Kenichiro Yoshida se souvient de la journée — sept. 17, 2014 – qu’il sentait que Sony Corp. touchait le fond.

Puis, en tant que nouveau directeur financier de Sony, il s’est incliné pour s’excuser lors d’une conférence de presse parce que la société avait interrompu le paiement de ses dividendes pour la première fois. Le fabricant du Walkman et de la télévision Trinitron n’avait pas encore adopté l’ère d’Internet. Il n’avait pas d’iPhone, pas de bénéfices et, certains pensaient, pas d’avenir.

Selon M. Yoshida, ce dont Sony avait besoin, c’était peut-être la solution la plus japonaise disponible: regardez vers l’Amérique. C’est là que la société s’était accrochée à la technologie de ses radios et téléviseurs à transistors, à l’idée d’un label de musique Sony et même à une gouvernance d’entreprise à l’occidentale. En 2016, il a délocalisé son activité PlayStation à San Mateo, en Californie. En appliquant les leçons des services Internet comme Amazon Prime, Sony a également construit un service d’abonnement PlayStation avec des dizaines de millions de clients.

Maintenant, son stock grimpe, les bénéfices sont stables à environ 5 milliards de dollars par an et la pandémie s’est avérée une aubaine pour les jeux vidéo et les films Sony en streaming. La console de jeu PlayStation 5 est mise en vente cette année et, grâce aux abonnements, la franchise PlayStation n’est plus une source de revenus uniquement lorsqu’une nouvelle boîte sort. Pourtant, Sony est confronté à la concurrence de la dernière gamme Xbox de Microsoft Corp., et certaines de ses activités, telles que les pièces de smartphone, sont sensibles aux vents contraires économiques du coronavirus.

Le Wall Street Journal s’est entretenu avec M. Yoshida, 60 ans, devenu PDG en 2018, de ce qui a motivé le retour de Sony et de la suite. (L’interview, menée en japonais, a été traduite et éditée.)

.

Leave a Reply