Les compagnies d’assurance du monde entier s’appuient de plus en plus sur des applications pour suivre les personnes qui conduisent leur véhicule. Pour les conducteurs peu méfiants désireux de réduire leurs primes d’assurance, la souscription s’est accélérée, ce qui suscite des inquiétudes quant aux niveaux accrus de surveillance des consommateurs et à la façon dont cela pourrait affecter ces personnes à long terme.

En Nouvelle-Zélande, la compagnie d’assurance Tower vient de deployé une application appelée GoCarma. Il est conçu pour espionner les conducteurs afin de déterminer leur niveau de compétence. GoCarma fonctionne en se connectant à la voiture d’un individu via Bluetooth.

Selon l’assureur, les Néo-Zélandais sont complètement déconnectés de leur niveau personnel de conduite. Il estime que son application GoCarma peut améliorer les normes de conduite dans le pays en fournissant des informations sur la façon dont ils y retournent. Cela, affirme-t-il, entraînera une baisse des primes d’assurance.

Malheureusement, la vérité sur les raisons pour lesquelles les assureurs s’engagent dans ce type de surveillance des consommateurs – et les changements sociaux qu’elle entraînera en fin de compte – est beaucoup moins éthique que ces entreprises voudraient vous faire croire.

Suivez l’argent

Les applications de surveillance embarquées comme celle récemment lancée par Tower exploitent les smartphones pour suivre la façon dont les individus accélèrent, freinent et virent. L’application GoCarma peut dire avec quelle douceur un individu utilise les pauses ou à quelle vitesse elles accélèrent, par exemple. Ces données sont utilisées pour donner au conducteur un score qui est ensuite exploité pour prendre des décisions concernant sa police d’assurance.

Ce qu’il est important de retenir, c’est que la compagnie d’assurance a tout intérêt à faire plus de profits. Alors, pourquoi dépenser de l’argent, du temps et des efforts pour développer une application qui finira par nuire à vos résultats?

La réponse tourne autour des données accumulées et de la façon dont elles peuvent être exploitées pour gagner plus d’argent. Les compagnies d’assurance ne réduiront jamais les primes que de moins que la somme qu’elles peuvent gagner en exploitant les données; résultant en une augmentation globale des revenus pour l’entreprise.

Pour que cela se produise, les données des gens doivent avoir de la valeur. Les consommateurs devraient-ils donc être prêts à payer leurs frais d’assurance avec des données plutôt qu’avec de l’argent comptant?

Les données comme monnaie

Aux États-Unis, un brevet déposé par Allstate Corp en 2015 a révélé des plans visant à espionner les consommateurs utilisant la technologie. Selon le brevet, l’assureur était planifier de récolter d’énormes quantités de données invasives y compris la position de leur siège et à quelle hauteur ils augmentent le volume de leur radio.

Dans le brevet, la société a exprimé son intérêt pour le suivi non seulement de qui conduit une voiture – mais également du nombre de passagers dans la voiture, de l’âge de ces passagers et du nombre de passagers voyageant dans la voiture. L’entreprise a également exprimé son intérêt à savoir s’il y avait des objets ou des animaux potentiellement distrayants dans la voiture.

Il aimerait également suivre les fréquence cardiaque et tension artérielle ce qui pourrait lui permettre de déduire où, pourquoi et quand certains conducteurs deviennent anxieux et risquent davantage de faire une erreur. Ce type de collecte de données est troublant car il pourrait permettre aux assureurs de discriminer les individus simplement en raison de problèmes de santé sous-jacents, par exemple.

Considérez maintenant le fait que le brevet d’Allstate a également révélé des plans pour surveiller les niveaux d’alcool présents dans l’air d’une voiture – et il devient facile de voir comment cela pourrait créer un environnement dans lequel les conducteurs sont jugés sur bien plus que leurs capacités de conduite personnelles. Cela entraîne des préoccupations légitimes quant à la façon dont la technologie de suivi affectera les libertés civiles des personnes à l’avenir.

Les conducteurs devraient-ils subir des primes d’assurance plus élevées pour être le conducteur désigné le jour du match? Les gens devraient-ils commencer à choisir leurs amis en fonction de la façon dont cela pourrait affecter leur assurance? Ce type de surveillance constante nous rappelle le type de système de crédit social déjà déployé en Chine. Cela risque d’affecter le tissu de la société – d’une manière qui rappelle fortement un épisode de Black Mirror.

En fin de compte, l’idée que les gens pourraient avoir à modifier ce qu’ils font et à qui ils s’associent pour se payer une assurance automobile est quelque chose qui semble vraiment terrifiant, en particulier lorsque c’est de l’argent – plutôt que de la sécurité – qui dictera si les gens peuvent se permettre d’obtenir intimité.

Où pensez-vous que vous allez?

State Farm est un assureur américain qui réclame des véhicules de suivi via GPS peut aider à réduire les coûts d’assurance pour les conducteurs. Les assureurs affirment que c’est le cas car cela permet de localiser la voiture en cas de vol – ce qui facilite la récupération et donc moins cher à assurer.

Le problème avec ce type de suivi de localisation est qu’il permet également à l’assureur de créer un journal détaillé de la destination d’un véhicule et de la durée de son séjour.

Cela peut théoriquement permettre à la compagnie d’assurance vendre des données à des tiers comme les sociétés de marketing pour créer une source de revenus en fournissant des données habituelles utiles – comme la fréquence à laquelle une personne se rend dans un restaurant ou une chaîne de supermarchés avec service au volant, par exemple.

Cela devrait sonner l’alarme, car Allstate, par exemple, a déjà plans vantés de vendre ce type de données à des tiers tels que des assureurs maladie, des prêteurs, des agences de notation, des agences de marketing ou de futurs employeurs potentiels.

Pour la mère célibataire, l’étudiante ou l’individu récemment licencié, par exemple, il est facile de voir comment la lutte quotidienne de la vie pourrait les forcer à accepter cette atteinte à la vie privée. Il est également facile de voir comment cela se traduit par une discrimination fondée sur la classe.

Ceux qui peuvent se permettre de payer des primes plus élevées pour cacher leurs habitudes aux compagnies d’assurance auront la possibilité de le faire – tandis que ceux qui ont moins d’argent n’auront d’autre choix que de succomber à un suivi constant.

En conséquence, ceux qui ne peuvent pas se permettre de respecter la vie privée finiront par être manipulés plus souvent par les entreprises et les annonceurs. Et ils devront peut-être prendre des décisions difficiles sur les personnes qu’ils autorisent à entrer dans leur vie – afin de s’intégrer dans la boîte qui leur permet de bénéficier de l’assurance qu’ils peuvent se permettre.

Leave a Reply