- Publicité -

En 1853, Elisabeth von Wittelsbach, 15 ans, fille du duc de Bavière, accompagna sa mère et sa sœur aînée Hélène de leur domicile près de Munich à la ville autrichienne de Bad Ischl. Le voyage avait été long, ils avaient été retardés en cours de route et certains de leurs bagages n’étaient pas arrivés, ce qui signifiait qu’ils devaient rester dans la tenue noire qu’ils portaient en deuil pour la perte d’un membre de leur famille.

Cela n’allait pas faire la première impression idéale, car ils étaient venus rencontrer le jeune empereur d’Autriche, François-Joseph, pour recevoir sa proposition formelle à Hélène.

Effectivement, la paire ne s’est pas entendue; François-Joseph trouva Hélène, qui était sa cousine germaine, trop silencieuse. L’empereur était, cependant, tout à fait épris par la belle Elisabeth, et bientôt annoncé son intention de l’épouser, ou personne du tout. Cinq jours plus tard, ils étaient fiancés.

- Publicité -

Qui était l’impératrice Elisabeth, alias Sisi ?

Titres : Impératrice épouse d’Autriche (1854–1898) et reine de Hongrie (1867–1898)

Aussi connu sous le nom: Sissi

Né: 24 décembre 1837, château de Possenhofen, Bavière

Décédés: 10 septembre 1898, Genève, Suisse

Parents: Le duc Maximilien Joseph et la princesse Ludovika de Bavière

Conjoint: François-Joseph Ier, empereur d’Autriche et roi de Hongrie

Enfants: Sophie (1855-57), Gisèle (1856-1932), Rudolf (1858-1889), Marie Valérie (1868-1924)

Connu pour: Célèbre pour sa beauté, elle était une célébrité de son époque qui a défini les tendances de la mode et aimait l’équitation et les voyages. Elle a joué un rôle déterminant dans le compromis austro-hongrois de 1867, avant son assassinat en 1898.

Elisabeth n’était pas aussi amoureuse de Franz Joseph, 23 ans, qu’elle trouvait ennuyeux, sans humour et conservateur. Lorsqu’ils se sont mariés huit mois plus tard, en avril 1854, la mariée adolescente a été vue en train de sangloter dans sa voiture pendant la procession à travers Vienne. Être l’épouse de l’impératrice n’était pas une consolation car cela signifiait qu’elle devait déménager à la cour impériale intransigeante et formelle, ce qui serait bien loin de la liberté de son enfance.

Élisabeth et François-Joseph

Lors de son mariage avec François-Joseph, Elisabeth a dû déménager à la cour impériale officielle. (Image par Getty Images)

Née le 24 décembre 1837, Elisabeth Amalie Eugénie – peut-être mieux connue sous son surnom de Sisi (ou Sissi) – avait été élevée pour être aventureuse, curieuse et créative. Fait inhabituel pour un couple royal, ses parents, le duc Maximilian Joseph et la princesse Ludovika, ont adopté une approche pratique, inculquant à Sisi et à ses sept frères et sœurs des sensibilités plus progressistes, une protection de leur vie privée et un amour de l’exploration de la campagne. La famille passait ses journées dans les forêts ou dans les montagnes de Bavière.

Plus comme ça

La rivalité d’Elisabeth avec l’archiduchesse Sophie d’Autriche

Au palais de la Hofburg à Vienne, en revanche, Elisabeth s’est vite rendu compte que sa nature introvertie et son aversion pour les formalités rigides étaient très décriées, sa critique la plus virulente se révélant être sa belle-mère (et sa tante), l’archiduchesse Sophie. Autoritaire et très influente, elle avait désapprouvé le choix d’épouse de Franz Joseph et n’avait pas tenté de cacher son dédain pour l’inadéquation d’Elisabeth au sommet de la hiérarchie. Hiérarchie des Habsbourg.

Les tensions ne firent que s’intensifier lorsqu’Elisabeth accoucha en 1855. Sophie prit non seulement le contrôle total des soins de la petite fille, au point d’empêcher Elisabeth de l’allaiter, mais nomma même l’enfant – et après elle, rien de moins. Une deuxième fille née l’année suivante a également été enlevée à Elisabeth. Elle était boudée par les nobles de la cour qu’elle détestait tant, sans doute aidée par l’ingérence de Sophie, pour ne pas avoir produit d’héritier mâle.

Ces années ont pesé lourdement sur Elisabeth, encore adolescente, qui a commencé à souffrir d’un trouble de l’alimentation et d’épisodes de dépression, ou de « mélancolie ». En 1857, sa fille Sophie tombe malade et meurt lors d’un voyage en famille, dans l’une des rares périodes où Elisabeth peut s’occuper de ses enfants. Dans son chagrin et sa culpabilité, elle a pris ses distances avec son autre enfant Gisela. Pourtant, elle n’a pas eu longtemps à pleurer car elle est rapidement tombée enceinte à nouveau, pour la troisième fois en trois ans. Cette fois, elle enfanta un fils.

Doter l’empire d’un prince héritier, nommé Rudolf, lui donna enfin sécurité et influence, et la rendit encore plus populaire parmi le peuple. Contrairement à la cour, ils l’adoraient depuis le début : en tant que femme grande, svelte et stylée, elle était considérée comme l’une des grandes beautés de l’époque. Même sa belle-mère a dû admettre : « C’est l’impératrice qui les attire tous. Car elle est leur joie, leur idole.

La fixation d’Elisabeth sur le fitness

Une fierté particulière pour Elisabeth était ses cheveux, des boucles couleur châtain si longues qu’elles tombaient jusqu’à ses chevilles. Il fallait un rituel de trois heures chaque jour pour s’en occuper, et les jours où elle le lavait, elle s’assurait de n’avoir aucun autre engagement dans son journal. Ces périodes offraient une évasion tant désirée des apparitions publiques et l’occasion d’améliorer son esprit en passant du temps à apprendre des langues, dont l’anglais, le français et le grec.

0

Elisabeth était particulièrement fière de ses cheveux. (Photo par Imagno/Getty Images)

En fait, Elisabeth cherchait tous les moyens d’échapper, physiquement et mentalement, à la cour impériale et à son mariage sans amour. Comme elle avait du mal à dormir la nuit, elle lisait avec voracité la littérature, l’histoire et la philosophie, et écrivait sa propre poésie.

Mais son objectif principal (même l’obsession) était sa forme physique. Tout au long de sa vie, elle a maintenu un exercice extrême et des régimes alimentaires pour maintenir sa silhouette svelte. Chaque résidence avait une pièce qu’elle transformait en gymnase, équipée de poids et d’appareils comme des poutres d’équilibre, des chevaux d’arçons et des anneaux.

L'impératrice Elisabeth 'Sisi', posant pour une photo avec un chien à ses pieds

Elisabeth se concentrait sur la forme physique. (Image par Getty Images)

Elle excellait également dans des activités comme l’équitation – elle était considérée comme l’une des meilleures cavalières d’Europe – l’escrime et la randonnée, où elle sortait pendant des heures par tous les temps. Elle vivait régulièrement avec des régimes de bouillons légers, de lait, d’œufs et d’oranges, mais si son poids approchait les 50 kg, elle passerait par une période de jeûne. Ses corsets ne pourraient jamais être assez serrés, ses préposés se frottant les doigts à vif dans la tentative.

Pourtant, malgré sa fixation sur sa fixation sur l’apparence d’être en forme, ou peut-être à cause de cela, Elisabeth a souffert d’une mauvaise santé alors qu’elle était confinée dans les palais. Sa solution – qui a entraîné des guérisons remarquables et instantanées, suggérant que ses maux étaient peut-être psychosomatiques – était de voyager aussi souvent qu’elle le pouvait et dans autant d’endroits que possible, de l’Angleterre et de l’Irlande au pourtour méditerranéen. “Je veux toujours être en mouvement”, aurait-elle déclaré. “Chaque navire que je vois s’éloigner me remplit du plus grand désir d’être à bord.”

De loin, son endroit préféré était la Hongrie. Sous contrôle militaire impérial depuis un soulèvement en 1848, Elisabeth ressent une profonde parenté avec son peuple et milite pour le retour de son autonomie. Elle visitait fréquemment, apprit la langue et risqua davantage la colère de la cour en gardant un personnel de maison composé de Hongrois. Plus important encore, ses efforts en tant que médiatrice passionnée ont contribué à garantir le compromis austro-hongrois de 1867, mettant fin à la domination absolue de l’Autriche et établissant une double monarchie. Cette année-là, François-Joseph et Elisabeth sont couronnés roi et reine de Hongrie.

Franz Joseph et Elisabeth dans The Empress de Netflix

En 1867, François-Joseph et Elisabeth sont couronnés roi et reine de Hongrie. La relation est dramatisée dans le drame Netflix “The Empress”. (Image par Netflix)

Si ce fut un succès retentissant pour Elisabeth – et sembla la rapprocher de son mari, au moins pour un temps, puisque leur quatrième enfant Marie Valérie naquit en Hongrie l’année suivante – son état mental resta fragile.

De plus en plus, elle est devenue désespérée pour maintenir son image de jeunesse. Au fil des ans, elle a concocté ses propres soins de beauté, baigné dans l’huile d’olive, dormi sur des cadres de lit en métal dur enveloppés de serviettes humides et lavé ses longs cheveux avec des œufs et du cognac pour essayer de rester jeune. Sa peur de vieillir était telle qu’elle a refusé de poser pour un portrait ou de se faire prendre en photo à partir de la trentaine.

La mort du prince Rodolphe

En 1889, Elisabeth serait anéantie par la mort de son fils Rudolf dans ce qui est devenu connu sous le nom de «l’incident de Mayerling». Le prince héritier a été retrouvé mort, âgé de 30 ans, au pavillon de chasse impérial de Mayerling aux côtés de sa maîtresse adolescente dans ce qui semblait être un pacte de suicide. Elisabeth est tombée dans une profonde dépression dont elle ne s’est jamais complètement remise, portant du noir pour le reste de sa vie et se retirant encore plus de la vie publique.

Elle est devenue plus agitée et imprudente dans ses voyages, se déplaçant constamment et visitant des lieux clandestinement et sans protection. Elle aurait déclaré que son souhait serait de “parcourir le monde… jusqu’à ce que je me noie et que je sois oubliée”.

Les impératrices les plus célèbres de l’histoire

L’assassinat de l’impératrice Elisabeth

Le 10 septembre 1898, son envie de voyager l’avait amenée à Genève, en Suisse. Alors qu’elle marchait pour attraper un ferry, un anarchiste italien nommé Luigi Lucheni s’est approché et l’a poignardée avec une lime à aiguille aiguisée, lui perforant le cœur. Il avait été dans la ville pour tuer le duc d’Orléans, mais lorsque les plans de voyage du royal français ont changé, Lucheni – ne se souciant pas de qui il visait – a tourné son attention vers Elisabeth. Elle mourut peu après, âgée de 60 ans. En apprenant la nouvelle, François-Joseph, qui était resté profondément amoureux d’elle, s’écria : « Rien ne m’est épargné !

Dans les nombreuses représentations de la vie d’Elisabeth dans des pièces de théâtre, des ballets, des émissions de télévision, des livres et des films (le plus célèbre étant une trilogie des années 1950, avec Romy Schneider), l’histoire est romancée ; et elle reste certainement une icône culturelle avec son visage ornant une foule de bibelots touristiques. Mais sa vie était profondément tragique, changée à jamais par l’engouement de Franz Joseph pour une fille de 15 ans au lieu de sa sœur.

Comme Elisabeth elle-même l’a écrit dans un de ses poèmes :
“Oh, si je n’avais jamais quitté le chemin
Cela m’aurait conduit à la liberté,
Oh, que sur les larges avenues
De la vanité je ne m’étais jamais écarté,
Je me suis réveillé dans un donjon
Avec des chaînes aux mains.

La vie de l’impératrice Elizabeth et ses relations avec l’empereur François-Joseph et l’archiduchesse Sophie sont explorées dans un drame en six parties L’impératriceen streaming maintenant sur Netflix.

Vous cherchez autre chose à regarder ? Découvrez notre tour d’horizon complet des meilleure télévision et film historiques disponible en streaming dès maintenant, ou le nouveau histoire télé et radio diffusé au Royaume-Uni ce mois-ci.

Plus comme ça

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici