- Publicité -


Cookies de suivi

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), l’organe de surveillance français de la protection des données, a giflé Facebook (maintenant Meta Platforms) et Google avec des amendes de 150 millions d’euros (170 millions de dollars) et 60 millions d’euros (68 millions de dollars) pour violation de l’UE règles de confidentialité en omettant de fournir aux utilisateurs une option simple pour rejeter la technologie de suivi des cookies.

« Les sites facebook.com, google.fr et youtube.com proposent un bouton permettant à l’utilisateur d’accepter immédiatement les cookies », le autorité mentionné. “Cependant, ils n’apportent pas de solution équivalente (bouton ou autre) permettant à l’internaute de refuser facilement le dépôt de ces cookies.”

Sauvegardes automatiques GitHub

Facebook a dit TechCrunch qu’il révisait la décision, tandis que Google a déclaré qu’il travaillait à changer ses pratiques en réponse aux amendes de la CNIL.

- Publicité -

Les cookies HTTP sont de petits morceaux de données créés lorsqu’un utilisateur navigue sur un site Web et placés sur l’ordinateur de l’utilisateur ou un autre appareil par le navigateur Web de l’utilisateur pour suivre l’activité en ligne sur le Web et stocker des informations sur les sessions de navigation, y compris les connexions et les détails saisis dans champs de formulaire tels que les noms et les adresses.

Plus précisément, la CNIL a critiqué la manière dont les deux plateformes nécessitent plusieurs clics pour rejeter tous les cookies, au lieu d’avoir un seul contournement pour les refuser tous, ce qui rend effectivement plus difficile de rejeter les cookies que de les accepter.

Cette motif sombre affecte la liberté de consentement, a déclaré l’agence de protection des données, ajoutant que le fait que les utilisateurs n’ont pas un meilleur choix lorsqu’il s’agit de rejeter les cookies aussi facilement qu’ils peuvent les accepter oriente leur choix en faveur du consentement.

En plus d’imposer des sanctions pécuniaires à Google et Meta, la CNIL a également ordonné aux géants de la technologie de modifier la façon dont ils présentent actuellement les choix de cookies et de fournir aux utilisateurs du pays un moyen simple de refuser les cookies dans les trois mois, sous peine de s’exposer à des amendes supplémentaires de € 100 000 par jour de retard.

Prévenir les violations de données

Bien que les amendes ne réduiront pas beaucoup les revenus de l’une ou l’autre entreprise, ce n’est pas la première fois que les autorités européennes agissent pour punir Big Tech pour avoir enfreint les réglementations de l’UE. En décembre 2020, le régulateur prélevé Google 100 millions d’euros et Amazon Europe 35 millions d’euros pour avoir placé des cookies publicitaires sur les appareils des utilisateurs sans leur consentement préalable.

Puis, en novembre 2021, l’autorité italienne de la concurrence, l’Autorità Garante della Concorrenza e del Mercato (AGCM), a infligé une amende de 10 millions d’euros à Apple et à Google pour ne pas avoir fourni d’informations claires et immédiates sur l’acquisition et l’utilisation des données des utilisateurs à des fins commerciales pendant le compte. phase de création.



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici