Des médias sociaux Libre

Sites d’actualités Bloqué

Depuis 2011, la Syrie est déchirée par la guerre civile. Cela a été sauvagement combattu sur de nombreux fronts par divers groupes fortement armés. Presque toutes les puissances régionales ont réussi à s’impliquer d’un côté ou de l’autre, tout comme la Russie et les États-Unis.

En décembre 2018, le conflit avait fait plus de 500 000 morts ou disparus, et un autre million de blessés. Douze millions de personnes, soit plus de la moitié de la population syrienne, ont été déplacées depuis 2012.

Début avril 2019, les hostilités semblent s’être stabilisées après la défaite du califat brutal de l’État islamique. La violence en cours autour d’autres bastions rebelles ne montre aucun signe de fin, mais le gouvernement syrien soutenu par la Russie sous le président Bashar al-Assad a maintenant repris le contrôle de la majorité du territoire du pays.

La guerre a laissé de nombreuses régions de Syrie sans infrastructure, bien que la diffusion de l’Internet mobile permette à quelque 32% de la population restante d’accéder à Internet. De nombreux sites Web de médias régionaux et libanais sont bloqués, mais la plus grande menace pour la liberté en ligne vient de l’intimidation et de la violence envers quiconque publie sur un large éventail de sujets sensibles.

Sans surprise, le résultat est un niveau aigu d’autocensure. Non seulement la plupart des Syriens évitent de discuter de sujets sensibles en ligne, mais rares sont ceux qui osent même accéder à des sites Web officiellement bloqués par le gouvernement syrien.

Aperçu politique

Le gouvernement Assad outre-mer l’un des régimes les plus répressifs au monde. Les violations des droits de l’homme sont courantes, l’opposition politique est illégale et la liberté d’expression est sauvagement réprimée. La corruption à tous les niveaux du gouvernement est endémique, les disparitions et les faux procès militaires, une occurrence quotidienne, et le recours à la torture de routine.

La vie dans les zones contrôlées par les rebelles est encore pire. Il s’agit de zones de guerre opérant dans des conditions de siège et auxquelles l’accès à l’aide humanitaire est systématiquement refusé. Discuter de la confidentialité et de la liberté sur Internet dans de telles conditions est probablement aussi dénué de sens qu’impossible.

Nous nous limiterons donc dans cet article à discuter de la situation dans les zones sous contrôle gouvernemental.

Le président Assad a été élu pour un troisième mandat en 2014 avec 88,7% des voix. En avril 2016, aux élections du Conseil populaire de 250 sièges, le parti Ba u2019ath, qui dirige la Syrie depuis les années 1960, a remporté 200 sièges. Les autres ont été remportés par des indépendants nominaux, dont beaucoup (sinon la plupart) sont en réalité fidèles au gouvernement. Presque aucun observateur international ne considère que l’un de ces résultats électoraux est légitime.

Les femmes ont en principe des droits politiques égaux, elles détiennent 13 pour cent des sièges à la législature et occupent des postes importants au gouvernement. Ces chiffres ne reflètent pas l’expérience plus courante des femmes en Syrie, mais la forte répression étatique et l’existence de nombreux groupes armés hostiles signifient que peu d’hommes jouissent non plus d’une grande autonomie politique.

Selon la loi, les relations LGBT sont considérées comme passibles de trois ans de prison.

Surveillance gouvernementale

le Le rapport Freedom on the Net 2018 indique que la Syrie reste l’un des endroits les plus dangereux au monde pour utiliser Internet. Il note également que la surveillance est endémique sur les FAI nationaux, qui sont étroitement alignés sur les forces de sécurité gouvernementales.

Les propriétaires de sites Web et autres plateformes en ligne sont tenus de consigner toutes les informations sur les visiteurs, qui sont transmises au gouvernement. Si le non-respect de cette règle est jugé délibéré, les propriétaires peuvent faire face à de lourdes amendes et jusqu’à trois ans de prison.

Les attaques de logiciels malveillants contre les militants (nationaux et étrangers) sont courantes et l’utilisation des cybercafés est étroitement surveillée.

L’inscription est nécessaire pour acheter un téléphone ou une carte SIM, mais certains Syriens ont trouvé des moyens d’atteindre un certain degré d’anonymat sur Internet. Dans les zones proches des frontières syriennes, il est souvent possible de se connecter aux réseaux mobiles exploités par des FAI turcs ou libanais.

Il y a également eu une augmentation du nombre de personnes utilisant des téléphones et des cartes SIM enregistrés auprès d’amis et de parents décédés afin de cacher leur véritable identité en ligne.

La censure

Au 30 août 2018, plus de 90000 personnes ont disparu de force en Syrie. La plupart d’entre eux aux mains du gouvernement syrien. Des centaines de blogueurs et de journalistes citoyens ont été arrêtés pour des contenus publiés en ligne, les coups, la torture et même la mort une fois en détention par l’État étant monnaie courante. Il existe également des cas confirmés d’activités numériques officiellement exécutées par le régime.

Une fois (si!) Libérés de leur détention, les activistes et les blogueurs sont souvent contraints de fournir des mots de passe pour tous leurs comptes en ligne. L’autocensure par pure peur pour leur vie est donc sans aucun doute le principal mécanisme limitant ce que les gens disent ou font en ligne (ou, en fait, dans la vraie vie).

Le gouvernement syrien effectue néanmoins une vaste censure technique du contenu Internet. Presque tous les sites Web qui critiquent les politiques culturelles, sociales ou économiques du régime, ou les hauts dirigeants du parti, ou qui tentent de dénoncer la corruption officielle sont bloqués.

Bien que bloqué pendant de nombreuses années avant la guerre, Facebook est disponible en Syrie depuis 2011. YouTube, Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux sont également disponibles et très populaires.

Les outils anti-censure tels que les VPN sont bloqués, le gouvernement syrien déployant des techniques d’inspection approfondie des paquets capables de détecter l’utilisation des protocoles VPN OpenVPN et IPSec. Pour cette raison, nous faisons ne recommande pas leur utilisation dans le pays pour le moment.

Nous n’avons vu que très peu ou pas de rapports indiquant que le gouvernement syrien a tenté de réduire la violation du droit d’auteur dans le pays, et à l’heure actuelle, il est peu probable que les titulaires de droits d’auteur prennent des mesures contre les contrevenants syriens.

Les connexions haut débit restent assez rares et les prix des données mobiles sont élevés, ce qui peut limiter l’appétit pour le contenu piraté. Malgré cela, YouTube est l’un des trois sites Web les plus visités du pays, il y a donc clairement une volonté de regarder des divertissements en streaming. Nous pensons que le piratage des droits d’auteur n’est pas rare, du moins dans les régions les plus stables.

Leave a Reply