Mumbai: la Reserve Bank of India a mis en garde UV Asset Reconstruction Company (UVARCL) que son certificat d’enregistrement peut être annulé à moins qu’il n’explique d’ici la semaine prochaine pourquoi il n’a pas informé le tribunal d’insolvabilité que le régulateur avait rejeté son plan de résolution pour Aircel dès le départ.

Le régulateur bancaire a déclaré dans un avis que l’UVARCL avait bafoué les normes établies par le Sarfaesi (Securitization and Reconstruction of Financial Assets and Enforcement of Securities Interest) Act et violé RBIles lignes directrices de, les gens au courant de la question ont dit. Selon la loi Sarfaesi, les sociétés de reconstruction d’actifs ne peuvent pas injecter des capitaux propres dans une société insolvable au stade de la résolution.

UVARCL a été invité à répondre à l’avis du RBI d’ici la fin de la semaine prochaine. Cependant, des responsables familiers avec le problème ont déclaré que l’UVARCL avait informé la RBI de toutes les étapes des plans de résolution.

Une annulation de l’enregistrement d’UVARCL à ce stade signifierait les plans de résolution des entreprises de télécommunications en faillite Communications de confiance (RCom) et Aircel resteraient annulés et retarderaient les plans de la State Bank of India de récupérer 12 000 crores de roupies prêtés aux deux opérateurs de télécommunications. Alors que le National Company Law Tribunal (NCLT) a approuvé le plan de résolution d’Aircel, la proposition de RComs a été approuvée par le comité des créanciers et est en instance devant le tribunal.

“Dans la notification de justification, RBI a déclaré qu’elle avait rejeté le plan de résolution d’Aircel en octobre de l’année dernière et malgré cela, UVARCL a continué et n’a pas informé le National Company Law Tribunal de la décision de l’organisme de réglementation”, a déclaré une personne.

RBI et UVARCL n’ont pas répondu aux requêtes d’ET.

Tout en approuvant le plan de résolution d’UVARCL pour Aircel en juin 2020, le NCLT a demandé à l’ARC d’envoyer son plan à RBI pour un signe de tête puisque les ARC sont régis par la banque centrale.

UVARCL a ensuite envoyé le plan approuvé par NCLT à RBI, qui a de nouveau rejeté la proposition, citant des normes en vertu de la loi Sarfaesi, une législation qui permet aux banques et autres institutions financières de vendre aux enchères des propriétés résidentielles ou commerciales pour récupérer des prêts.

Dans sa notification à UVARCL, la banque centrale a déclaré qu’elle avait refusé l’autorisation dès octobre 2019, avant que la NCLT n’approuve la proposition, a déclaré la personne.

Selon un autre industrie exécutif, la RBI a également observé que si la NCLT n’avait pas demandé l’approbation de la banque centrale, l’UVARCL serait allé de l’avant et aurait mis en œuvre le Plan de résolution Aircel.

Les responsables du suivi des cas de résolution Aircel et RCom ont déclaré que l’UVARCL avait envoyé au moins six lettres à la banque centrale entre juillet 2019 et octobre 2020, l’informant de l’avancement des plans de résolution.

«Ils ont constamment écrit à la RBI sur cette question, y compris immédiatement après que le comité des créanciers a donné son feu vert au plan en septembre de l’année dernière. Mais malgré l’approbation d’autres plans de résolution, le régulateur s’est opposé à cela en raison de l’élément d’investissement en actions dans la proposition », a déclaré un responsable.

Un dirigeant de l’industrie a déclaré que bien que l’avis de la RBI n’ait été adressé qu’à UVARCL, il avait un impact considérable sur l’industrie.

“RBI est d’avis que Sarfaesi doit être amendé avant que les ARC ne soient autorisés à agir en tant que demandeurs de résolution et il se méfie totalement de l’injection de fonds propres dans les plans de résolution d’actifs en difficulté”, a déclaré le responsable.

Le rejet par la RBI du plan de résolution Aircel a mis en lumière le conflit entre la loi sur l’insolvabilité – qui permet aux ARC de soumissionner pour les entreprises en faillite par injection de capitaux propres – et la loi Sarfaesi, qui est silencieuse sur la question.

Le ministère des Finances serait ouvert à la modification de la loi Sarfaesi. Les ARC ont demandé à la RBI de considérer cela comme une question de réglementation et de publier de nouvelles lignes directrices car les modifications prennent du temps.

.

Leave a Reply