La présidence de Donald Trump a vu les États-Unis lancer une offensive de charme stratégique majeure à travers le monde, essayant de voir le chinois Huawei exclu des réseaux nationaux 5G pour des raisons de sécurité nationale. Couplée aux sanctions en cours contre le fournisseur chinois, cette stratégie a rapidement porté ses fruits sur un certain nombre de marchés et, alors que de nombreux gouvernements ont refusé de mettre en œuvre une interdiction complète, les perspectives de Huawei se sont réduites dans une grande partie de l’Europe. Pourtant, au Moyen-Orient, convaincre les gouvernements d’abandonner Huawei…

La présidence de Donald Trump a vu les États-Unis lancer une offensive de charme stratégique majeure à travers le monde, essayant de voir le chinois Huawei exclu des réseaux nationaux 5G pour des raisons de sécurité nationale. Couplée aux sanctions en cours contre le fournisseur chinois, cette stratégie a rapidement porté ses fruits sur un certain nombre de marchés et, alors que de nombreux gouvernements ont refusé de mettre en œuvre une interdiction complète, les perspectives de Huawei se sont réduites dans une grande partie de l’Europe.

Cependant, au Moyen-Orient, convaincre les gouvernements d’abandonner Huawei, dont nombre de leurs opérateurs dépendaient fortement, était une tâche plus difficile.

Pour les Émirats arabes unis, l’un des principaux alliés des États-Unis dans la région, les discussions sous Trump semblaient se dérouler relativement bien, selon des sources. Cependant, le langage ambigu sur lequel les responsables des Émirats arabes unis ont insisté dans l’accord final avec les États-Unis signifiait que Huawei éviterait une interdiction totale.

À présent, sources anonymes suggèrent que le nouveau président Joe Biden prend le relais de son prédécesseur dans la discussion, cherchant à ce que les Émirats arabes unis retirent les équipements Huawei de leurs réseaux au cours des quatre prochaines années.

Les responsables émiratis ont apparemment répondu en arguant que le calendrier est irréalisable, et en soulevant le manque d’alternatives rentables comme un obstacle majeur. En conséquence, les responsables américains discutent maintenant de la possibilité de remplacer l’équipement Huawei par l’un des rivaux les plus appréciés de Huawei, tels que Samsung, Nokia ou Ericsson.

Une partie du problème ici est que, malgré les liens politiques de longue date des États-Unis avec les Émirats arabes unis, en ce qui concerne l’économie, la nation du Moyen-Orient s’est de plus en plus alignée sur la Chine ces dernières années. La Chine représente leur plus grand partenaire commercial, les Émirats arabes unis faisant plus du double des affaires avec la nation orientale qu’avec les États-Unis.

Il y a à peine cinq jours, Huawei a annoncé qu’il travaillerait avec les Émirats arabes unis pour faire du pays un “oasis numérique de confiance mondiale», notant qu’une cybersécurité supplémentaire était de la plus haute importance pour les Émirats arabes unis en raison de sa relative prospérité qui en fait une cible majeure pour les cybercriminels.

« Huawei essaie toujours d’en faire plus et d’augmenter ses investissements en matière de sécurité dans cette région pour soutenir divers projets PPP que nous avons engagés », a déclaré Aloysius Cheang, directeur de la sécurité de Huawei. « La plupart des cybercriminels sont motivés par des gains financiers rapides. En raison de la présence de nombreuses cibles de grande valeur au Moyen-Orient, cette région est toujours sur le radar des cybercriminels. »

Bien qu’il ne soit pas clair exactement combien ce programme verra Huawei investir dans les Émirats arabes unis, l’engagement de l’entreprise dans un partenariat continu est clair à voir.

Mais les États-Unis ne sont pas sans leur propre influence dans ces discussions. Les Émirats arabes unis sont en train d’acheter pour 23 milliards de dollars d’avions à réaction et de drones F-35 aux États-Unis, l’accord devant être conclu en 2026 ou 2027. Biden a annoncé un examen de cet accord lors de sa première prise de fonction, citant le La dépendance des Émirats arabes unis à l’égard de la technologie Huawei et de la Chine en général est une préoccupation.

Ainsi, les Émirats arabes unis se trouvent entre quelque chose d’un rocher et un endroit dur. D’une part, il est économiquement dépendant de la Chine et ses opérateurs se sont largement engagés à travailler avec Huawei. D’autre part, ses relations politiques et militaires avec les États-Unis pourraient se dégrader si leur attitude envers Huawei ne change pas.

Vous voulez rester au courant des derniers développements dans le monde des télécoms ? Abonné pour recevoir la newsletter quotidienne de Total Telecom ici

Aussi dans l’actualité :
Un nouveau rapport de l’Ofcom révèle la dépendance du Royaume-Uni à Internet
L’ITC d’Arabie saoudite révèle une nouvelle image de marque centrée sur l’humain
Google annonce un nouveau câble sous-marin États-Unis – Argentine



Leave a Reply