Accueil Séries TV En politique et dans la bureaucratie, les femmes sont gravement sous-représentées

En politique et dans la bureaucratie, les femmes sont gravement sous-représentées

2
- Publicité -

L’Inde a l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde. Pour cette seule année, le FMI a prévu une croissance de 6,8 % pour l’économie indienne, contre 1,6 % pour les États-Unis. Prévue pour être la troisième plus grande économie du monde d’ici 2030, l’Inde ne devrait être derrière que les États-Unis et la Chine. Malgré sa croissance économique, la participation des femmes à l’économie, à la politique et à la société du pays n’a pas suivi le rythme.

Les élections en Inde ont connu un contraste saisissant ces derniers temps. La participation électorale des femmes a augmenté dans le pays. Sept des huit États qui se sont rendus aux urnes en 2022 ont vu une augmentation du taux de participation des femmes. Bien que cela semble prometteur, la proportion croissante d’électrices observées aux élections locales, étatiques et générales ne s’est pas traduite par une augmentation du nombre de femmes participant aux élections.

Selon les données compilées par l’Union interparlementaire (UIP), en Inde, les femmes représentent 14,44 % de la Lok Sabha. Un coup d’œil aux données du dernier rapport disponible de la Commission électorale de l’Inde (ECI) montre que les femmes représentent 10,5 % de tous les députés en octobre 2021. Pour toutes les assemblées d’État, la représentation des femmes députées est à un niveau moyenne de 9 pour cent. Le classement de l’Inde à cet égard a chuté au cours des dernières années. Il est actuellement derrière le Pakistan, le Bangladesh et le Népal. Les données de mai 2022 ont montré que la représentation des femmes au Pakistan était de 20 %, au Bangladesh de 21 % et au Népal de 34 %. Depuis l’indépendance, la représentation des femmes à Lok Sabha n’a même pas augmenté de 10 %.
La représentation des femmes indiennes dans la bureaucratie fait également défaut. La participation des femmes est suffisamment faible pour plusieurs emplois de services publics au Centre et aux États pour faciliter les candidatures gratuites pour les femmes candidates. Malgré cela, selon les données des services administratifs indiens (IAS) et le recensement de l’emploi du gouvernement central de 2011, moins de 11 % de l’ensemble de ses employés étaient des femmes. En 2020, cela a atteint 13 %. En effet, sur un total de 11 569 agents de l’IAS entrés en service entre 1951 et 2020, seuls 1 527 étaient des femmes. En outre, seuls 14 % des secrétaires de l’IAS étaient des femmes en 2022, soit 13 postes sur 92. Il n’y a que trois femmes secrétaires en chef dans les États indiens et les territoires de l’Union.

L’Inde n’a jamais eu de femme secrétaire de cabinet. Il n’y a pas eu non plus de femmes secrétaires à l’intérieur, aux finances, à la défense et au personnel. Selon les dernières données officielles de la Commission des services publics de l’Union (UPSC), en 2019, près de 3 67 086 femmes ont postulé à l’examen UPSC ; 1 77 611 femmes se sont présentées à l’examen et 1 534 femmes se sont qualifiées; 7 68 175 candidats masculins ont postulé en même temps, dont 3 90 671 se sont présentés à l’examen et 10 311 se sont qualifiés.

Ces chiffres montrent un contraste stupéfiant dans la participation des hommes et des femmes. De plus, les candidates sont plus susceptibles que les hommes de demander une retraite volontaire. Les obstacles structurels à l’autonomisation des femmes, en général, sont les principaux problèmes qui les empêchent de faire partie des services. Les conditions de service impliquant des affectations dans des cadres éloignés, le conditionnement patriarcal et la conciliation des obligations familiales avec les exigences de ce travail sont quelques-uns des facteurs sociaux qui poussent les femmes à se retirer de la fonction publique. En outre, il existe une perception générale selon laquelle les femmes devraient être préférées pour les ministères « doux » comme le bien-être social, la culture, le développement de la femme et de l’enfant.

Un rapide coup d’œil aux autres secteurs montre que la situation n’est pas meilleure. Seuls 20,37 % des propriétaires de MPME sont des femmes, 10 % des start-up sont fondées par des femmes et 23,3 % des femmes font partie de la population active. De plus, la mesure de la main-d’œuvre féminine est difficile. La plupart des statistiques disponibles sur le taux de travail des femmes en Inde n’intègrent pas le travail non rémunéré des femmes. Les femmes elles-mêmes ne se rendent pas compte que leur travail devrait être classé comme travail. C’est ici que la question de l’alphabétisation des femmes – à la fois financière et académique – entre en scène.

Jaffrelot est chercheur principal au CERI-Sciences Po/CNRS, Paris, et professeur de politique et de sociologie indiennes au King’s India Institute, Londres. Chauhan est producteur associé chez WION news

Rate this post
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici