introduction

La pratique courante dans l’espace graphique des PC haut de gamme consiste à lancer d’abord un GPU en construisant une carte de référence autour de lui. Nvidia le fait avec Founders Editions et AMD a emboîté le pas avec ce qu’il appelle les solutions MBA. La principale différence entre les deux sociétés est qu’AMD propose le tableau de référence MBA aux partenaires qui publient généralement leurs versions personnalisées une semaine environ après le lancement officiel.

Cette distinction est importante lorsque la carte de référence est plutôt bonne en soi. AMD a dûment livré une vitrine impressionnante pour les GPU de la série Radeon RX 6000 la semaine dernière, mais les partenaires ont été occupés à préparer leurs propres monstres Big Navi. Le premier dans les laboratoires est le PowerColor Radeon RX 6800 XT Red Devil Limited Edition 16 Go.

PowerColor vend également une version en édition non limitée de cette carte – bien que l’on puisse affirmer que les GPU haut de gamme actuels sont limités en approvisionnement de par leur nature même – qui a un ensemble et des sorties différents, et nous expliquerons les différences plus loin .

En apparence, cependant, les deux sont identiques, ce qui signifie que PowerColor prend littéralement le Big dans Big Navi. Ce monstre mesure environ 330 mm de long, 145 mm de haut, occupe trois fentes et pèse 1600 g.

Les ventilateurs extérieurs mesurent 100 mm tandis que le spinner central mesure 90 mm. PowerColor a une température d’activation de 60 ° C qui n’est atteinte que lorsque vous jouez. La rampe du ralenti du ventilateur à plus de 1000 tr / min est brusque, tout comme l’arrêt lorsque la température descend en dessous de la même température de coupure, il peut donc être avantageux d’avoir un profil de ventilateur plus lisse. Cela dit, la taille fonctionne clairement sur la Radeon RX 6800 XT car le trio fonctionne d’abord jusqu’à 1350 tr / min, puis se stabilise à 1150 tr / min sous une charge soutenue. Plus distrayant que les fans en sourdine, le gémissement de bobine est évident dans certains titres.

Le PCB de PowerColor a presque la largeur de la grande carte. Le radiateur ne touche pas la face arrière du PCB. Au contraire, il est plus utile comme cadre pour augmenter la rigidité de la carte, tandis que l’utilisation généreuse de découpes permet également de pousser l’air hors de ce côté. Étant une édition relativement limitée, il s’agit du numéro 19 sur 1000 cartes, bien que telle soit la pénurie, nous serions surpris s’il y avait même 1000 Red Devils produits dans les prochains mois.

Red Devil LE est livré avec un commutateur BIOS qui permet de basculer entre deux modes – OC ou Quiet. Le premier, qui est par défaut, porte une cible de puissance de 281 W tandis que le Quiet installe une limite de 255 W avec les ventilateurs tournant encore plus lentement, à seulement 950 tr / min sous charge. Veillez à ne pas assimiler Power Target à la puissance totale de la carte; Ils ne sont pas les mêmes. Nous risquerions que Red Devil LE ait un TGP 315W / 300W dans Nvidia parler pour ses deux réglages.

Le MBA est une étude sur la contrainte de conception. Red Devil LE est le contraire. Deux dissipateurs thermiques sont connectés via sept caloducs – 3x 8 mm et 4x 6 mm – sous lesquels se trouve une alimentation 16 phases. La carte MBA, quant à elle, dispose d’un refroidisseur beaucoup plus petit et d’une alimentation 13 phases, bien que les deux partagent des connecteurs d’alimentation PCIe à 8 broches. Aucune entreprise amusante à 12 broches ici.

Aller grand offre amplement l’occasion à PowerColor d’étendre l’éclairage RVB. La carte possède six diffuseurs translucides entre le ventilateur central et le ventilateur droit. Six autres sont présents à l’avant en deux séries de trois de chaque côté, et il y a le logo Red Devil sur la plaque arrière. Derrière ceux-ci se trouve un éclairage RVB personnalisable via le logiciel Devil Zone RGB.

Le branchement de la carte montre comment l’éclairage imprègne le PCB. Malheureusement pour PowerColor, les LED sont clairement visibles en haut et en bas des sections de bord. Avoir un éclairage localisé signifie également que l’effet global n’est pas lisse en raison de points chauds clairs.

L’utilitaire fonctionne assez bien pour définir diverses couleurs, intensités, motifs, etc., mais toute personne souhaitant se synchroniser avec l’éclairage de son système doit connecter la carte via un câble aRGB fourni et un en-tête monté sur PCB.

AMD synchronise sa carte MBA à une vitesse de poussée de 2250 MHz. Red Devil augmente cela à 2340 MHz mais laisse la mémoire seule à 16 Gbps. En utilisation réelle, la carte affiche en moyenne une augmentation de 2380 MHz, soit environ 100 MHz plus rapide que la référence. C’est ce chiffre qui différenciera les deux dans les benchmarks de performance. En d’autres termes, ne vous attendez pas à une augmentation énorme par rapport au MBA standard, car AMD utilise déjà le RX 6800 XT assez haut.

Le Red Devil LE intègre deux ports DisplayPort, HDMI et USB-C. Le non-LE remplace le Type-C par un autre DisplayPort. Les deux ont des horloges identiques et une section de ports éclairés pour un branchement facile. Cet ensemble comprend quelques keycaps Devil, un autocollant, un démarrage rapide, le tout emballé à l’intérieur dans une jolie boîte.

Nous arrivons maintenant à la question épineuse du prix et de la disponibilité. Il n’y a aucune indication réelle ni sur l’année de contrainte. On s’attendrait à une prime d’au moins 50 $ par rapport aux cartes MBA, bien que la quantité de cartes en stock récupérées soit une estimation de quiconque. Ne soyez pas surpris de voir des modèles se vendre confortablement au nord de 750 £ au fur et à mesure que le premier stock ruisselle.

Plus grand et plus audacieux que le design de référence, voyons maintenant comment il fonctionne.

Leave a Reply