Publicité
Rate this post


introduction

Qu’il s’agisse de jeux, de streaming ou de création de contenu, Corsair veut être au centre de votre expérience de bureau. L’entreprise s’est lentement mais sûrement aventurée dans presque toutes les catégories pertinentes, et le plus souvent avec des résultats favorables. Nous n’imaginons pas que beaucoup se plaignent d’un PC Corsair One, d’un clavier et d’une souris Corsair et d’une large gamme d’accessoires Elgato. Zut, vous pouvez même ajouter une chaise Corsair si bon vous semble.

Que manque-t-il au catalogue actuel ? Deux choses me viennent à l’esprit ; un moniteur et un ensemble de haut-parleurs. Corsair s’attaque au premier avec le lancement de son tout premier écran PC, le Xeneon 32QHD165.

Les désignations des modèles de moniteur ont tendance à prêter à confusion, mais nous devons à Corsair d’avoir choisi une séquence judicieuse de chiffres et de lettres. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un panneau de 32 pouces avec une résolution QHD de 2 560 x 1 440 et un taux de rafraîchissement de 165 Hz. Il serait logique de supposer qu’il s’agit du premier de nombreux moniteurs à être lancé sous l’égide de Xeneon, et il y a certainement de la place pour progresser car cette première sortie semble quelque peu conservatrice dans le département des spécifications.

Des panneaux QHD de 32 pouces avec des taux de rafraîchissement élevés sont disponibles depuis un certain temps, mais Corsair est d’humeur haussière et met le Xeneon au détail à un prix élevé de 700 £. C’est quelques centaines de livres de plus que les concurrents existants, ce qui représente une prime importante pour la marque Corsair. Probablement pas assez pour dissuader les fans, remarquez, et au crédit du 32QHD165, la mise en œuvre globale est soignée et bien pensée.

L’attraction commence avec un IPS Quantum Dot de 32 pouces qui est principalement destiné aux jeux. Une résolution QHD est selon nous le meilleur choix pour ceux qui souhaitent équilibrer qualité et taux de rafraîchissement élevés, et le Xeneon prend en charge AMD FreeSync dans la plage de 48 à 165 Hz. L’écran est également officiellement certifié pour le programme de compatibilité G-Sync de Nvidia, et pour les joueurs habitués aux panneaux plus petits, ne sous-estimez pas les avantages d’une mise à niveau de 32 pouces. Ceux qui migrent depuis, par exemple, un écran de 27 pouces peuvent s’attendre à une augmentation de 40 % de la taille de l’affichage.

Les jeux sont à leur meilleur lorsqu’ils sont rendus à plus de 100 images par seconde – les images fantômes deviennent apparentes lorsque les performances baissent – mais atteindre de telles fréquences d’images n’est pas trop difficile à la résolution native. Même avec une modeste Radeon RX 6700 XT, Forza Horizon 4 s’est comparé à 149 images par seconde avec le préréglage de qualité ultra. Notez que DisplayPort est requis pour activer 165 Hz – HDMI est limité à 140 Hz – et les consoles de jeux configurées pour sortir en 4K60 seront réduites à 1440p.

Une couverture de couleur AdobeRGB à 100 %, un temps de réponse MPRT de 1 ms (<3 ms GTG) et un revêtement antireflet qui fonctionne bien avec les angles de vision larges de 178° ajoutent aux informations d'identification de jeu de l'écran, mais il y a place à l'amélioration dans d'autres domaines . Malgré la certification HDR400, le panneau n'offre ni la luminosité ni la gradation localisée nécessaires pour conduire une expérience HDR convaincante, et bien que QHD soit un bon choix pour les jeux, à cette taille, l'utilisation de bureau régulière manque inévitablement de la netteté du 4K UHD.

Ce sont des conditions évidentes, mais si vous êtes à la recherche d’un grand écran de jeu QHD, le Xeneon coche les bonnes cases et il y a plus que le seul panneau. Le support tendance en aluminium moulé sous pression de Corsair a certainement l’air de la pièce et sert de base particulièrement solide. Il n’y a pas d’oscillation indésirable et avec un réglage en hauteur de 110 mm, un pivotement de 30° et la possibilité d’inclinaison de -5°/+20°, il est assez facile de trouver un point d’observation idéal. Tout ce qui manque, c’est la possibilité de pivoter en mode portrait.

Le support fourni est fixé au support VESA de 100 mm à l’aide de quatre vis, et bien que l’encombrement global soit un peu grand, le design ne semble pas encombrant et pour une solution de jeu, il est élégant lorsqu’il est vu de face. Compte tenu de l’évolution de la plupart des autres produits Corsair ces dernières années, vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’il n’y a aucune lumière RVB, ce qui est un point positif dans notre livre.

Une LED d’état solitaire borde le bord inférieur avant et l’OSD est parcouru par notre méthode préférée; un joystick situé à l’arrière, juste en dessous du bouton d’alimentation. Corsair a prêté attention à la construction, mais ne vous laissez pas berner par la promesse d’une “micro-lunette ultra-mince”. Presque tous les fabricants de moniteurs annoncent désormais des frontières apparemment invisibles, mais de telles affirmations sont rarement vraies. Dans le cas du Xeneon, les cadres supérieur et latéral mesurent 12 mm d’épaisseur et, bien que minces, seront clairement visibles dans une configuration multi-écrans.

Previous articleTest du Bluetooth SteelSeries Arctis 3
Next articleGoogle achètera le terminal St. Johns à New York pour Hudson Square
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

Leave a Reply