- Publicité -


Introduction

Logo Nvidia

Je tiens à remercier Seasonic de m’avoir prêté le RTX 4090 pour cet article.

title

Après avoir entendu de nombreux débats sur la question de savoir si les broches de détection du connecteur 12 + 4 broches affectent réellement les performances du RTX 4090, j’ai décidé de trouver l’une de ces cartes et de vérifier ce qui se passe. Grâce à Seasonic et MiFCOM, j’ai trouvé une Palit GeForce RTX 4090 GameRock, la norme et non le modèle OC, qui fait partie des RTX 4090 les plus abordables du marché. Je sais que ses VRM ne sont pas aussi puissants que dans les modèles RTX 4090 haut de gamme, mais pour cet article, ce serait bien. En fait, les trois PCIe hérités vers un seul connecteur 12VHPWR, évalué à 450 W, avec lesquels cette carte est livrée m’aideront à faire une comparaison directe avec un connecteur natif 600 W 12VHPWR.

- Publicité -

J’ai d’abord effectué une série complète de tests avec un bloc d’alimentation Seasonic Prime Titanium 1000 W de génération précédente à l’aide de l’adaptateur 12VHPWR fourni. Je n’ai eu aucun problème, donc les affirmations de NVIDIA selon lesquelles le RTX 4090 ne nécessite pas de bloc d’alimentation ATX v3.0 résistent aux tests. Même dans des conditions d’overclocking, le bloc d’alimentation de 1000 W fonctionnait bien. Pour des lectures détaillées de la consommation d’énergie, j’utilise un système Powenetics V2, qui offre plus de 1000 lectures par seconde (taux d’interrogation> 1000 Hz) sur 13 capteurs afin qu’il puisse capter chaque pic de puissance désagréable. Un atout non négligeable de Powenetics est qu’en plus du GPU, il surveille également en même temps la consommation électrique totale du système, y compris celle du CPU, donc j’ai une image claire de ce qui se passe.

Étant donné que le Palit RTX 4090 GameRock que j’ai reçu avait une limite de puissance de 450 W, et j’en avais besoin d’une plus élevée pour voir si un connecteur 12VHPWR de 600 W (Sense 0 et 1 mis à la terre) fournirait des gains, j’ai décidé de le flasher avec le BIOS du modèle GameRock OC, que j’ai trouvé dans la base de données de TechPowerUp. En utilisant une version NVFlash non publique, les choses se sont bien passées, et finalement la limite de puissance est passée à 500 W, ce qui est approprié pour les VRM de cette carte.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici