploiement de la ligne de contrôle, plus de 435 km sur 772 km sont sous le contrôle des opérations de l’armée. Le BSF s’occupe également de la frontière indo-bangladaise, qui est bordée sur 4,96.70 km.

«Nous avons essayé de renforcer la surveillance dans les zones frontalières de manière très très importante. Cela implique l’utilisation de caméras de surveillance et de drones sur les théâtres ouest et est (fronts du Pakistan et du Bangladesh respectivement). “Nous avons environ 5 500 caméras de surveillance CCTV et quelques autres gadgets et le ministère de l’Intérieur de l’Union a sanctionné un fonds de 30 crores ₹ pour cet achat”, a déclaré Singh à la veille du 58e jour de sensibilisation du BSF.

A ce jour, de nombreux systèmes anti-drones (ADS), aux capacités variables, sont déployés sur la frontière. L’achat de nombreux ADS montés sur véhicule est à l’étude par le ministère de l’Intérieur (MHA). De même, en principe, la proposition de travaux visant à couvrir l’IB par une surveillance électronique pour vérifier l’infiltration au Jammu-et-Cachemire a été approuvée par le MHA, a déclaré le BSF.

La première phase du projet couvrira 310 km du Jammu et une partie de la frontière du Pendjab et la deuxième phase s’étendra sur 575 km, tandis que la troisième phase intégrera la partie restante du Rajasthan et du Gujarat. Et enfin, dans la quatrième phase, la frontière du nord du Bengale et de Guwahati, longue de 964 km, sera enveloppée d’une solution technologique.

Surveillance électronique

Le système de surveillance à faible coût (LCTS), qui utilise des caméras PTZ, des caméras CCTV (statiques) et des IRIDS, sera utilisé pour couvrir les zones vulnérables grâce à la surveillance électronique. Cette “version améliorée” du projet de surveillance électronique couvre 635 zones vulnérables et 484 km sur 7 frontières (Jammu, Punjab, Rajasthan, Gujarat, Bengale du Sud, Bengale du Nord et Guwahati), a déclaré le BSF.

Le système intégré complet de gestion des frontières (CIBMS) existe également pour l’intégration de la main-d’œuvre, de différents capteurs et de réseaux, dans le centre C-2 et les ressources de contrôle, afin de faciliter la prise de décision et le processus rapide à différents niveaux.




->Google Actualités

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici