- Publicité -

Même s’il est magnifiquement joué, il y a la question lancinante de savoir si nous avions besoin d’un autre spectacle sur Jeffrey Dahmer, le tueur en série cannibale qui a tué 17 jeunes hommes entre 1978 et 1991. On se souvient de Jordan Peele. Nonqui interroge aussi notre rapport au spectacle et notre besoin de le regarder et de s’en éloigner.

Dahmer — Monstre : L’histoire de Jeffrey Dahmer

Saison: 1

Épisodes: dix

- Publicité -

Durée: 45–63 minutes

Créateurs: Ryan Murphy, Ian Brennan

Moulage: Evan Peters, Richard Jenkins, Molly Ringwald, Michael Learned, Niecy Nash

Scénario: Suit l’histoire de Jeffrey Dahmer, le tueur en série notoire et cannibale qui a tué 17 jeunes hommes entre 1978 et 1991

Dahmer – Monstre : L’histoire de Jeffrey Dahmer est aussi maladroit que son titre – pourquoi y a-t-il deux Dahmers dedans ? À moins que ce ne soit pour signifier qu’il y a deux personnes – l’un est le jeune homme poli et bien parlé qui vit avec sa grand-mère, et l’autre est celui qui s’attaque aux jeunes hommes, les drogue, les tue, les démembre et les mange, sans les accompagnement de fèves et d’un bon chianti. Incidemment, Le silence des agneaux mettant en vedette Sir Anthony Hopkins dans le rôle d’Hannibal le cannibale est sorti en 1991, l’année où Dahmer a été arrêté.

La série en édition limitée de Ryan Murphy qui aime Hollywood, qu’il a co-créé avec Ian Brennan, n’est pas particulièrement limité. Plus de 10 heures, il prétend raconter l’histoire de Dahmer, du point de vue des victimes, mais cela ressemble à une autre tentative de s’attarder sur toutes les perversions horribles de Dahmer.

En commençant par la fin, Dahmer commence en 1991, avec Tracy Edwards (Shaun J. Brown) courant dans une rue. Il signale une voiture de police et parle d’un homme qui allait le tuer. La police vient à l’appartement de Dahmer (Evan Peters) pour trouver le petit magasin d’horreurs et plus encore.

Le spectacle va et vient à partir de là, remontant à l’enfance de Dahmer et à ses problèmes d’abandon avec sa mère Joyce (Penelope Ann Miller), sa dépression et sa prise de pilules et les longues absences de son père Lionel (Richard Jenkins) à la maison.

La forte consommation d’alcool de Dahmer le fait échouer à l’université et se fait renvoyer de l’armée. Lionel, un chercheur chimiste, voyant l’intérêt de Jeffrey sur l’effet de l’eau de Javel sur les tissus et les os comme une curiosité scientifique, lui apprend à préserver les os. Les voyages de Jeffrey et Lionel pour collecter et disséquer les victimes de la route (ewww… pas de dîners télévisés avec celui-ci) sont entrecoupés de l’utilisation qu’il a faite de sa formation – d’abord dans la cave à fruits de sa grand-mère et plus tard dans son appartement.

Incidemment, la cave à fruits fait référence à cet autre tueur en série qui ne ferait même pas de mal à une mouche, Norman Bates. Il est également fait mention d’Ed Gein, l’inspirateur du roman de Robert Bloch de 1959, Psychodont Alfred Hitchcock a fait ce beau petit film en noir et blanc en 1960.

L’épisode le plus fort de cette série plutôt banale est le sixième, “Silenced”, qui est raconté du point de vue de Tony Hughes (Rodney Burford). Bien que, comme le disent ses amis, en tant qu’homme noir sourd, gay, Tony ait trois coups contre lui, il ne laisse pas le monde l’abattre. Il est optimiste, recherche l’amour plutôt qu’une liaison et aspire à devenir mannequin. Le son entrant et sortant nous aide à voir et à entendre le monde depuis l’objectif de Tony.

La série suit les conséquences de l’arrestation de Dahmer, le procès, l’explosion de Rita Isbell (l’un des membres de la famille de la victime a joué DaShawn Barnes), la publicité, l’incarcération de Dahmer, le courrier des fans et sa mort en prison. L’effet sur les familles de la victime est évoqué superficiellement, tout comme le racisme qui a laissé Dahmer s’attaquer aux personnes de couleur.

Quand l’une des victimes qui s’est échappée, Ron (Dyllón Burnside) demande à la police, “vous allez prendre la parole d’un homme blanc avec un casier judiciaire plutôt que celle d’un homme noir sans casier judiciaire?” il est laissé suspendu dans l’air.

Plus tragique encore est le sort de la famille laotienne, dont le fils de 13 ans a été attaqué par Dahmer en septembre 1988. Plus tard, en mai 1991, il attaque le fils cadet, Konerak, (Kieran Tamondong). Horriblement, lorsque Konerak s’échappe, la police l’escorte jusqu’à l’appartement de Dahmer après que Dahmer les ait convaincus qu’ils étaient amants. Dahmer tue alors le jeune de 14 ans. Au tribunal, quand le père de Konerak dit « Nous croyions au rêve américain mais vivons dans un cauchemar », il n’y a plus de solution ni de voie à suivre.

Le jeu des acteurs est excellent, tout comme la recréation d’une époque antérieure jusque dans les publicités (Head &Shoulders entre autres) et la musique, Joel Adams’ S’il vous plaît ne partez pas est utilisé pour effet de refroidissement. Molly Ringwald dans le rôle de Shari, la belle-mère incroyablement compréhensive de Jeffrey, Michael Learned dans le rôle de Catherine, sa grand-mère qui souffre depuis longtemps, et Niecy Nash dans le rôle de Glenda Cleveland, la voisine persistante et courageuse de Dahmer, fournissent d’excellentes études de caractère.

Peters le tue (pardonnez le jeu de mots) en tant que Dahmer, créant un portrait sympathique d’un meurtrier de masse et d’un nécrophile. Jenkins dans le rôle de Lionel, le père de Jeffrey, nous fait voir sa lutte pour comprendre le monstre qu’est devenu son enfant doux, timide et curieux.

Le célèbre avertissement de Nietzsche de ne pas regarder dans l’abîme, car “l’abîme vous regarde aussi”, doit être pris en compte malgré le fait que Dahmer soit présenté comme un Hamlet (il a même un moment Yorrick avec l’un des crânes de sa victime).

Dahmer Monster: The Jeffrey Dahmer Story est actuellement diffusé sur Netflix

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici