Des médias sociaux Bloqué

Sites d’actualités Libre

Grâce à la croissance rapide de l’Internet mobile, 53,2% des Bangladais ont désormais au moins un certain accès à Internet. Bien que les preuves manquent, il est raisonnable de supposer que cela est fortement concentré dans les zones urbaines, qui sont de plus en plus en mesure d’accéder aux connexions 4G.

Malgré la baisse des prix, le coût élevé d’une connexion Internet par rapport au salaire moyen au Bangladesh reste une source constante de plaintes. Cela dément le fait, cependant, que même dès 2015, l’Alliance pour un Internet abordable signalait que 80% des Bangladais pouvaient se permettre un forfait de données mobiles de 500 Mo, ce qui est un pourcentage très élevé pour un pays en développement. Et au cours des quatre années qui ont suivi, cette situation s’est sans doute améliorée.

Le résultat est une communauté en ligne très active, mais qui pratique un haut niveau d’autocensure suite à une histoire d’attaques violentes contre des blogueurs et des journalistes numériques indépendants.

Aperçu politique

Le Bangladesh est gouverné en utilisant un système bipartite sous un président largement cérémonial. Bien que les élections soient théoriquement démocratiques, les structures internes de chaque parti ne le sont pas. Celles-ci sont dirigées chacune par une famille héréditaire, qui a alterné au pouvoir depuis que le Bangladesh a accédé à l’indépendance en 1972.

Cet équilibre des pouvoirs a cependant été remis en question. Lors des élections de 2018, la Ligue Awami (AL) au pouvoir, dirigée par le président Abdul Hamid, a réprimé le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), opposition. Son chef (et ancien Premier ministre) Khaleda Zia a été condamné pour corruption et emprisonné alors que les informations selon lesquelles les documents de campagne de son parti étaient supprimés.

De nombreux cas de partialité de la part de la commission électorale de supervision en faveur de l’AL, ainsi que des cas répétés de menaces, d’allégations de fraude et de violence envers les candidats de l’opposition, signifient que peu d’observateurs considèrent les résultats des élections comme libres ou équitables.

Le Bangladesh est un pays nominalement laïc, bien que l’islam soit reconnu comme religion officielle. Le harcèlement par l’État des minorités religieuses, qui comprennent les hindous, les chrétiens, les bouddhistes et les musulmans chiites et ahmadiyya, est minime, mais la discrimination sociale, qui comprend la violence collective contre les lieux de culte, est courante.

Les expressions de laïcité ne sont pas illégales, mais peuvent rencontrer une forte désapprobation du public.

Bien que 50 des 350 sièges du Parlement national soient réservés aux femmes, dont certaines détiennent également un pouvoir politique considérable, la situation de la plupart des femmes au Bangladesh n’est pas aussi rose. Les femmes bénéficient de moins de droits au mariage, au divorce et à l’héritage que les hommes, 59% des filles étant mariées à l’âge de 18 ans.

Des cas de viol, d’attaques à l’acide et d’autres formes de violence (y compris la violence liée à la dot) contre les femmes se produisent presque quotidiennement, une situation non aidée par un système juridique qui rend très difficile pour les femmes d’obtenir justice. En réalité, la plupart sont découragés d’essayer même.

Des dizaines de milliers de femmes et d’enfants bangladais (et dans une moindre mesure des hommes) disparaissent chaque année, victimes du trafic d’êtres humains en plein essor dans le pays.

Le sexe gay est illégal, bien que cette loi soit rarement appliquée. La discrimination quotidienne et les attaques occasionnelles contre des personnes LGBT sont cependant la norme.

Surveillance gouvernementale

Au cours des cinq dernières années environ, le gouvernement du Bangladesh a investi massivement dans l’infrastructure de surveillance du réseau. L’initiative la plus récente a officiellement démarré en octobre 2018 et devrait s’achever en mai 2019 au coût d’environ 19 millions de dollars (US).

Surnommé la détection et la réponse aux cybermenaces, le but de ce projet est de bloquer la pornographie et de surveiller le terrorisme. Cependant, sa capacité à effectuer une analyse granulaire du trafic réseau à l’aide de l’inspection approfondie des paquets (DPI) est préoccupante. Cela inclut la capacité de détecter l’utilisation des VPN, bien que ceux-ci ne soient pas bloqués pour le moment.

En 2018, le gouvernement a ordonné aux agences de sécurité de intensifier leur surveillance des plateformes de médias sociaux, y compris une unité des forces spéciales paramilitaires accusée d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées.

Les citoyens sont tenus d’enregistrer leurs cartes SIM en utilisant à la fois des numéros d’identification nationaux et des données biométriques, et les portails d’actualités en ligne doivent subir un enregistrement obligatoire. Cependant, les blogueurs individuels ne sont pas tenus de s’inscrire.

En 2017, ils ont interdit la vente de connexions de téléphonie mobile aux réfugiés rohingyas du Myanmar voisin.

La censure

Au cours des dernières années, la Commission de réglementation des télécommunications du Bangladesh (BTRC) a bloqué de nombreux sites Web et médias critiquant le gouvernement ou les forces de sécurité. En 2016, les applications de messagerie Threema et Wickr ont été bloquées en raison de problèmes de sécurité, mais sont maintenant disponibles.

Facebook a connu des interruptions périodiques au Bangladesh et a refusé en 2017 de signer un protocole d’accord (MoU) exigeant que les utilisateurs bangladais fournissent des pièces d’identité supplémentaires, y compris des numéros d’identification nationaux.

Des journalistes sont parfois arrêtés, et au milieu des violentes manifestations d’août 2018, qui ont commencé par des appels à une meilleure sécurité routière, la BTRC a ordonné aux FAI de réduire les signaux du réseau de téléphonie mobile afin que seule la 2G soit disponible. Il semble que la raison en était d’empêcher la diffusion en direct et le partage de contenu vidéo montrant les manifestations.

La loi sur les technologies de l’information et de la communication étend les lois relatives à l’impression au contenu numérique. La pornographie, le blasphème et les jeux d’argent (sauf sur les chevaux) sont illégaux, bien que l’on ne sache pas dans quelle mesure ce contenu est bloqué en ligne.

En effet, les jeux d’argent en ligne sont si populaires que le Bangladesh Cricket Board a introduit des tribunaux mobiles pendant les matchs, déclarant que:

Les paris seront traités comme une nuisance publique. Toute personne trouvée impliquée sera condamnée et punie instantanément dans le stade.

Plus que le blocage du gouvernement, cependant, c’est la culture bangladaise de violence des justiciers qui crée une atmosphère en ligne dans laquelle la plupart des gens ont choisi de s’autocensurer. Au cours des dernières années, de nombreux blogueurs ont été attaqués et même assassinés, et beaucoup ont choisi de demander l’asile à l’étranger.

En 2019, la communauté hindoue minoritaire de Rangpur a été attaquée par une foule émeute pour de fausses allégations selon lesquelles un jeune hindou analphabète qui n’était même pas présent dans la région à l’époque, avait publié du contenu anti-islamique sur Facebook. Un manifestant a été mortellement abattu par la police et 25 personnes ont été blessées (dont sept policiers).

Cela s’est produit dans le cadre d’une tendance inquiétante pour les publications sur Facebook et d’autres plateformes de médias sociaux visant à inciter les gens à la violence contre les minorités.

Le coût relativement élevé de l’accès à Internet au Bangladesh sert sans aucun doute à limiter quelque peu le piratage du droit d’auteur en ligne. Les FAI ne font aucun effort pour l’empêcher, cependant, et nous n’avons entendu parler d’aucun cas dans lequel des citoyens bangladais se seraient heurtés à des poursuites judiciaires de la part des titulaires de droits d’auteur.

En effet, en 2017, The Software Alliance a classé le Bangladesh parmi les cinq principaux taux de piratage en dehors de l’Afrique.

Leave a Reply