Service d’actualités express

BENGALURU : Après une interdiction de près de neuf mois, le jeu mobile populaire PUBG fait son retour en Inde sous un nouveau nom – Battlegrounds India. Si vous n’aimez pas les jeux, vous devez savoir que PUBG en Inde a une histoire remarquable.

Avant PUBG, les jeux vidéo étaient réservés aux enfants urbains privilégiés. La principale raison de la popularité de PUBG est la propagation des smartphones et de la 4G. Alors que les smartphones étaient considérés comme un mal entre les mains des enfants, l’essor des applications éducatives a obligé les parents à équiper leurs enfants de smartphones. Les parents ne savaient pas que les enfants utilisaient les smartphones non pas pour dissiper les doutes, mais pour vaincre les ennemis. En 2019, PUBG était de loin le jeu le plus populaire en Inde.

Le jeu était accessible et le scénario simple. Il ne nécessitait pas d’ordinateur ou de smartphone haut de gamme et pouvait être lu sur la plupart des appareils. Alors que le jeu était auparavant réservé aux enfants urbains nommés Nivaan et Ayaain, PUBG a démocratisé le jeu en Inde comme jamais auparavant. Les chaînes de streaming se sont multipliées et les jeunes sont devenus des influenceurs uniquement sur la base de leurs compétences PUBG. À sa manière, PUBG a été le premier jeu vidéo où un enfant de Saharanpur pouvait rivaliser et gagner contre un enfant chic du sud de Mumbai.

Le verrouillage a déverrouillé la véritable portée du jeu. Coincés à la maison, beaucoup (comme moi) qui n’avaient jamais joué à un jeu vidéo, sont devenus accros à PUBG. Ayant joué au jeu à ses beaux jours, je me souviens avoir rencontré des gens de tout le pays sur PUBG. J’ai rencontré des jeunes du Cachemire qui utilisaient leur WiFi depuis que la 4G était interdite dans leur état. J’ai rencontré des enfants du Kerala qui ont discuté de leurs merveilleux films en tirant sur des ennemis. Les enfants jouaient au jeu sur le téléphone de leurs parents, et les couples jouaient au jeu ensemble, menant à des phrases étranges telles que « Jaanu, s’il vous plaît, tuez-le pour moi, n’est-ce pas ? » ! PUBG a donné un petit aperçu de la pénétration réelle des smartphones en Inde.

La première vraie grève de PUBG a eu lieu lorsque Modiji l’a mentionné. Alors qu’un parent se plaignait que son enfant soit accro aux jeux, Modiji a demandé « Yeh PUBG wala hai kya ? ». Cette déclaration a envoyé des ondes de choc parmi les joueurs de PUBG en Inde. Peu à peu, les rapports ont commencé à affluer. Un enfant du Pendjab a dépensé 16 lakhs pour acheter des chaussures et des casquettes virtuelles pour ses amis sur PUBG ! C’est un lakh de plus que les 15 lakhs qu’on nous avait promis lorsque l’argent noir de la Banque suisse serait récupéré. Le coup final, cependant, a été le rapport selon lequel PUBG était financé par la Chine. Au fond de nous, nous savions tous que c’était une question de temps.

Modiji n’est pas étranger aux annonces soudaines, et PUBG a été interdit du jour au lendemain par les autorités indiennes. Des centaines de chaînes de streaming YouTube ont été fermées, des gens comme moi ont été privés du seul jeu intéressant à s’être répandu dans tout le pays. Quelques joueurs ont migré vers Call of Duty, mais le nouveau jeu n’avait tout simplement pas le « caractère indien » promis par PUBG. Pour ne pas être en reste, une société de jeux indienne a annoncé un jeu Made-In-India intitulé FAU-G. Mais le jeu était ennuyeux – il n’y avait pas d’armes et les armes portaient des noms comme « Lalkaar » !

PUBG revient cette semaine en tant que « champs de bataille » – les fabricants s’étant lavé les mains de toutes les connexions chinoises. Les créateurs ont été assez intelligents pour renommer le jeu « Battlegrounds India », juste au cas où quelqu’un remettrait en question leur loyauté. Je n’ai pas encore téléchargé le jeu, mais on a l’impression que les créateurs de PUBG auraient pu s’inspirer du livre de Yogi Adityanath et l’avoir simplement rebaptisé “Prabhujee” – je doute que quiconque ait eu un problème !

Hriday Ranjan Écrivain, comédien

(Les opinions exprimées sont celles de l’auteur)

Leave a Reply