Revue de Batman/Fortnite : Zero Point #6

[ad_1]

Remerciez chaque dieu noir qui a déjà rampé hors de l’abîme. Notre odyssée bizarre (plutôt blasée) est terminée.

Environ à mi-chemin Batman/Fortnite #6, Catwoman fait une référence humoristique et d’actualité à la chanson Hotel Californie par les Aigles. L’âge moyen des membres fondateurs du groupe est de 73 ans. Leur chanson Hotel Californie est sorti en 1976. Christos Gage, l’auteur de Batman/Fortnite est né dans les années 70. Mon ennemi Donald Mustard aussi. « D’accord, bien sûr », dit le lecteur hypothétique qui vit dans ma tête, « mais qui se soucie si c’est une référence étrange et super-datée ? C’est une ligne jetable ! ». À quoi je réponds, lecteur hypothétique : Oui, d’accord, bien sûr, mais tout comme l’argument Batman v.

HISTOIRE

Alors, maintenant que la série est (enfin) terminée, on peut se poser de vraies questions : Était-ce une rafle sans âme ? A-t-il réussi ? Mais surtout, pourquoi diable ont-ils fait cette série ? Et qui diable était-ce même pour? Mais avant de creuser, je suppose que je ferais mieux de revoir le dernier numéro ou autre.

Bat et Cat ont été trahis ! Maintenant, ils doivent trouver une troisième personne de leur monde pour stabiliser le portail d’accueil. Il est temps de trouver Harley Quinn. Pendant ce temps, quelques gros frappeurs de l’univers DC s’assoient et se réjouissent de la façon dont c’était tout selon plan. Vous ne devinerez jamais qui. Non vraiment, cette bande dessinée ne les a pas du tout mis en place.

Divulgacher

C’était Lex Luthor ! Et – je te chie pas – le Batman Who Laughs…

Le plus mis en place que Luthor obtient est une ligne jetable de Batman sur la façon dont “Deathstroke avait besoin d’un soutien” sur le précédent page. BWL, cependant, a rampé tout droit de cet abîme que j’ai mentionné plus tôt. Ne priez pas les enfants des dieux noirs, c’est toujours une patte de singe.

fml

Cependant, vous pouvez absolument deviner comment le problème a été résolu. Imaginez simplement la première chose qui vous vient à l’esprit. Ouais. C’est ça. Moins les trucs bizarres de pervers. Sors ta tête en dehors de la gouttière.

Si Batman/Fortnite : Point Zéro s’est présenté comme n’importe quoi, ce serait l’une des deux choses suivantes: soit un amusement stupide et venteux, soit une véritable tentative de compléter un peu la tradition inégale de Fortnite. La réception globale de la série semble être mitigée, peut-être, du moins pour certains, a-t-elle réussi à première vue. Et je ne vais pas beurquer le miam de quelqu’un qui l’a apprécié, ou du moins qui l’a eu quelque chose hors de lui – mais pour moi? Ce fut un échec lamentable dans les deux cas. Le dernier numéro, plus que tout autre, met en lumière ce que je crois être le réel l’essence de Batman/Fortnite: vendre au consommateur le plus de merde possible.

Avons-nous obtenu une conclusion satisfaisante? La conclusion a-t-elle fait quoi que ce soit pour répondre aux questions (certes flasques) soulevées dans le premier numéro ? Était-ce au moins un adieu amusant pour cette petite histoire étrange? Un grand F-NO à tous égards. Mais j’ai l’impression que vous méritez tous un peu plus de détails, alors je vais passer en revue chaque question un peu plus en détail ci-dessous. Attention : peut-être des spoilers mineurs.

Avons-nous obtenu une conclusion satisfaisante?

Non, au lieu de cela, nous avons eu Harley Quinn comme un macguffin (et agissant également complètement hors du personnage), un mélodrame inutile de Bat / Cat (parce que nous avons besoin de plus de ce non-sens de telenovela), d’un générique générique, et plusieurs – de plus en plus stupides – polar révèle.

La conclusion a-t-elle fait quoi que ce soit pour répondre aux questions soulevées dans le premier numéro ?

Presque toutes les questions sont restées sans réponse. Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas parler ? Je n’en ai aucune idée, le comique le repousse. Pourquoi les souvenirs des gens sont-ils effacés sur l’île ? Encore une fois, aucune idée. Qu’est-il arrivé à Snake Eyes ? Vraiment cependant, les autres personnes qui ont “gagné” sur l’île semblaient se retrouver sur l’île secondaire où se trouvait la base de l’organisation maléfique. Alors où était Snake Eyes ? Je suppose qu’ils n’avaient le permis que pour une seule apparition… C’est quoi la tempête ? Hausser les épaules. Qu’est-ce que le point zéro ? Un peu inintéressant Phlébotine appliquée ce n’est pas vraiment expliqué. Qui est derrière tout ? Quelques trous DC qui n’étaient pas du tout installés et un obligatoire Fortnite méchant (qui n’a pas non plus été mis en place dans la bande dessinée).

Était-ce au moins un adieu amusant pour cette petite histoire étrange?

Un résumé amusant et autonome aurait pu faire beaucoup pour racheter cette série. Au lieu, Batman/Fortnite : Point Zéro #6 s’occupe de la mise en place de futurs liens et opportunités de vente. Il y a trois hors champ gauche pas du tout mis en place “c’était moi tout le long” révèle qui ne fait rien pour l’histoire. Leur seul but semble être de générer de l’enthousiasme pour toutes les futures publicités à peine voilées de DC / Fortnite qui seront inévitablement diffusées.

DE L’ART

Louange au soleil, Reilly Brown revient sur les crayons. Bien sûr, c’est toujours juste de l’art, et Batman est toujours assez poilu, mais au moins l’art a quelque style.

Comme le premier numéro, les couleurs de John Kalisz créent une juxtaposition amusante entre les couleurs vives du monde de Fortnite et les tons plus sombres de Gotham.

La demi-éclaboussure ci-dessus est assez dynamique, sinon presque aussi intéressante que certaines des énormes éclaboussures chaotiques plus tôt dans la série. Il y a une page entière de Bat/Cat plus tard dans le numéro qui a fait un assez bon travail de montage de leur histoire ensemble.

Recommandé si…

  • ???
  • Je ne recommande ce problème que si vous avez investi dans les cinq autres problèmes et que vous avez désespérément besoin d’une clôture, bien que je ne sois pas sûr du degré de clôture que vous obtiendrez.

GLOBALEMENT

Un commentateur m’a dit de traiter l’histoire comme Isekai. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, c’est un genre japonais dans lequel un personnage principal est transporté dans un autre monde. Je me trompe peut-être, mais j’ai l’impression que c’était plutôt un geste de « laisser aller et s’amuser ». Mais je ne vais pas. Le plaisir d’Isekai comme Digimon, ou alors Narnia et/ou l’une des innombrables histoires d’un autre monde / monde caché apprend à connaître le monde avec votre personnage POV. Qu’en est-il de ce monde que nous avons appris à connaître ? Où était le plaisir ? Mais ce n’est pas le vrai hic, le vrai hic c’est que Batman/Fortnite en tant que série – en particulier ce numéro – est anti-consommateur. Ils veulent que vous achetiez des skins Fortnite, ils veulent que vous achetiez des bandes dessinées de Batman, et ils ne semblent pas se soucier de grand-chose d’autre. Au revoir Donald, que nous ne nous reverrons plus jamais.

Note : 2/10


Avertissement: DC Comics a fourni à Batman News une copie préalable de cette bande dessinée aux fins de cet examen.

[ad_2]

Leave a Comment