Publicité
Rate this post


introduction

Ces derniers temps, AMD a mené la charge de la mise en œuvre de nouvelles normes sur les cartes graphiques et les cartes mères. Le chipset X570, sorti en 2019, a inauguré une connectivité étendue et une prise en charge PCIe 4.0. Il reste la solution phare pour les cartes mères AMD grand public.

Se glisser si doucement cette année est un autre chipset de performance qui est tellement sous le radar qu’il ne figure même pas sur celui d’AMD. Catalogue AM4. Ladite solution est le X570S, qui diffère du chipset classique en utilisant un processus plus efficace qui élimine le besoin d’un ventilateur de chipset. En dehors de cela, cependant, les deux variantes du X570 sont identiques du point de vue des spécifications.

Pratique pour ceux qui ont besoin d’un système à faible bruit, mais sachez que la plupart des cartes X570 classiques disposent de BIOS qui permettent à l’utilisateur d’éteindre manuellement le ventilateur du chipset – nous l’avons déjà fait sans aucun impact sur les performances.

Cela dit, les grands du monde des cartes mères ont utilisé le X570S comme prétexte idéal pour lancer plus de modèles cet été. MSI est un bon exemple, car les quatre dernières entrées dans la gamme X570 de 13 personnes proviennent du camp « S ».

Voici le WiFi MSI MPG X570S Carbon Max à 290 £. Pas de surprises en apprenant qu’il a des similitudes avec le X570 Gaming Pro Carbon WiFi, mais le mérite est dû, MSI a changé l’esthétique et un certain nombre de fonctionnalités clés dans cette transition.

La principale de ces améliorations est une plus grande couverture du dissipateur thermique, ce manque de ventilateur de chipset et un éclairage RVB sur deux sections. Les LED sous le nom Carbon sur le radiateur du southbridge sont clairement visibles, ce qui n’est pas idéal. MSI a fait un bien meilleur travail sur l’éclairage à trois rubans au-dessus du dissipateur thermique principal du VRM car les LED sont cachées.

En parlant de dissipateurs thermiques, la suppression des deux sections M.2 révèle l’un des points forts de cette carte : la fourniture de stockage SSD. L’emplacement le plus haut s’exécute sur le processeur et offre une couverture PCIe 4.0 x4 complète, tandis que le trio inférieur émane du chipset. Tous les quatre ont des coussinets thermiques entre le dissipateur thermique et le lecteur.

La puissance de la puce Ryzen est plus que suffisante. MSI utilise sept phases qui sont effectivement doublées – donc un VRM à 7 phases lié à 14 étages de puissance (75 A) – et refroidis par certains des dissipateurs thermiques les plus volumineux/les meilleurs de l’industrie.

La nature des dissipateurs thermiques entourant le slot PCIe x16 a pour effet de rendre le retrait de la carte plus difficile qu’il ne le serait autrement, mais ce problème est courant sur des cartes similaires. Nous n’aimons pas la LED du code postal si haut à droite car elle peut être bloquée par des radiateurs montés sur le dessus dans un châssis plus petit. Et pendant que nous y sommes, MSI aurait dû renforcer les emplacements DIMM, plus pour l’esthétique qu’autre chose, car une carte de 300 £ le mérite.

Les connecteurs USB 5 Gbit/s semblent un peu trop bas sur la carte tandis que le connecteur Type-C, en dessous de l’ATX 24 broches, est limité à 10 Gbit/s, tout comme la carte en général. L’éclairage est éteint et bien fait, mais si vous ne le voulez pas, un simple interrupteur éteint facilement le tout.

Compte tenu de la présence de couvercles de dissipateur thermique, la disposition générale est assez propre car MSI regroupe les en-têtes de ventilateur et les commutateurs sur les bords de la carte. Le codec audio ALC4080 semble excellent sur le papier mais possède les mêmes références audio que le populaire ALC1220 présent sur de nombreuses cartes concurrentes.

Huit ports SATA semblent inutiles de nos jours, et sachez que jusqu’à quatre sont rendus inutilisables si vous remplissez le slot M.2_3 avec un SSD PCIe.

HDMI est pratique pour les derniers Ryzen prenant en charge les graphiques intégrés. Les ports USB Type-A rouges et les ports Type-C uniques offrent un maximum de 10 Gbit/s tandis que le quatuor bleu le réduit de moitié à 5 Gbit/s. 20 Gbit/s serait-il un peu trop loin pour une carte de cet acabit ? Nous ne le pensons pas.

En cochant plus de cases, MSI se rapproche de Realtek pour le réseau local 2.5G, qui, selon nous, est en train de devenir un incontournable pour toute carte de classe passionnée. Le Click BIOS 5 de MSI est également présent et correct.

Fournissant à la carte une partie de son nom, la connectivité sans fil est gérée par la puce Intel AX210 WiFi 6E. A côté du Bluetooth 5.2 intégré, nous n’avons aucun scrupule de performance à son inclusion.

Mis à part quelques pinailles en ce qui concerne les choix USB et l’emplacement de quelques fonctionnalités, le MSI MPG X570S Gaming Max WiFi est une offre soignée qui, comme prévu, supprime le ventilateur du chipset.

Forts de la fourniture d’énergie et en nous concentrant sur le stockage, passons maintenant aux repères.

Previous articleTest ASUS ZenBeam Latte L1
Next articleGoogle reproche aux régulateurs européens d’avoir “ignoré” Apple
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

Leave a Reply