introduction

Il existe de nombreuses façons de choisir un moniteur de jeu haut de gamme. Certains préfèrent le taux de rafraîchissement le plus rapide possible, vous préférerez peut-être l’immersion d’une courbe, d’autres donnent la priorité à la résolution, et il y aura toujours ceux qui placent la taille en tête de leur liste d’exigences. Si vous pensez que plus c’est grand, mieux c’est, jetez un œil au nouveau Philips Momentum 558M1RY.

Au prix de 1200 £ et chargé de faire passer le jeu sur console au niveau supérieur, ce moniteur géant de 55 pouces est le plus grand que nous ayons jamais testé, et de loin. Heck, c’est plus gros que n’importe quel téléviseur que j’ai à la maison, ce qui témoigne du chemin parcouru par les moniteurs de jeu.

Avant de passer aux choses sérieuses, revenons sur le débat entre la télévision et le moniteur. Traditionnellement, le téléviseur commandait le salon à travers de grands écrans avec tuners intégrés et toutes sortes de traitements d’image destinés à rendre les films et les émissions aussi réalistes que possible. En revanche, les moniteurs étaient généralement plus petits, conçus pour une clarté de près et des jeux rapides avec un décalage d’entrée minimal.

C’était alors, mais nous commençons maintenant à voir beaucoup de convergence entre les deux. Les téléviseurs actuels vantent des fonctionnalités généralement associées aux moniteurs – la synchronisation adaptative du framerate en est un bon exemple – et les plus grands moniteurs d’aujourd’hui sont clairement conçus pour se fondre sans effort dans le salon, ce qui nous ramène parfaitement au Philips.

Conçu pour le salon

Bien qu’il soit le plus grand moniteur à traverser les laboratoires, le Momentum 558M1RY est également l’un des plus élégants, grâce à des cadres minces sur le dessus et les côtés, un support en métal pré-attaché qui offre un aspect et une sensation de haute qualité, et un barre de son Bowers & Wilkins recouverte de tissu qui met en valeur les références de l’appareil à la télévision. Tout ce qui manque est un syntoniseur intégré, bien que vous puissiez affirmer que les habitudes de visionnage modernes se sont déplacées à un point tel que la prise en charge des émissions traditionnelles en direct devient moins préoccupante.

C’est un kit bien rangé et le cadre mince aide à l’empêcher de paraître trop volumineux – en effet, les dimensions de 1232 mm x 834 mm x 308 mm rendent cet écran de 55 pouces pas plus large que mon vieux téléviseur Pioneer de 50 pouces. Cela ne veut pas dire que c’est facile à gérer, l’esprit. Nous recommandons au moins deux personnes lors du retrait de l’unité de 27 kg de la boîte, et la taille pose des problèmes de convivialité. Bonne chance pour atteindre les ports USB à l’arrière, et bien qu’il y ait un joystick pour contrôler l’interface graphique dans le coin arrière inférieur droit, ce n’est pas non plus exactement à portée de main, vous serez donc reconnaissant pour la télécommande infrarouge fournie par Philips.

En tant que solution de jeu avant tout, la fiche technique semble plutôt savoureuse. Le panneau VA de Philips vante une résolution 4K UHD de 3840 x 2160 et un taux de rafraîchissement rapide de 120 Hz avec la synchronisation FreeSync Premium dans la plage de 48 à 120 Hz. Une action soyeuse est assurée, avec la compatibilité G-Sync également confirmée, et bien que le temps de réponse gris à gris de 4 ms ne soit pas le plus rapide, vous bénéficiez des avantages de la certification DisplayHDR 1000. On nous promet une luminosité de 750 nits (1 200 nits en HDR), un rapport de contraste de 4 000: 1, 144 zones de gradation locales et une couverture de couleurs DCI-P3 de 95%.

De tels critères sont de bon augure pour les jeux HDR haute résolution, mais comme vous pouvez vous y attendre, une utilisation régulière du bureau n’est pas idéale. En plus d’être trop grand pour s’asseoir confortablement près, le panneau partage certaines des caractéristiques indésirables de son prédécesseur de 43 pouces. Ceux-ci incluent une disposition de sous-pixels BGR (bleu, vert, rouge) qui se traduit par un effet de damier et du texte effiloché sur le bureau Windows, un léger halo lorsque les éléments clairs sont placés sur un fond sombre et des angles de vision qui ne sont pas les plus indulgents. . Bien que Philips cite un angle de vision de 178 °, nous constatons que le dynamisme est perdu lorsqu’il est vu de chaque côté, et vous devez idéalement vous asseoir directement devant le panneau pour en profiter au mieux.

Conçu pour la console

Le 558M1RY est principalement commercialisé en tant que compagnon de console de jeu. Connecté à une Xbox One S, l’écran est reconnu comme compatible à la fois 4K, HDR10 et VRR (taux de rafraîchissement variable), et la mise en œuvre HDR de Philips est l’un des meilleurs exemples de la technologie sur un moniteur LCD. C’est une fonctionnalité qui en vaut la peine et qui apporte une dimension supplémentaire aux jeux pris en charge, bien que la commutation entre les modes HDR et SDR soit étonnamment lente. Le retard peut être frustrant lorsque vous jouez à un jeu HDR, car le retour à l’écran d’accueil SDR signifie que vous devez attendre quelques secondes pour que l’image réapparaisse.

Les jeux et les films 4K sont inévitablement impressionnants, mais l’avantage potentiel du décalage d’entrée par rapport à un téléviseur traditionnel ne sera probablement remarqué que par les joueurs passionnés. La différence entre le moniteur et un téléviseur décent en mode jeu est imperceptible à nos yeux, même si nous avons relevé quelques autres imperfections. Premièrement, il y a la question du flou de mouvement, que nous avons trouvé évident même lorsque nous sommes assis à distance. Cela peut être réduit en augmentant l’overdrive jusqu’au réglage le plus rapide disponible au détriment d’un certain dépassement, mais il n’y a pas de remède instantané pour les options de connectivité, qui empêchent le panneau de réaliser son plein potentiel.

À l’arrière de l’écran, Philips dispose d’un hub USB 3.0 à quatre ports, d’une prise casque, d’un DisplayPort 1.4 et d’un trio de HDMI 2.0. Connectez un PC via DisplayPort et vous pouvez gérer 4K120 HDR via une combinaison de couleurs 8 bits et de tramage, mais connectez une console de jeux via HDMI et vous êtes limité à 4K60 ou 1440p120. Dommage, vraiment, car les consoles de nouvelle génération sont proches et la prise en charge de HDMI 2.1 aurait fait du 558M1RY une solution plus évolutive, avec une compatibilité totale pour 4K120 sur PlayStation 5 ou Xbox Series X.

Dans l’état actuel des choses, l’itération actuelle ressemble plus à une preuve de concept, une démonstration pour mettre en évidence la façon dont un moniteur de taille géante pourrait s’intégrer dans le salon. Avec cet emplacement à l’esprit, Philips inclut un éclairage Ambiglow sur le dessus et sur les côtés. Cela peut être réglé sur une couleur fixe ou assortie au contenu à l’écran (ou entièrement désactivé), mais bien que cela ajoute une sensation d’immersion supplémentaire, l’éclairage ne semble pas aussi réactif que la technologie Ambilight des téléviseurs Philips.

Là où le 558M1RY réussit à imiter un téléviseur haut de gamme, c’est la barre de son Bowers & Wilkins 2.1 DTS, qui comprend une paire de tweeters, deux haut-parleurs de milieu de gamme de 10 W et un subwoofer de 20 W. La qualité sonore bat facilement n’importe quel moniteur que nous avons expérimenté, avec un dialogue clair, une clarté à des volumes plus élevés, une bonne profondeur et une scène sonore raisonnablement large. La barre de son est un point culminant, mais vous ne pouvez pas vous empêcher de vous demander, à ce prix, ne vous contenteriez-vous pas d’acheter un Téléviseur OLED Philips au lieu? Nous pensons que la plupart le feraient, mais exécutons les benchmarks avant de parvenir à une conclusion.

Leave a Reply