Comme la plupart des choses de nos jours, le harcèlement criminel peut se produire en ligne – et c’est ce qu’on appelle le « cyber-harcèlement ». Les individus louches peuvent tirer parti des médias sociaux, des applications de messagerie et même des e-mails pour harceler leurs victimes à tout moment de la journée.

La grande quantité d’informations personnelles que nous partageons en ligne rend la tâche d’un cyber-harceleur beaucoup plus facile. Armé de ces détails, le harceleur peut se lancer dans une campagne de menaces et de diffamation qui laisse la victime se sentir incroyablement effrayée et exposée – et ses amis et sa famille peuvent être impliqués – ou même se cibler.

Le cyberharcèlement ne se limite pas à surveiller de près le compte Facebook de quelqu’un. Il s’agit souvent de menaces, de calomnies et de calomnies, voire de demandes non sollicitées à caractère sexuel. Certains cyberharceleurs ont même recours au vol d’identité pour embarrasser davantage et nuire à leurs cibles.

Ces cyber-harceleurs travaillent dur pour préserver leur anonymat, ce qui les rend diaboliquement difficiles à déraciner et à signaler. Certains utilisent Tor pour cacher leurs adresses IP ou remailers pour couvrir leurs traces et créer plusieurs comptes de réseaux sociaux pour contourner les blocages et les interdictions.

Mais que dit la loi ?

Il est souvent incroyablement difficile pour les forces de l’ordre d’attribuer des crimes à un cyberharceleur. Internet regorge d’histoires déchirantes sur des victimes qui ont subi un harcèlement en ligne grave et se sont tournées vers la police… seulement pour se faire dire qu’elles ne pouvaient rien faire. Ils laissent souvent les victimes impuissantes – mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’espoir – et la bonne nouvelle est que les temps changent.

Bien qu’il s’agisse d’un phénomène relativement récent, le cyberharcèlement est désormais pris en compte dans la législation du monde entier. Aux États-Unis, il est classé comme une infraction pénale en vertu des lois de l’État contre le harcèlement, la calomnie et le harcèlement. De même, le cyberharcèlement est criminalisé en vertu de la loi sur la protection contre le harcèlement au Royaume-Uni !

Pourquoi les gens ont-ils recours au cyberharcèlement ?

C’est une question complexe avec de nombreuses réponses, car il existe des dizaines de raisons qui peuvent pousser quelqu’un à faire du cyberharcèlement. Cela varie inévitablement au cas par cas, mais les ex-amants rejetés peuvent agir par vengeance, la dépression peut avoir des conséquences néfastes sur un individu et un engouement extrême peut influencer une personne. Voici quelques-unes des raisons les plus courantes du cyberharcèlement :

  • Obsession
  • Désir, qu’il soit romantique ou sexuel
  • Un ex-amant en quête de réconciliation ou de vengeance
  • Attachement perçu
  • Envie et ressentiment d’un individu
  • Ressentiment à motivation raciale ou intolérance à l’égard de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre d’une personne
  • Un désir d’effrayer ou d’embarrasser l’individu avec des menaces
  • Problèmes de santé mentale graves

Modes de cyberharcèlement

L’un des avantages d’Internet est que nous avons de nombreuses façons de rester connecté – il y a les e-mails, les réseaux sociaux et les messageries instantanées, pour n’en nommer que quelques-uns. Malheureusement, un cyber-harceleur peut également utiliser ces canaux à son avantage.

Nous passons beaucoup de temps en ligne et nous passons une grande partie à communiquer sous une forme ou une autre, ce qui fait du cyberharcèlement un crime particulièrement effrayant et invasif. Les victimes déclarent souvent se sentir exposées, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et dangereux dans leur propre maison.

Ci-dessous, nous avons rassemblé cinq des méthodes les plus fréquentes de cyberharcèlement.

E-mail

Le courrier électronique est l’alternative numérique à l’envoi de lettres – une méthode de harcèlement plus traditionnelle et physique. Les messages haineux et les menaces peuvent être facilement composés par un cyber-harceleur et envoyés via un compte graveur ou un remailer, et ces escrocs ont tendance à utiliser le courrier électronique comme mode auxiliaire de harcèlement.

Certaines victimes endurent un torrent d’e-mails ciblés, adaptés à elles et parsemés de menaces. Cependant, même les e-mails non menaçants peuvent être considérés comme du harcèlement ; le courrier indésirable contenant des blagues, des liens et des images de nature discriminatoire peut être tout aussi désagréable à recevoir.

Il est également possible pour les cyber-harceleurs d’envoyer des logiciels malveillants à leurs victimes et de faire des ravages sur leur PC ou leur mobile. Le malware peut installer des logiciels espions, facilitant encore plus la campagne de surveillance et de collecte de données du harceleur. Alternativement, les cyber-harceleurs peuvent inonder la boîte de réception de leur victime de courrier indésirable, noyant les messages légitimes et même faisant planter leur client de messagerie. rendez-vous sur notre blog sur les conseils de sécurité des e-mails pour voir ce que vous pouvez faire pour empêcher les gens de vous cibler par e-mail.

Des médias sociaux

Des sites comme Facebook, Twitter et Instagram sont une ligne directe vers les individus derrière le compte – un fait dont les cyber-harceleurs sont parfaitement conscients. Ils peuvent bombarder les victimes de commentaires, de demandes d’amis, de tags et activer les notifications pour rester au courant de chaque nouvelle publication ou photo. Bien sûr, les cyber-harceleurs peuvent également abuser de la nature publique des médias sociaux pour faire des commentaires diffamatoires sur un individu à leur insu !

Il est toutefois important de faire la distinction entre les commentaires négatifs et les cas de cyberharcèlement. Une triste réalité des médias sociaux est que les trolls et les grincheux sont partout et peuvent faire tout leur possible pour vous laisser un commentaire désagréable, mais cela franchit rarement la limite du cyberharcèlement. Si ces interactions prennent un ton menaçant, se produisent plusieurs fois par jour ou proviennent de nombreux comptes, alors c’est une autre histoire.

Un autre aspect effrayant du harcèlement sur les réseaux sociaux est la facilité avec laquelle un harceleur peut recueillir des informations sur sa victime. Ils peuvent parcourir les publications de parents et d’amis pour en savoir plus sur une personne, utiliser les métadonnées contenues dans les images pour déterminer leur emplacement et garder un œil sur les voyages ou les rencontres que la victime partage en ligne. Cependant, il est possible de supprimer les métadonnées des photos.

Textes et messages instantanés

Un cyberharceleur qui connaît le numéro de téléphone ou les détails de la messagerie instantanée de sa victime peut envoyer des dizaines, voire des centaines, de messages par jour. Désormais, il est également possible d’envoyer des clips vocaux, des messages vocaux, des images et des liens. Qu’ils veuillent menacer leur victime ou exiger leur attention, le texto est souvent le moyen le plus direct pour le faire.

Il convient également de rappeler que ces textes n’ont pas besoin d’être implicitement violents ou menaçants pour être considérés comme du cyberharcèlement. Si quelqu’un vous envoie des SMS plusieurs fois par jour, cela peut toujours sembler envahissant et bouleversant, en particulier si le contenu des messages est discriminatoire ou contient des avances ou des demandes non sollicitées.

Imitation

L’usurpation d’identité a tendance à être plus impliquée que d’autres méthodes de cyberharcèlement et exige que le harceleur coopte les détails de sa victime en ligne afin de la diffamer, de l’intimider ou de la menacer.

En utilisant la personnalité de sa victime, le cyber-harceleur peut utiliser les médias sociaux pour rédiger des messages embarrassants qui pourraient nuire à la réputation de l’individu au travail ou parmi ses amis. Ils peuvent acheter des articles explicites et les faire expédier à leur domicile ou sur leur lieu de travail, mettre en vente des articles ou adresser des menaces à d’autres membres du cercle social de la victime. Certains cyberharceleurs utilisent également l’usurpation d’identité pour partager des photos ou des vidéos de la victime sans son consentement exprès.

Cette méthode de cyberharcèlement nuit énormément au sentiment de sécurité de la victime. Il est difficile de se sentir en contrôle de la situation lorsqu’un escroc utilise votre identité d’une manière aussi perverse – cependant, l’usurpation d’identité peut être poursuivie par le droit pénal si elle nuit gravement à la réputation de la victime !

Pêche au chat

La pêche au chat est une arnaque classique sur Internet et implique généralement un escroc qui assume une fausse identité pour nouer une relation avec quelqu’un en ligne pour un gain monétaire. Certains cyber-harceleurs se tournent également vers la pêche au chat pour harceler leurs victimes.

Certains peuvent être moins intéressés par l’argent et plus intéressés par l’information, et développer des relations étroites avec leurs victimes afin d’apprendre leurs détails personnels. Ensuite, le cyberharceleur peut divulguer ces informations pour embarrasser l’individu, nuire à sa réputation ou faciliter une campagne de vengeance.

Alternativement, si un cyber-harceleur a déjà été surpris par sa victime et bloqué sur les réseaux sociaux, il peut créer une nouvelle fausse identité. Ils pourraient tenter de se rapprocher à nouveau de leur victime pour raviver leur harcèlement, ou les suivre en silence, en gardant un œil sur leurs comptes et leurs activités.

Leave a Reply