- Publicité -

Elisabeth Von Wittelsbach, de la série allemande Netflix “The Empress”, était une femme compliquée. Contrairement aux femmes de son âge qui s’adonnent à la broderie et à l’apprentissage des étiquettes, Elisabeth préfère l’équitation, la poésie et le dessin. Elle aimait sa liberté plus que tout au monde, et elle n’était pas prête à être attachée. Sa mère, Ludovika, voulait épouser Elisabeth, croyant que cela apporterait un changement dans sa personnalité enfantine. Mais Elisabeth a toujours réussi à s’éloigner de telles situations. Elle voulait être mariée à un homme qu’elle aimait, et elle voulait attendre pour tomber amoureuse. Le père d’Elisabeth, le duc Maximilien Joseph, l’a influencée dans une certaine mesure. C’était un homme libre d’esprit qui vivait loin du style de vie royal.

Quand Elisabeth a rencontré l’empereur François-Joseph, il est immédiatement tombé amoureux d’elle. Dans la série, il l’a rencontrée alors qu’elle était dans le jardin, libérant un oiseau piégé dans le château. Le fait que l’Empereur appréciait son excentricité était la raison pour laquelle elle commença à l’adorer. Mais c’était une décision difficile à prendre, étant donné qu’il était censé épouser Hélène. Elle a essayé de s’empêcher de se rapprocher de l’Empereur, mais elle ne pouvait pas se priver de l’amour que Franz déversait sur elle. Elle avait attendu de trouver l’amour, et maintenant qu’il était devant elle et l’aimait pour ce qu’elle était, Elisabeth a choisi de suivre son cœur. Le seul problème était que l’amour seul ne pouvait pas supporter tout ce qu’ils allaient vivre en couple. La série met en scène la romance entre Elisabeth et Franz. Il était sûrement emporté par sa beauté, mais elle n’était pas forcément enthousiasmée par la perspective du mariage. Dans la série, la famille d’Elisabeth a déclaré que l’Empereur avait fait une terrible erreur en choisissant Elisabeth au lieu d’Hélène. Elisabeth n’a jamais pu accepter ces remarques des membres de sa famille. Elle voulait leur soutien, mais au lieu de cela, ils lui ont rappelé ses lacunes. Son père l’a avertie que tant qu’elle serait l’impératrice, elle ne pourrait jamais être vraiment heureuse.

Elisabeth n’a jamais hésité à s’exprimer. Elle ne pouvait accepter aveuglément les rituels et protestait lorsqu’ils mettaient en cause sa dignité. Lorsque le père de l’église et le médecin ont tenté de vérifier sa pureté, elle a donné un coup de pied au médecin au visage. Elle ne pouvait pas accepter l’humiliation, mais elle a coopéré quand ils ont mentionné que sans prouver sa chasteté, elle ne pouvait pas se marier. De la série, nous avons l’impression que pour Elisabeth, épouser l’empereur était un moyen de prouver que sa famille avait tort. Elle voulait peut-être prouver qu’elle n’était pas une enfant et qu’elle pouvait assumer des responsabilités s’il le fallait. Selon l’histoire enregistrée, on dit qu’Elisabeth s’était ouvertement rebellée lorsque Sophie lui avait interdit de prendre des décisions pour son propre fils.

- Publicité -

La belle-mère d’Elisabeth, l’archiduchesse Sophie, ne lui a pas facilité la vie après le mariage. Dans «L’impératrice», Sophie n’a pas rejeté initialement Elisabeth, mais lorsqu’elle a remarqué le changement de comportement de son fils après le mariage, elle s’est forgé une opinion bien arrêtée d’elle. Historiquement, Sophie était une femme de fer, comme le montre la série. C’est elle qui a demandé à son mari de se retirer et de permettre à son fils aîné, Franz, de prendre le trône. Elle savait que son mari, l’archiduc Franz Karl, ne serait pas en mesure de dicter aussi fortement que son fils. Sophie était souvent le décideur de l’empire. Sophie n’a jamais documenté qu’elle méprisait sa belle-fille, mais selon la rumeur et les connaissances disponibles, on pense qu’elle n’a jamais approuvé Elisabeth. Elle aurait été impliquée dans la diffusion de rumeurs venimeuses sur Elisabeth pour prouver son incapacité à être impératrice. Sophie a gardé Elisabeth loin de ses enfants car elle croyait qu’Elisabeth était une mère inapte. Par conséquent, après être devenue impératrice, elle n’avait personne à qui confier sa misère. La vie d’Elisabeth à Habsbourg était limitante pour son esprit. Rouler et courir sans se soucier du monde lui manquait. Elle était fatiguée d’être la personne qu’elle était censée être et trouvait souvent du réconfort à minuit quand le monde dormait, et elle pouvait sortir sur la pointe des pieds, grimper à un arbre et allumer une cigarette. Même si elle appartenait à une famille royale, elle en était repoussée et exprimait un intérêt à vivre avec les roturiers.

La série ne montrait pas encore l’obsession d’Elisabeth pour la beauté. C’est peut-être parce qu’elle n’avait pratiquement aucun contrôle sur sa vie qu’elle a choisi de prendre le contrôle de son corps. Elisabeth prenait un soin extrême de ses cheveux; ses longues mèches brunes foncées faisaient l’objet d’admiration. Les jours où elle devait se laver les cheveux avec des œufs et du cognac, elle se débarrassait de tous les engagements et devoirs. Elle souffrait même de maux de tête constants à cause de ses longs cheveux épais. En plus de prendre soin de ses cheveux, elle était également obsédée par son poids corporel. Elle a fait construire des gymnases pour répondre à ses besoins. Les récits indiquent qu’elle aurait pu souffrir d’un trouble de l’alimentation et qu’elle a parfois été vue en train de manger en toute discrétion. Même si l’empereur Franz voulait un autre fils, Elisabeth a été jugée physiquement inapte à une autre grossesse. Au fil des ans, Elisabeth et Franz se sont éloignés l’un de l’autre. Elle voyageait principalement pendant qu’il était occupé à s’occuper de l’empire. Les voyages la rendaient heureuse, car elle craignait d’être piégée dans un endroit. Elle a développé un intérêt pour l’histoire, la philosophie et la littérature. Elle a même tenté d’écrire de la poésie sous le pseudonyme de Titania.

La mélancolie d’Elisabeth s’est aggravée après avoir perdu son fils, Rudolf, dans un meurtre-suicide. La corvée de la vie de cour, un mariage sans vie, la mort de sa petite fille et la mort de son fils ont tous conduit à la souffrance mentale d’Elisabeth. Ce n’est que dans ses études et ses voyages qu’elle a trouvé un répit. Elisabeth a été assassinée par un anarchiste italien. Elle a été poignardée avec une lime à aiguille par un homme du nom de Lucheni.

“L’impératrice” dramatise certains aspects pour l’effet, mais nous avons une idée de l’intelligence d’Elisabeth. Même si elle rayonnait d’idées, elle se rappelait toujours sa place en tant que femme. Elle n’était pas considérée comme significative à moins qu’elle ne puisse donner naissance à un fils. La pression d’être l’impératrice idéale, d’exercer ses fonctions et de ne pas exprimer son opinion a ajouté à la misère d’Elisabeth. Elle ne pouvait pas simplement être une épouse; elle était une voyageuse, une poétesse et une lectrice avide. À sa manière, elle a défié les attentes de la société et a essayé de vivre sa vie à sa manière.


En savoir plus : La fin de “L’impératrice”, expliquée : comment Elisabeth a-t-elle gagné la confiance des roturiers ? Y aura-t-il une saison 2 ?


Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici