- Publicité -



CNN

Le producteur Ryan Murphy a créé trois séries en environ un mois, donc un certain chevauchement est peut-être compréhensible. Même ainsi, la nouvelle saison de sa franchise FX de longue date, celle-ci surnommée “American Horror Story: NYC”, ressemble à un compagnon dans ses thèmes centraux pour “Monstre: L’histoire de Jeffrey Dahmer,” qui a été créée le mois dernier sur Netflix.

Un élément clé de la mini-série Dahmer, basée sur le tueur en série réel qui s’attaquait aux homosexuels dans les années 1980 et en particulier aux personnes de couleur, était la mesure dans laquelle l’homophobie contribuait à une indifférence qui l’aidait à éviter des conséquences juridiques, avant son arrestation. en 1991.

- Publicité -

Le dernier “American Horror Story” se déroule dans un endroit différent, mais une période qui se chevauche, commençant en 1981 – juste au début de l’épidémie de sida, et avant que la maladie n’ait acquis ce nom – et se concentrant sur un tueur en série assassinant des homosexuels à New York.

Le mystérieux tueur reste non identifié au cours des deux premiers épisodes, mais les soupçons entourent une figure vêtue de cuir connue uniquement sous le nom de Big Daddy. Le problème clé tout au long des deux heures d’ouverture, cependant, concerne les responsables de la ville et le service de police qui ont peu d’intérêt à résoudre les crimes, car même le tueur invisible dit à un journaliste (Joe Mantello) qu’il kidnappe. Avant de le laisser partir, le tueur dit du NYPD : « Ils ne feront rien. Ils ne veulent pas.

La question des vies LGBTQ considérées comme sacrifiables par les fonctionnaires au cours de ces années est évidemment parallèle à la crise du sida, qui fait partie de l’histoire. Ceci étant “American Horror Story”, cependant, l’accent est mis sur le meurtre en série, laissant tomber des indices et des indices sur qui pourrait finalement être responsable.

Les épisodes transmettent également le bilan de ceux qui vivent dans le placard à cette époque, en se concentrant spécifiquement sur un détective new-yorkais (Russell Tovey) qui subit des insultes homosexuelles occasionnelles de la part de ses collègues et de son patron inconscients.

“American Horror Story” n’a guère été connu pour sa retenue, ce qui a rendu notable le manque relatif d’excès sanglant dans ces épisodes, mettant moins l’accent sur l’horreur que sur l’aspect tueur en série. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas d’images macabres, seulement que la menace initiale ne semble pas enracinée dans le surnaturel, les extraterrestres ou certaines des autres rides extravagantes observées au cours des 10 saisons précédentes.

Il convient de noter que la série limitée Dahmer a été un grand succès, selon les données de Netflixmais a également déclenché de nouvelles discussions sur le genre du vrai crime, et la mesure dans laquelle il romantise potentiellement ses sujets avec des acteurs attrayants comme Evan Peters ou Zac Efron les décrivant. L’autre nouvelle émission Netflix sur le vrai crime de Murphy, « L’Observateur », première le 13 octobre.

FX diffusera des épisodes consécutifs “American Horror Story” au cours des quatre prochaines semaines (avec une disponibilité ultérieure sur Hulu), date à laquelle l’identité du monstre devrait être révélée. Pour le meilleur ou pour le pire, cependant, la ressemblance avec l’autre “monstre” de Murphy est déjà assez claire.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici